Matteo Lovato prêté par l’Atalanta à Cagliari : à la recherche du temps perdu (1/2)

Par Teo Contu publié le 15 Jan 2022
Crédits

Courtisé par de nombreux cadors à l’été 2021, Matteo Lovato avait décidé de rejoindre finalement l’Atalanta. Un choix qui pouvait se comprendre au vu de la philosophie de jeu de la Dea, en cohérence avec ce que le jeune défenseur proposait balle au pied. Seulement, six mois après, force est de constater que le mariage n’a pas encore bien pris entre le natif de Monteselice et le club de Bergame. Pour tenter d’éviter le divorce, le jeune espoir italien a donc posé ses valises à Cagliari jusqu’à la fin de la saison (au moins). Passer de l’objectif LDC à l’objectif maintien, voici ce qui attend Matteo Lovato pour cette fin de saison. Avant d’évoquer plus amplement ce qu’il va apporter au club sarde, Calciomio revient sur son éclosion à l’Hellas suivi de son échec à l’Atalanta.

Un football plaisir à l’Hellas

Son ascension aura été aussi rapide qu’impressionnante. À seulement 21 ans et une seule saison complète chez les pros, Matteo Lovato était déjà courtisé par les grosses écuries italiennes. Pourtant encore pensionnaire de Serie C en 2020 lorsqu’il évoluait du côté de Padova, ses 24 matchs disputés avec l’Hellas la saison suivante lui auront suffi pour qu’il fasse éclater son talent. Une excellente vision de jeu couplé à une bonne qualité de récupération l’ont rendu rapidement indispensable dans la charnière de l’Hellas.

Parmi les défenseurs de Serie A de moins de 25 ans, il était d’ailleurs en tête du classement des interceptions par match (3.4 en moyenne par rencontre) l’an passé, juste devant Ibanez.

Habitué à jouer aux postes de la charnière centrale du 3-5-2 d’Ivan Jurić, il allait retrouver ce même dispositif à l’Atalanta. Ses premiers mots lors de sa signature à l’Atalanta confirmaient d’ailleurs la forme de continuité que ce transfert devait avoir pour sa carrière : « Il y a la même philosophie (entre Gasperini et Jurić NDLR), mais avec des principes légèrement différents. Le plus important pour moi désormais est de tout donner, et d’apprendre le plus possible ».

Pas (encore) compatible avec l’Atalanta ?

Huit millions d’euros cet été (plus trois millions de bonus). C’est la somme qu’a déboursé l’Atalanta pour s’offrir les services de Matteo Lovato. Sur le papier, le jeune défenseur cochait toutes les bonnes cases lors de son arrivée à l’Atalanta. Premièrement, il arrivait dans un secteur où le club de la Dea éprouvait des difficultés à recruter (à l’instar de son armada offensive, par exemple). Sa qualité technique et son jeu long (encore perfectible) venaient ajouter une nouvelle dimension à cette défense bergamasque, qui montrait des lacunes dans ce même secteur.

Les montées très offensives de Palomino et Djimsiti allaient être aussi compensées par le jeu plus prompt du jeune joueur, qui sait se porter vers l’avant sans pour autant mettre la défense à découvert.

Mais ça, c’était sur le papier. Sur le terrain, il aura fallu attendre la mi-octobre et les blessures simultanées de Toloi et Djimisiti pour voir Lovato pointer le bout de son nez. Son concurrent direct pour gratter ce petit temps de jeu ? Le jeune Giorgio Scalvini, issu de la génération 2003 (aucun match en pro), qui selon la presse italienne aurait même pu prendre sa place dans la rotation. Un début de temps de jeu intéressant pour le jeune joueur, qui va être coupé par une blessure arrivée trop vite. Le retour des cadres combinés à son indisponibilité l’ont conduit à vivre à avoir un temps de jeu famélique en novembre et décembre. Soucieux de ne pas se séparer de son joueur prometteur, l’Atalanta souhaite tout de même lui donner du temps de jeu pour qu’il grandisse. Direction la Sardaigne donc pour Matteo Lovato et la mission sauvetage de Cagliari.

À retrouver dans ce dossier :

Épisode 1 – À la recherche du temps perdu
Épisode 2 – À suivre

Recevez chaque jour les actus du foot italien dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter quotidienne (gratuite)

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Teo Contu

Étudiant en L3 Info-Com. Passionné de foot depuis le berceau et supporter du Milan AC



Derniers articles