Top 5 : les plus beaux buts de Paolo Rossi

Par Grégory Canale publié le 31 Déc 2020
Crédits

Il était le visage de l’Italie. Un prénom et un nom parmi les plus répandus dans la péninsule. Paolo Rossi s’est éteint le 9 décembre dernier à 64 ans. Le champion du monde 1982 était un attaquant redoutable devant le but, auteur de 154 réalisations pendant sa carrière. Florilège en guise de dernier adieu, avant d’entamer la nouvelle année et de laisser ce triste 2020 définitivement derrière nous.

5ème : Vicenza vs Bologna (1977)

Après des débuts à la Juventus et un passage raté à Como, le joueur atterrit au Lanerossi Vicenza en 1976. Il a alors 20 ans. C’est dans le Vénétie que le natif de Toscane va se révéler. Meilleur buteur et vainqueur de la Serie B, Paolo Rossi dispute sa première saison comme protagoniste en Serie A en 1977-1978. Le 18 décembre 1977, la surprenante promue Vicenza reçoit Bologna. Mario Guidetti ouvre rapidement le score, puis plus grand chose jusqu’à la 74ème minute. Le numéro 9 est alors servi parfaitement au point de penalty. D’un contrôle du droit en pivot, il se retourne pour tromper Mancini d’une frappe du gauche avec la complicité du poteau. En fin de match, l’attaquant inscrira le 3-0. Une saison qu’il conclura comme capocannoniere avec 24 réalisations. Son équipe, rebaptisée le « Real Vicenza », terminera à une inattendue deuxième place. Et Paolo valide ainsi son billet pour la Coupe du monde 1978 avec l’Italie.

But à retrouver à 0’45

4ème : Inter vs Perugia (1979)

Mais le rêve de Vicenza connaît un coup d’arrêt brutal, avec une rétrocession à la fin de la saison suivante. Rossi s’engage donc avec Perugia pour rester dans l’élite. En Ombrie, il connaît un départ canon. Le 9 décembre 1979, le joueur affronte l’Inter, future championne. À la 19′, Pablito égalise avec adresse et malice. Lancé magnifiquement par Ceccarini, Paolo profite d’une mésentente entre Bini et Bordon pour devancer – de la tête – la sortie complètement ratée du gardien nerazzurro. L’attaquant ira de son doublé dans cette rencontre spectaculaire, qui s’achèvera sur une victoire de l’Inter 3-2. Tout semble lui sourire, jusqu’en mars 1980 et la révélation du Totonero, qui va le conduire à une suspension de deux ans. Il est alors le meilleur buteur du championnat.

But à retrouver à 0’55

3ème : Juventus vs Hellas (1983)

Paolo Rossi est annoncé sur la fin à seulement 24 ans. Avant même la fin de sa suspension, la Juventus décide néanmoins de miser sur lui. Il fait son retour en avril 1982, ce qui lui permettra d’être retenu par Bearzot au Mondial en Espagne. À Turin, le Toscan réalise – en 1983-1984 – l’une de ses saisons les plus abouties. Et l’un des bijoux de sa carrière face à l’Hellas, le 6 novembre 1983. Dans ce duel de la 8ème journée de Serie A, la Juve mène vite les débats grâce à Boniek. Puis, à la 32ème minute, les Bianconeri jouent rapidement un coup-franc. Platini glisse amoureusement la balle dans la surface, remise de la tête de Penzo, avant une parfaite exécution de Rossi. Pablito contrôle le ballon et expédie une reprise de volée dans la lucarne droite de Garella. Il inscrira un autre pion en fin de rencontre. Et son équipe sera championne à la fin de la saison.

But à retrouver à 0’45

2ème : Juventus vs Standard de Liège (1982)

Le virevoltant attaquant fera également le bonheur de la Juventus lors des joutes européennes. Notamment pendant l’édition 1982-1983 de la Coupe des clubs champions, qu’il conclura comme meilleur scoreur. Le 3 novembre 1982, la Vecchia Signora reçoit le Standard de Liège pour les huitièmes de finale retour (1-1 à l’aller). Les hommes de Trapattoni se rendent la tâche facile dès la première demi-heure, grâce à un doublé de Rossi. Pour son deuxième but, Paolo régale. Il initie une action au milieu de terrain, combine avec Platini et s’en va à toute vitesse vers la cage. D’une feinte chaloupée, le joueur met ensuite dans le vent un défenseur et le pauvre gardien Preud’homme, pour marquer enfin du pied gauche.

La Juve se hissera jusqu’en finale de la C1. Mais Paolo Rossi ne soulèvera la « coupe aux grandes oreilles » que pour sa dernière avec le club turinois en 1985. Son bilan en blanc et noir : deux scudetti, une Coppa Italia, une C1, une Coupe des coupes et une Supercoupe UEFA.

But à retrouver à 4’36

1er : Coupe du monde 1982, son chef-d’œuvre

Ce n’est pas un mais six buts qui se placent sur la plus haute marche du podium ! Car Paolo Rossi laissera à jamais le souvenir du Mondial 1982 dans la mémoire des Italiens. Difficile de distinguer l’une des six réalisations de Pablito, tant elles ont chacune leur importance. Elles le représentent d’ailleurs parfaitement. Le timing millimétrique et l’opportunisme lors du triplé contre le Brésil. La science du placement en demi-finale avec son doublé face à la Pologne. Et l’excellent jeu de tête devant l’Allemagne de l’Ouest en finale.

Un capolavoro réussi dans un contexte également particulier. La sélection de l’attaquant à la Coupe du monde fait polémique, lui qui revient tout juste de deux ans de suspension. Mais finalement, Paolo Rossi conduira la Nazionale sur le toit du monde – 44 ans après sa dernière étoile – sera le meilleur buteur du tournoi et empochera le Ballon d’Or quelques mois plus tard. Avec les Azzurri, il a inscrit neuf buts en Coupe du monde, un record co-détenu avec Baggio et Vieri.

Ciao Pablito !





Avatar

Grégory Canale

Rédacteur



Derniers articles

Revue de presse quotidienne du calcio

Recevez chaque jour à midi un email avec nos meilleures actualités. (Service gratuit)

Inscription effectuée ! Vous aller recevoir un email et vous devez impérativement confirmer votre inscription.