DOSSIER : Les plus grands duels franco-italiens : France-Italie 1986

Par Simon Cailloux publié le 22 Juin 2020
France Italie 1986

Depuis plus d’un siècle, les oppositions entre formations italiennes et françaises offrent des rencontres de légendes. Des duels souvent épiques, qui ont contribué à la légende de ce sport. Calciomio vous propose de revivre ces parties mémorables, avec aujourd’hui le duel entre la France et l’Italie, en huitièmes de finales du Mundial 86.

Un duel au sommet

Après une phase de poules terminée à la deuxième place pour les deux sélections,  Italiens et Français se rencontrent dès le début de la phase à élimination directe. Avant même de débuter, le match suscite beaucoup d’attention, puisqu’elle oppose le champion du monde en titre au champion d’Europe en titre. Autant dire que l’équipe victorieuse arrivera en quart de finale plus favorite que jamais.

Du côté des Bleus, Henri Michel a misé sur la continuité, reconduisant en grande partie l’effectif vainqueur de l’Euro 84. Le sélectionneur français peut notamment compter sur son carré magique, composé de Michel Platini, Luis Fernandez, Jean Tigana et Alain Giresse. La seule nouveauté du onze titulaires se situe en attaque, désormais assurée par Dominique Rocheteau et Yannick Stopyra. La France peut et veut gagner son premier titre mondial, et ainsi effacer le douloureux souvenir de la « nuit de Séville ».

Pour la Nazionale, le onze titulaire a bien plus évolué depuis le titre glané à Madrid, quatre ans plus tôt. Certains remplaçants de 82, comme Altobelli et Galli, sont entrés dans le XI. De nouvelles têtes ont aussi fait leur apparition, comme Giuseppe Baresi et Fernando De Napoli. Mais cette équipe doit encore prouver qu’elle prétendre à un deuxième titre. En effet, l’après-mondial 82 fut extrêmement compliqué, à tel point que les champions du monde ne réussirent même pas à se qualifier à l’Euro 84.

Platini, une menace bien connue des Italiens

Oui mais voilà, à peine sortie des poules, les Azzurri tombe sur un gros morceau. Une équipe dont le chef d’orchestre ne leur est pas inconnu, puisqu’il fait le bonheur de la Juventus : il s’agit bien sûr de Michel Platini. Sous les couleurs bianconere, l’ex-Stéphanois a déjà remporté deux Scudetti, une Coppa, une Coupe des coupes ainsi qu’une Coupe d’Europe des clubs champions. Individuellement, le natif de Jœuf réalise même un exploit encore jamais vu : remporter trois Ballons d’Or consécutifs.

Par conséquent, ce duel franco-italiens a une saveur particulière pour le numéro 10 turinois. Lui, l’enfant issu de la diaspora italienne. Une histoire, d’ailleurs, auquel le meneur de jeu est attaché et qui a pesé dans son choix de rejoindre la Vieille Dame.

La France était plus forte

Mais le contexte ne suffit pas pour impressionner « Platoche », très en vue en première période. Il ne faudra qu’un petit quart d’heure pour que le capitaine des Bleus trouve le chemin des filets. Les Bleus ont le ballon et dominent incontestablement la bataille du milieu de terrain.

En seconde période, les Italiens reviennent avec de meilleures intentions. Malheureusement pour les hommes de Bearzot, l’état d’esprit ne suffit pas pour déstabiliser les Français, qui parviennent même à creuser l’écart avant l’heure de jeu, sur une frappe croisée de Stopyra (58′).

La dernière demi-heure ne changera rien, la France s’impose et se qualifie pour les quarts de finale. Ce sera face au Brésil, pour un match entré dans l’Histoire, conclu par le tir au but victorieux de Luis Fernandez.

Feuille de match

Coupe du Monde 1986 – 8ème de finale

Mardi 17 juin 1986, Estadio Olimpico, Mexico City, 71 449 spectateurs

France – Italie 2-0

Buts : Platini (15ème), Stopyra (58ème)

France : Bats, Ayache, Bossis, Battiston, Amoros, Tigana, Giresse, Platini (remplacé par Ferreri), Fernandez (remplacé par Tusseau), Rocheteau, Stopyra – Entraîneur : Michel. H

Italie : Galli, Bergomi, Vierchowod, Scirea, Cabrini, De Napoli, Conti, Baresi (remplacé par Di Gennaro), Bagni, Galderisi (remplacé par Vialli), Altobelli – Entraîneur : Bearzot E.

A lire aussi :

1 – Parma-OM 1999

2 – Cagliari-Saint-Etienne 1970

3 – Italie-France 2008

4 – Milan AC-AS Monaco 1994

5 – Torino-Bastia 1977

6 – Milan AC-OM 1991

7 – Milan AC-PSG 1995

8 – Milan AC-OM 1993

9 – AS Roma-Lyon 2007

10 – PSG-Juventus 1997

11- Milan AC-PSG 2001

12 – France-Italie 1998

13 – TFC-Napoli 1986

 

Simon Cailloux

Rédacteur



Lire aussi