DOSSIER : Les tifosi – Ces Chants de Serie A (4/5)

Par Christophe Mazzier publié le 06 Juin 2020

Le calcio en Italie, et l’adage est tellement ancré qu’il est devenu un pléonasme, est plus qu’une religion pour des millions de tifosi nationaux et éparpillés dans le monde. L’angoisse générée, les montées d’adrénaline, les changements d’humeur qui suivent les résultats. Les cœurs, les chants, les hymnes aux Dieux du stade… A travers ce dossier, Calciomio vous emmène dans les tribunes, là où siègent ceux sans qui le football ne serait pas ce qu’il est. Aujourd’hui, nous allons laisser place à quelques chants, triés sur le volet, dédiés à des grands joueurs de Serie A.

1. Maradona

On commence par le footballeur qui aura marqué de son empreinte, et le Napoli, et le monde du ballon rond. Vainqueur avec le Napoli de deux scudetti, d’une coupe et d’une supercoupe d’Italie et de la C3 européenne, son aura, sa personnalité ont marqué de son sceau la cité méridionale. Aujourd’hui, il est impossible de penser au Napoli sans penser au Pibe de Oro, même plus de 30 ans après, tellement son empreinte reste et restera indélébile.

« Oh mama mama mama, Oh mama mama mama, Sai perchè mi batte il Corazon, Ho visto Maradona, Ho visto Maradona, Oh mama inamorato sono… »

2. Totti

Il Capitano et l’AS Roma c’est une histoire d’amour qui aura duré presque 30 ans. Il prendra sa retraite en 1997 après être arrivé en 1989. Vainqueur d’un championnat d’Italie, de deux coupes nationales, d’une supercoupe, soulier d’or en 2007, il est de cette race de joueurs au talent inégalable, et dont la fidélité  lui confère ce petit plus qui fait basculer un fuoriclasse au rang de superstar.

3. Batistuta

En 2000, Batigol a 31 ans quand il rejoint la ville éternelle. Le président Franco Sensi réalise ainsi son rêve en le « débauchant » de la Fiorentina, club qui l’avait érigé au rang de superstar. Lors de sa première saison, ses buts marqués vont aider l’AS Roma à gagner le 3ème scudetto de son histoire, le premier pour lui. De part sa personnalité, son abnégation sur le terrain, et ses qualités de buteurs, il marquera l’histoire du club de la Louve.

« Tutto il mondo sà che ora giallorossa è la sua maglia, quando segnerà sotto la curva ce va la mitraglia, tutti sanno che si chiama Gabriel Omar Batistuta, ma noi sappiamo che è un grande campione e lo chiamiamo IL RE LEONE »

4. Adriano

La météorite brésilienne atteindra le sommet aussi vite qu’il le redescendra. Entre 2004 et 2006, il est l’un des attaquants les plus forts du monde, il frappe les esprits autant qu’il traumatise les défenses adverses. Auteur de 44 buts avec les Nerazzurri, ceux qui l’ont vu se rappellent encore de sa puissance, sa technique, sa dextérité. Il aurait pu avoir une autre carrière que celle qui l’a amené ensuite au purgatoire. La Saudade était trop forte, les facteurs extérieurs aussi.

« Che confusione, sarà perché tifiamo, un giocatore che tira bombe a mano, siam tutti in piedi per questo brasiliano, batti le mani, che in campo c’è ADRIANO!!! »

5. Kaka

Un autre chant pour un autre brésilien Kaka qui aura marqué de toute sa classe et de sa technique la stade de San Siro. Le Ballon d’Or a glané avec les Rossoneri une Champions League, un scudetto, une supercoupe d’Europe et une coupe du monde des clubs. Le champion du monde en 2002, avec le Brésil, a fait rêver les tifosi entre 2003 et 2009.

« Siam’ venuti fin qua Siam’ venuti fin qua per vedere segnare…. Kaaaakaaaaaaaaaaaa oooooohhhhhhohhhhhhhohhhhhhhohhhhh »

6. Baggio

On peut dire que son passage à Brescia n’est pas passé inaperçu. Après une carrière déjà bien remplie, il arrive à 33 ans chez le Rondinelle. Raffaello, en hommage au peintre Raphael, ainsi surnommé par Gianni Agnelli, qui appréciait les esthètes, marquera 45 buts en 95 matchs. Il prendra une retraite bien méritée à 37 ans, 4 ans après sa venue. Nul doute que Baggio, au sein du club lombard, aura déclenché des passions auprès des jeunes tifosi, et des moins jeunes. Il était de ses joueurs qui faisaient se déplacer les foules au stade.

« Tutto il mondo sa che il bancoblu del Brescia e` la sua maglia, quando in campo va in ogni stadio ci sara` battaglia… noi vogliamo che tu firmi a vita per il nostro Brescia, sei sempre tu che ci porti in vantaggio, facci sognare Robi Baggiooooooo »

7. Gullit

Le Néerlandais composait un duo de choc avec son compère d’attaque Van Basten au Milan AC. Triple champion d’Italie, double vainqueur de la Champions League, son palmarès est un inventaire à la Prévert. Sur le terrain, « la tulipe noire » comme il était surnommé, éclaboussait de toute sa classe le jeu et pourfendait les défenses adverses avec une facilité déconcertante.

« Spacca i pali, spacca le traverse, gullit gol, gullit gol, tulipano nero, tulipano nero, facci un gol, facci un gol!! »

8. Voeller

Le finaliste de la coupe du monde en 1986 quitte son pays natal pour poser ses bagages sur les bords du Tibre, l’année suivante en 1987. Cinq ans après il rejoindra l’OM et le Stade Vélodrome, amadoué par les paroles d’un Bernard Tapis qui lui permettra de gagner la Coppa Dei Campioni. Rentré dans le Hall of Fame giallorosso en 2014, il aura participé à 196 matchs et inscrit 68 buts dans la capitale italienne.

« Vola, sotto la curva vola, la curva s’innamora, tedesco vola »

9. Del Piero

On ne pouvait parler de ce classement sans mentionner le numéro 10 bianconero. Auteur de 208 en 513 matchs de championnat avec la Juventus, le capitaine turinois était surnommé Pinturicchio par l’Avvocato Agnelli. « Si Baggio était mon Raffaello, alors Alex serait plutôt mon Pinturicchio », avoua charmé le président honoraire du club en 1995, à la Gazzetta dello Sport, comparant le football à un art pictural.

« Io di te non mi stanco,sono sempre al tuo fianco…. SEI LA COSA PIÙ BELLA CHE C’È »

A lire aussi dans le dossier « Les Tifosi » :

1. Le Calcio, cette religion (1/5)
2. Ces Chants de Serie A (2/5)
3. Ces autres Chants de Serie A (3/5)
4. Ces Chants à destination des joueurs (4/5)
5. Arrêt sur Image : le Milan AC (5/5)

Christophe Mazzier



Lire aussi