CALCIOSTORY Juventus-AS Roma 2001 : quand les Romains s’assuraient le Scudetto au Delle Alpi

Par Yacine Ouali publié le 06 Fév 2021
Crédits

Ce samedi, la Juventus reçoit l’AS Roma dans un match qui, s’il n’est pas celui du titre, est celui à ne pas perdre pour ne pas se faire distancer par les intraitables clubs milanais. Au cours de leur longue histoire, turinois et romains se sont néanmoins régulièrement affrontés pour la récompense suprême : il y a le Gol di Turone, le récent match aux trois pénalties où Rudi Garcia déclarait que l’AS Roma gagnerait le titre… et il y a ce Juventus – AS Roma du 6 mai 2001, saison du dernier Scudetto romain. Calciomio vous emmène au cœur de match mythique aux grandes répercussions et au héros tout à fait improbable.

Les revenants contre les affamés

En 2001, les dynamiques turinoises et romaines sont différentes. À la Juventus, on essaie d’oublier les terribles saisons 1998-1999 et 1999-2000, au cours desquelles le club a fini 7ème puis est passé à deux doigts du titre (le fameux déluge de Perugia).

À Rome, l’esprit est différent. Le club comme les tifosi sont affamés : l’éternel ennemi laziale a gagné le Scudetto la saison d’avant. Et la pilule ne peut jamais passer. Alors en 2000-2001, l’AS Roma joue cartes sur table et compose une véritable dream team, avec notamment Montella, Batistuta et Totti pour mener l’attaque, excusez du peu.

À la 28ème journée, la Juventus, qui réalise un triste match contre Lecce (1-1), garde une lueur d’espoir. Et pour cause, la Lazio, autre concurrent au titre, réussit à arracher le nul dans le derby au bout du bout du temps additionnel. Ainsi, quand les giallorossi se présentent au Delle Alpi pour la 29ème journée, ils n’ont « que » six points d’avance sur leurs adversaires. Une victoire turinoise et tout est relancé.

Une Juventus en mode rouleau compresseur

Quand le match commence à Turin, la Juventus ne fait pas de montagnes de l’absence de Conte. L’équipe se met directement en mode rouleau compresseur, comme à la grande époque de Lippi entre 1995 et 1998. C’est ainsi qu’en 5 minutes, l’Italie croit la messe dite : à la 4ème minute, Zidane réalise des arabesques dont il a le secret sur le côté gauche, lève la tête et sert Del Piero sur un plateau. L’Italien devance Antonioli, le gardien romain, et marque de la tête. La célébration est folle, à l’image de l’enjeu du match.

Ce premier coup de semonce semble ne pas assez effrayer les visiteurs. Sur l’engagement, ils perdent très vite le ballon et la Juventus repart vers l’avant. C’est comme si chaque joueur joue la dernière action de sa vie. Près de la surface, Inzaghi sert Zidane plein axe. Cette fois, le génial Français ne s’embarrasse pas : contrôle, tir, but (Antonioli n’est une fois de plus pas exempt de reproche).

2-0 en 5 minutes, le Delle Alpi exulte comme jamais. Et le déluge, qui sourit cette fois aux turinois, ne s’arrête pas. Zambrotta teste Antonioli, les tirs continuent de pleuvoir.

La réaction de champion de l’AS Roma

Pas championne depuis des lustres, l’AS Roma sort néanmoins la tête de l’eau après 15 minutes et réagit comme un club qui vise le titre doit réagir. Petit à petit, le match s’équilibre, et Batistuta passe tout près de réduire l’écart.

Toutefois, quand l’arbitre siffle la mi-temps, les analyses sont les mêmes partout : l’AS Roma s’est réveillée trop tard, et la Juventus semble se diriger vers une de ces victoires dont elle a le secret. Patronne, la Vieille Dame ne se laisse pas submerger quand, après un retour des vestiaires où Capello aura fait trembler les murs du stade, les Giallorossi se montrent plus menaçants.

À la 60ème minute, le verrou turinois ne saute pas encore. Excédé, Capello prend une décision qui entrera dans le folklore de la légende du Scudetto romain. Il sort Totti, déjà bandiera et indispensable, au profit du jeune Nakata. Sacrilège, pense-t-on dans les travées. Coup de génie, diront-ils 18 minutes plus tard, quand le japonais répond à Zidane en décochant une frappe surpuissante des 25 mètres, sur laquelle Van der Sar ne peut strictement rien.

L’aeroplanino évite le crash pour l’AS Roma

Après le but de Nakata, la Juventus passe en mode défense tout terrain. Ancelotti sent que ses attaquants n’ont plus de carburant pour marquer un troisième but, et sort Del Piero pour bétonner avec Conte. Pendant 12 minutes, le plan fonctionne ; défendre un résultat contre vents et marées, la Juventus sait faire.

Mais il est parfois de ces actions qui font dire que, quoi qu’il arrive, un résultat était promis. C’est, dans ce cas, le résultat du nul pour les romains, qui arrachent un point au bout sur un but de l’aeroplanino Montella, qui est à la retombée d’un ballon maladroitement repoussé par Van der Sar à la suite d’un nouveau tir de Nakata.

À Rome, c’est l’extase : l’AS Roma revient de Turin avec un point précieux et garde la main dans la course au titre. Mieux, ces deux points chipés à la Juventus se révèleront cruciaux au moment de faire les comptes, alors que les romains finissent champions… deux points devant la Vielle Dame !

Ainsi va l’histoire de ce Scudetto 2000-2001, arraché au courage et au cœur par l’AS Roma au Delle Alpi. À eux de contrarier à nouveau la Juventus à l’Allianz Stadium ce soir, pour rester devant la Vieille Dame et, pourquoi pas, compter ce résultat en fin de saison comme un tournant dans la course au titre ou à la Champions League.

Yacine Ouali



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.