A mi-chemin, ce mercato estival 20/21 n’emballe pas vraiment

Par Cesco publié le 20 Sep 2020
victor osimhen napoli

Le coronavirus aura laissé des traces, et pas uniquement dans les stades. Les clubs de Serie A ont été touchés économiquement et le mercato s’en ressent. Prudence, ajustements, peu de coups forts et de stars. Alors que le championnat reprend et qu’il ne reste que 15 jours de négociations, coup d’oeil sur les principaux mouvements, loin de l’euphorie d’habitude si grande en Italie.

Peu de gros investissements

Ils ne sont que trois clubs à avoir sorti plus de 20 millions sur un joueur. D’abord la Juventus et son échange phare Pjanic/Arthur. Si le montant du transfert est estimé à 74 millions d’euros, il faut rappeler que pour arriver à cette somme, la Vieille Dame a du sacrifier son milieu bosnien, pierre angulaire de son dispositif depuis plusieurs années ce qui fausse un peu les chiffres.

Viennent ensuite le Napoli et l’Inter. Avec Osimhen, De Laurentiis a dit au revoir à ses économies de vacances. 70 millions d’euros pour le jeune nigérian, brillant avec Lille la saison passée. Le plus gros transfert de cette session pour le moment. Pour l’équipe d’Antonio Conte, le coup retentissant est celui d’Hakimi, pris au Real sans broncher pour 40 millions d’euros. Celui qui a déjà soulevé la Champions League avec les Merengues à seulement 21 ans et qui sort d’une saison pleine avec Dortmund (5 buts et 10 passes décisives) est le vent de fraicheur de cette Inter news look. Deux joueurs forcément qui attireront les regards cette saison.

De la prudence à excès et du dégraissage

Si le cas de la Juventus a déjà été évoqué avec les résolutions de contrat d’Higuain ou encore Matuidi, le recrutement en prêt de McKennie témoigne du manque de liquidités disponibles sur cette session estivale. Alors que Paratici a augmenté l’offre pour Dzeko à 17 millions, la Vieille Dame ne semble pas disposée à faire de folie. Même chose chez ses concurrents, l’AS Roma attend encore Milik ou Smalling et se sépare de quelques cadres et l’Inter cherche désormais à dégraisser après avoir fait venir Kolarov à 1,5 millions puis Vidal quasi gratuitement. Le Milan AC quant à lui utilise pleinement les formules de prêt avec option ou obligation avec des possibilités de contre-achat. Les cas Brahim Diaz ou Tonali l’illustrent bien. De nouveaux paris en somme pour des finances qui sont toujours à la limite.

Et maintenant ?

Alors oui, il ne reste que 15 jours pour s’emballer et les rumeurs Kante, Chiesa, Messi semblent bien loin. Il faut désormais vendre les indésirables. Car les prêts ne suffisent plus à masquer les erreurs de management du passé. Et à ce jeu là, c’est bien tous les gros clubs italiens qui y participent. Excepté peut-être le Napoli, qui malgré la perte d’Allan peut encore compter sur des cadres historiques productifs. Mais pour combien de temps ? Si ce mercato ne nous a pas encore permis de nous enflammer, les 15 prochains jours pourraient changer la donne. A condition de voir les Khedira, Joao Mario et autres Paqueta mettre les voiles rapidement.

 

 

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi