DOSSIER : La Nazionale, ni plus ni moins, avec ses attaquants

Par François Lerose publié le 02 Août 2018

Quand on y repense, l’Italie c’était une défense de fer auparavant mais aussi une attaque de feu. Inzaghi, Vieri, Totti, Baggio .. Des attaquants capables de faire la différence à tout moment, sur une seul occasion. Aujourd’hui le talent est toujours présent, mais peine à se confirmer avec le maillot azzurro.

L’attaque, le grand gâchis

Balotelli, Insigne, Bernardeschi, Chiesa, Belotti. D’accord, on ne parle pas de Messi, de Mbappé ou de Ronaldo. Mais personne ne pourra dire que cette attaque aurait été ridicule face à la plupart des autres sélections du Mondial 2018. Qualitativement parlant, c’est certainement supérieur à l’attaque version 2016 Pellè, Eder, Zaza, Immobile qui avait pourtant fait de belles choses. Si le futur de SuperMario est flou, il devrait tout de même trouver un club qui en fera son 9 titulaire et poursuivra sur sa bonne lancée entreprise à Nice. Belotti sort d’une saison moyenne suite à des blessures mais représente une valeur sûre. Bernardeschi devrait jouer ses 25 matchs cette saison bien qu’il ne soit pas titulaire à la Juventus, quant à Insigne, on espère le voir encore progresser sous Ancelotti. Les cinq éléments cités sont la base sur laquelle repartira Mancini, des joueurs capables de réellement briller s’ils sont mis dans les bonnes conditions. On n’oublie pas les autres Immobile, Politano, Verdi, Berardi, Zaza tous présents sur la première liste de Mancini, Cutrone ou encore Nicola Sansone (pré-convoqué) qui pourrait se relancer à la Fiorentina cette saison. Des joueurs qui, en forme, peuvent aussi contribuer à la réussite de la nouvelle Nazionale.

La sensation est que Mancini devrait pouvoir aligner un XI d’une qualité plus que correcte, en tout cas pas moins bon que la grande majorité des sélections ayant pris part au dernier Mondial, si on enlève la France, le Brésil, la Belgique et la Croatie qui semblent légèrement au dessus. Après des années de domination espagnole où l’Italie a tenté de se travestir pour coller à la mode du jeu de possession, oubliant ses bases et son pragmatisme, ce Mondial aura montré que des équipes organisées et disciplinées pouvaient inquiéter les plus talentueuses, sur le papier. Et même la plus talentueuse s’est imposée sur cette idée. Antonio Conte avait commencé ce travail de retour aux source qu’il sera bon de poursuivre pour Roberto Mancini, avec des joueurs pas aussi mauvais que ce que l’on pourrait croire.

A lire aussi

La Nazionale, ni plus ni moins, avec ses gardiens : ICI

La Nazionale, ni plus ni moins, avec ses défenseurs : ICI

La Nazionale, ni plus ni moins, avec ses milieux : ICI

François Lerose

Rédacteur en Chef



Lire aussi