DOSSIER – Les plus grands duels franco-italiens : FC Nantes – Lazio 2002

Par Ben Soffietti publié le 23 Mar 2021
Crédits

Depuis plus d’un siècle, les oppositions entre formations italiennes et françaises offrent des rencontres de légendes. Des duels souvent épiques, qui ont contribué à la légende de ce sport. Calciomio vous propose de revivre ces parties mémorables : cette fois, une rencontre de Champions League entre le FC Nantes et la Lazio.

Champion de France 2001 VS Champion d’Italie 2000

S’il n’y a pas eu de bug de l’an 2000, il y a eu en revanche une surprise de taille en Italie lorsque la Lazio remporte le dernier Scudetto du XXème siècle en terminant devant les trois grands du Nord. L’année suivante, elle voit le rival giallorosso finir champion à son tour, mais elle sauve sa saison en finissant troisième, place qualificative pour la Champions League. De plus, sur la scène européenne, elle échoue lors de la deuxième phase de groupe, la compétition ayant un format différent.

Pendant ce temps-là, en France, Nantes remporte le huitième titre de son histoire lors de la saison 2000-2001. Si l’équipe de Raynald Denoueix n’a pas de star comme Pauleta ou Anderson qui enfilent les buts, l’entraîneur des Canaris développe un jeu collectif rodé à la perfection, autour des petits gabarits offensifs, avec en tête d’affiche Éric Carrière, élu meilleur joueur du championnat. Nantes se prépare toutefois à vivre une campagne en Champions League sans son meneur de jeu qui rejoint Lyon à l’intersaison.

Les Canaris marchent sur Rome

Depuis son Scudetto, la Lazio a perdu Roberto Mancini, Nedved, ou encore Veron. Mais, l’effectif de la saison 2001-2002 reste alléchant : Crespo, Mendieta, S. Inzaghi, Fiore, Stanković, et le capitaine Nesta. Du fait de sa troisième place en championnat la saison précédente, la Lazio passe par le troisième tour préliminaire lors duquel elle se qualifie devant Copenhague, écrasant les Danois à l’Olimpico (4-1). Place donc à la phase de groupes. Le tirage au sort offre aux Biancocelesti le PSV Eindhoven, Galatasaray et Nantes.

Lors de la première journée, Nantais et Aquilotti connaissent des fortunes opposées. Les Canaris étrillent le PSV (4-1) alors que la Lazio s’embourbe en Turquie (1-0). La seconde journée apparaît donc déjà importante pour les Italiens qui accueillent le champion de France. La rencontre démarre fort, avec deux buts en six minutes, la tête de Couto répondant à celle de Fabbri. La rencontre est hachée, avec un duel dans le match entre Nesta et André qui s’accrochent plusieurs fois. Plus entreprenants, les Nantais finissent par faire craquer Peruzzi à deux reprises, par Armand puis Ziani. Cependant, la victoire nantaise ne condamne pas la Lazio.

En effet, trois parties plus tard, à la veille du match retour, Nantes est toujours leader du groupe, mais les quatre équipes se tiennent en deux points : elles peuvent donc toutes se qualifier sur cette dernière journée. Les succès à l’Olimpico contre Turcs et Néerlandais ont totalement relancé les Biancocelesti qui se préparent à une opération braquage en France.

Nantes punit une Lazio sans idée

C’est le 30 octobre 2001 que se joue l’avenir du groupe D. La Lazio, en cas de victoire, peut rejoindre la Juventus et la Roma pour la deuxième phase de la compétition. Zaccheroni lance du muscle en défense avec Nesta et Stam et devant, Crespo peut faire la différence à tout moment. Nantes, pour qui un nul suffit, commence avec cinq défenseurs pour protéger Landreau. La première période n’est pas brillante et seul un timide coup franc de Gillet permet de voir un tir cadré. Face au bloc bas nantais, Crespo allume la mèche des vingt mètres mais Landreau repousse. Cette frayeur fait réagir André qui oblige Peruzzi à s’employer.

Finalement, cette Lazio sans idée est punie. Da Rocha lance Laspalles dans le couloir, dont le centre trouve d’André. Au premier poteau, avec une réussite absolue, l’attaquant place une tête qui s’envole jusqu’au second poteau où le ballon vient mourir sous la transversale. Nantes s’impose et condamne la Lazio. Assommée et peu inspirée, elle sort de la compétition en terminant dernière du groupe. Une élimination qui résonne comme une sorte de fin de cycle pour une équipe qui perdra plusieurs de ses leaders l’été suivant, dont Nesta, qui s’en ira rejoindre le Milan AC.

Feuille de match

Champions League – Phase de groupes

Mardi 30 octobre 2001, stade de La Beaujoire, Toulouse, 34 754 spectateurs

FC Nantes 1-0 Lazio

But : André (72ème)

Nantes : Landreau; Laspalles, Fabbri, Delhommeau, Gillet, Armand; Olembé, Djemba-Djemba, Ziani; André (remplacé par Deroff), Ahamada (remplacé par Da Rocha) – Entraîneur : Denoueix R.

Lazio : Peruzzi; Stam, Nesta, Favalli; Negro, Mendieta (remplacé par Kovacević), Giannicheda, Cesar; Fiore (remplacé par Stanković); C. López (remplacé par S. Inzaghi), Crespo – Entraîneur : Zaccheroni A.

Retrouvez les anciens numéros :

1 – Parma-OM 1999

2 – Cagliari-Saint-Etienne 1970

3 – Italie-France 2008

4 – Milan AC-AS Monaco 1994

5 – Torino-Bastia 1977

6 – Milan AC-OM 1991

7 – Milan AC-PSG 1995

8 – Milan AC-OM 1993

9 – AS Roma-Lyon 2007

10 – PSG-Juventus 1997

11- Milan AC-PSG 2001

12 – France-Italie 1998

13 – TFC-Napoli 1986 

14 – Juventus-FC Nantes 1996

15 – Juventus-OM 1972



Avatar

Ben Soffietti

Rédacteur



Derniers articles

Revue de presse quotidienne du calcio

Recevez chaque jour à midi un email avec nos meilleures actualités. (Service gratuit)

Inscription effectuée ! Vous aller recevoir un email et vous devez impérativement confirmer votre inscription.