DOSSIER : Les plus grands duels franco-italiens, Milan AC- AS Monaco 1994

Par Julien Camarda publié le 16 Mai 2020

Depuis plus d’un siècle, les oppositions entre formations italiennes et françaises offrent des rencontres de légende. Des duels, souvent épiques, qui ont contribué à la légende de ce sport. Calciomio propose de revivre ces parties mémorables, avec la confrontation entre le Milan AC et l’AS Monaco pour le compte de la demi-finale de Champions League en 1994 qui a vu les Rossoneri l’emporter.

L’élève monégasque contre l’expérience milanaise

Après l’affaire VA-OM de 1993, le tenant du titre de la Champions League est exclu par l’UEFA. En effet, peu après la rencontre, les joueurs valenciennois font des révélations sur une tentative de corruption, le procès est ouvert et les phocéens sont déclassés. Après défection du Paris Saint-Germain dauphin, c’est l’AS Monaco, troisième au classement, qui hérite du fauteuil européen. C’est dans ce contexte particulier que les hommes d’Arsène Wenger s’invitent en seizièmes de finale.

Après une victoire face à l’AEK Athènes (2-1, 1-0 à l’aller et 1-1 au retour), ils corrigent le Steua Bucarest (4-2, 4-1 à l’aller et 0-1 au retour). Les quarts de finale se jouent sous forme de phase de groupes avec huit clubs répartis en deux groupes. Avec trois victoires, un nul et deux défaites, les Monégasques sont deuxièmes du groupe A et accèdent ainsi au dernier carré. Pour la première fois de son histoire, le club de la Principauté accède à une demi-finale de Champions League.

En Italie, le Milan AC marche sur l’eau avec deux titres de Serie A coup sur coup (1992 et 1993) et espère oublier la désillusion de l’année passée face à Marseille (1-0). Le vice-champion d’Europe entame sa nouvelle campagne européenne par une victoire face au FC Aarau (1-0 à l’aller, 0-0 au retour). Aux portes des quarts de finale, ils écrasent le FC Copenhague 7-0 (0-6 à l’aller, 1-0 au retour). Invaincus avec deux victoires et quatre nuls, les Italiens finissent premiers du groupe B. L’affiche de cette demi-finale est connue, le Milan AC face à l’AS Monaco. Aussi, en tant que vainqueur du groupe, les Rossoneri possèdent un avantage considérable puisque les demi-finales se disputent sur le terrain du vainqueur du groupe en un match seul.

Le Milan AC pour la victoire

Avant la rencontre, les chiffres sont en faveur du Milan AC. Effectivement, les hommes de Fabio Capello sont invaincus à domicile et peuvent s’appuyer sur une défense solide puisqu’ils n’ont encaissé que deux buts. Il aligne son équipe dans un 4-4-2 avec Albertini et Desailly à la récupération. Les Milanais sont plus armés pour ce match et mettent la pression sur leurs adversaires d’entrée par l’intermédiaire de Savićević. A la 18ème minute sur un corner de Boban, Desailly devance la sortie d’Ettori et ouvre le score de la tête. Sur une phase arrêtée, Klinsmann tente de remettre les équipes à égalité mais il n’attrape pas le cadre. Avant la mi-temps, pour une intervention peu académique, Costacurta reçoit un carton rouge. Le Milan AC va jouer plus de cinquante minutes à dix contre onze.

Dès la reprise, Albertini prend ses responsabilités sur coup-franc et envoie un missile imparable pour Ettori (2-0). A la 68ème minute, Panucci trouve Massaro dans le dos de Petit et l’attaquant italien gagne son duel. Score final (3-0). A l’issue de la saison, Monaco est en fin de cycle : Ettori met un terme à sa carrière, Klinsmann part pour Tottenham et Wenger sera remercié l’année suivante (1995).

Pas de surprise en finale, ce sont les vainqueurs des groupes qui s’affrontent : FC Barcelone – Milan AC. Après une victoire à sens unique, les Rossoneri défient les Catalans et leur armada offensive : Romário, Stoitchkov ou encore Koeman. Aussi, la rencontre face à Monaco aura laissé des traces puisqu’en plus de l’expulsion de Costacurta, Baresi est lui aussi suspendu. Le coach italien revoit sa défense centrale en alignant Galli et Maldini.

Finalement, Capello remporte son duel contre son adversaire du soir, Cruyff. Massaro par deux fois et Savićević font le travail avant que Desailly ne vienne sceller la victoire (4-0). Cinquième triomphe en Champions League pour le Milan AC, le premier pour l’italien en tant qu’entraîneur.

Feuille de match

Demi-finales Champions League 1994.

27 avril 1994. Stade Giuseppe Meazza, San Siro (78 650 spectateurs).
Milan AC – AS Monaco 3-0 (1-0). Buts: Desailly (14e), Albertini (48e), Massaro (65e).

Milan AC: Rossi; Tassotti, Costacurta, Baresi (cap.), Panucci; Desailly, Albertini, Donadoni, Boban; Savicevic (Simone, 86e.), Massaro (Lentini, 83e.). Entraîneur: Fabio Capello.
AS Monaco: Ettori (cap.); Blondeau (Wreh, 53e), Dumas; Djorkaeff, Gnako, Grimandi, Petit, Puel (Simba, 68e), Scifo, Viaud; Klinsmann. Entraîneur: Arsène Wenger.

A lire aussi :

1 – Parma-OM 1999

2 – Cagliari-ASSE 1970

3 – France-Italie 2008

Julien Camarda

Rédacteur



Lire aussi