Dossier : Cagliari, 100 ans de passion. Le Scudetto historique de 1970 (8/9)

Par Sébastien Madau publié le 15 Avr 2020

La saison 2019-2020 revêt une importance particulière pour le Cagliari Calcio. Il s’agit en effet de la saison du Cinquantenaire du Scudetto de 1970 emmené par le buteur Gigi Riva, mais également du Centenaire de la naissance du club, actée le 30 mai 1920 à l’initiative de passionnés de football. Tout au long de la saison, Calciomio vous fera revivre chaque mois les grandes étapes de ce siècle d’histoire et de passion en Sardaigne, et au-delà. Huitième épisode justement consacré au titre de Champion d’Italie.

Dimanche 12 avril 1970. Lorsque Francesco De Robbio, l’arbitre du match Cagliari-Bari, met fins aux hostilités, il siffle bien plus qu’une victoire des Sardes (2-0, buts de Riva et Gori). Bien plus peut-être également que la joie des tifosi rossoblù. Il permet de faire entrer Cagliari dans l’histoire de la Serie A italienne en devenant le premier club du Mezzogiorno à remporter le Scudetto, avec deux journées d’avance. Tout un symbole dans une Italie encore trop marquée par le fossé entre le Nord et le Sud.
Ce titre est « une affirmation qui va au-delà du simple volet compétitif et qui s’illustre à travers les efforts d’un collectif qui a voulu cette conquête avec de la ténacité, la volonté propre à ces gens et avec également une sagesse éclairée, de la rigueur et, disons-le, avec la prévoyance de dirigeants habiles, attentifs et modernes » lit-on le lendemain dans La Gazzetta dello Sport.

Le sacre après plusieurs saisons de progression

La saison précédente, l’US Cagliari avait déjà frôlé l’exploit en terminant deuxième derrière la Fiorentina. L’été, les Sardes avaient recruté Cesare Poli, Angelo Domenghini et Sergio Gori de l’Inter (contre le seul Roberto Boninsegna). Des recrues qui sauront se montrer décisives.
Le sacre des co-équipiers du buteur Gigi Riva (capocannoniere avec 21 buts cette saison-là) est l’aboutissement d’une progression qui a vu Cagliari passer en 6 ans de la Serie B au titre de Champion d’Italie, en passant par les premières qualifications en Coupe d’Europe. Le fruit d’un travail mené par des dirigeants ambitieux (Andrea Arrica, Enrico Rocca, Efisio Corrias) pour concevoir une génération dorée dont 6 (Albertosi, Domenghini, Gori, Riva, Niccolai et Cera) seront des cadres de la Nazionale qui s’envoleront quelques semaines plus tard au Mexique pour devenir vice-champions du Monde.
Dès la journée de championnat terminée, les Sardes sont invités sur le plateau de la Domenica Sportiva qui les met en lumière. On met (enfin) des visages sur ces joueurs dont les Italiens avaient suivi les exploits surtout à la radio. C’est comme si, en quelques sortes, Cagliari devenait, footballistiquement parlant, totalement italienne ce jour-là.

La revanche du Sud sur le Nord

En effet, s’il est indéniable que le titre de champion s’est construit sur la pelouse du mythique Stade Amsicora (invaincu), l’apport des tifosi sardes à l’extérieur a également été majeur dans la conquête du Scudetto. Pour preuve ce match couperet du 15 mars à Turin face à la Juventus pour lesquels les milliers de Sardes dans les tribunes auront pesé de tout leur poids pour faire que leurs joueurs résistent aux assauts bianconeri (2-2) et empêchent les Turinois de les dépasser au classement. Tout au long de la saison, les plus grands ont plié face aux hommes du « Philosophe » Manlio Scopigno, sous les buts de Riva et devant les rugueux défenseurs (11 buts encaissés en 30 matchs). Cagliari, qui s’était emparé de la première place dès la 5e journée, ne sera battu qu’à deux reprises (contre Palermo et l’Inter sur le score de 1-0).
Ce Scudetto a une valeur de revanche. Revanche sur le sort, sur les difficultés que les clubs du Sud éprouvaient jusque-là pour rivaliser avec leurs concurrents du Nord, de Milan ou Turin. Un Nord industriel vers lequel beaucoup de Sardes avaient fait leur valise en quête d’une vie meilleure. Jusque-là, seul le Napoli avait remporté une Coppa Italia, en 1962. A ce jour d’ailleurs, Cagliari et le Napoli demeurent les seules équipes italiennes du Mezzogiorno à avoir remporté des trophées nationaux.

Equipe-type : Albertosi – Martiradonna, Zignoli, Cera, Niccolai, Tomasini – Domenghini, Nené, Greatti – Gori, Riva. Entraîneur: Scopigno.

A lire aussi :

Episode 1 : la fondation du club en 1920 (1/9)

Episode 2 : la première accession en Serie A en 1964 (2/9)

Episode 3 : Gigi Riva, la légende (3/9)

Episode 4 : Manlio Scopigno, l’entraîneur du Scudetto (4/9)

Episode 5 : La saga des grands présidents (5/9)

Episode 6 : 1990, le retour en Serie A, l’arrivée de Francescoli (6/9)

Episode 7 : Les stades mythiques (7/9)

Episode 8 : Le Scudetto 1970 (8/9)

Episode 9 : Cagliari, club de province dans le football moderne (à suivre)

Sébastien Madau



Lire aussi