DOSSIER : La linguistique du Calcio – Le Dictionnaire

Par Elio Gusti publié le 30 Nov 2019

Troisième et dernière partie de cette incursion linguistique des spécificité transalpine et pour vous permettre de briller lors de vos prochaines soirées de Serie A ou lors de la future victoire de la Squadra en Coupe d’Europe, nous vous avons préparé un petit dictionnaire non exhaustif de certains des termes utilisé les plus récurrents ainsi que leur définition.

ALA : L’Ailier, poste qui tend à disparaitre mais que Chiesa est entrain de réinventer.

BANDIERA: Littéralement « Le drapeau » : joueur symbole d’un club jouant l’ensemble de sa carrière sous le même maillot ou suffisamment longtemps pour représenter l’âme d’un club. Exemple : La famille Maldini.

BOMBER : Un grand attaquant particulièrement efficace et physique. Exemple : Bobo Vieri était LE Bomber absolu.

CAPOCANNONIERE : Capo : Chef, Cannoniere : Canonnier. Une belle image pour parler du meilleur buteur souvent premier artificier de son club . Exemple : Ciro Immobile aujourd’hui.

CATENACCIO : Sans doute le terme le plus connu du calcio. Littéralement Le Cadenas : stratégie qui connue ses heures de gloire avec l’Inter des années 60 puis celle des années Mourinho.

CARTELLINO : Le carton qui peut soit être Giallo ou Rosso (selon si c’est la Juve qui est arbitrée)

CENTROCAMPISTA : Terme désignant le poste de milieu de terrain. Exemples : Gattuso et Ambrosini.

CUCCHIAIO : Littéralement « la petite cuillère » c’est une image pour éviter de dire Panenka. Exemple : la cucchiaio de Pirlo sur Joe Hart en 2012.

CURVA : Le virage. Elle peut être Nord (Lazio/Inter) ou Sud (Milan AC/Juventus et même Tunis !)

COLPO DI TACCO : « Le coup de talon » littéralement une talonnade.

COMMISSARI TECNICO : Le commissaire technique, mot beaucoup plus classe et révérencieux que « sélectionneur ».

ESTERNO : Littéralement l’extérieur. Mais n’indique pas une passe mais bien le positionnement d’un milieu de terrain dans un couloir. Et oui chez nous on ne rigole pas avec la tactique.

FUORICLASSE : Littéralement « hors de classe ». Un joueur tellement bon qu’on ne peut le comparer avec le commun des mortels. Exemple : Roberto Baggio.

GOL DI RAPINA : Rapina veut dire « vol ». C’est donc une expression réservée aux chasseurs de buts capable de marquer dans des situations improbables. Exemple : Pipo Inzaghi.

LIBERO : Popularisé dans les 80’s le Libero est un poste qui a peu a peu disparu à cause de la défense de zone de Sacchi. Le numéro 6 était un défenseur central « libre » faisant office de « Registra » de son équipe.

LISCIO : Littéralement « lisse », c’est l’expression que l’on utilise lorsqu’un joueur rate son contrôle. Exemple : regarder une compilation de Wallace ou Rugani.

MALEDETTA : Littéralement « Maudit », terme utilisé pour décrire un certain type de coup franc généralement frappé à l’entrée de la surface et converti par Andrea Pirlo.

MEZZALA : Popularisé par Football Manager ce rôle n’est pourtant pas nouveau de notre côté des alpes et consiste à un milieu de terrain offensif évoluant entre les lignes. Exemple : Gianni Rivera ou plus récemment Barella

MISTER : Comme pour « Commissari Tecnico » nom classe et plein de respect pour désigner un entraineur particulièrement brillant et proche de ses joueurs. Exemple : Carlo Ancelotti

NEL SETTE : Littéralement « Dans les sept » désigne un tir en pleine lucarne, qui la forme du chiffre 7.

PANCHINARO: Terme péjoratif pour désigner un joueur qui cire le banc de touche (Panchina). Exemple : Adrien Rabiot.

PAPERA : Le canard. Animal redouté par les gardiens car désigne une sortie particulièrement hasardeuse et ridicule. Exemple : Les arrêts d’Edel Apoula époque PSG.

PALO : Le poteau, celui qui empêche le but.

PRIMA (e seconda) PUNTA : L’attaquant, joueur de pointe chargé d’empiler les buts. Exemple : Luca Toni, Paolo Rossi et Ciro Immobile.

RETE : Désignant littéralement les filets, terme crié et répété en boucle par les commentateurs lors d’un but.

RIGORE : Littéralement la rigueur. Une image solennelle pour désigner un penalty.

REGISTA : Le réalisateur, celui qui met en scène le jeu de son équipe à partir d’une position reculée du milieu de terrain. Exemple : le multi-oscarisé Andrea Pirlo.

ROSA : « La rose »,  terme romantique désignant l’effectif d’un club.

ROVESCIATA : Le rêve de chaque enfant, marquer un but d’une bicyclette. Geste que Papin avait malheureusement laissé en France lors de son séjour à Milan.

SCIABOLATA MORBIDA : Désigne une douce transversale que certains grands joueurs savaient déposer délicatement dans les pieds d’un partenaire.

SMANACCIATA : Désigne un gardien dégageant aux poings plutôt que tentant d’arrêter le ballon. Synonyme : Salvatore Sirigu ou Strakosha.

TERZINO : Littéralement la troisième personne du singulier. Utilisé aussi chez nous pour désigner les latéraux.

TRAVERSONE : Un centre parfait de Grosso déposé sur la tête de Luca Toni.

TREQUARTISTA : Le fameux numéro 10. Espèce en voie d’extinction jouant entre les milieux de terrain et les attaquants. Exemple : Roberto Baggio, Roberto Mancini et Alessandro Del Piero.

TRIANGOLO : Littéralement le triangle. Figure géométrique représentant un une-deux.

TUNNEL : Le mot italien pour désigner un petit pont.

ZONA CESARIN : Un but marqué dans les dernières secondes. Expression passée dans le language courant pour désigner une chose faite au dernier moment. Vient d’un but Renato Cesarini, un joueur de la Juventus des années 30, et popularisée par le journaliste Eugenio Danese.

FANTACALCIO : La version originale, plus complète, intelligente et intéressante que MPG.

 

A lire aussi :

1) La linguistique du Calcio : l’histoire et le spectacle

2) La linguistique du Calcio : les intellectuels sportifs

Elio Gusti

Romain par mariage, j'aime la Lazio, les cornetto al miele et les Fiat. Je n'apprécie pas le football moderne et les personnes portant des chemisettes à carreaux. Philosophiquement Maradonien à tendance Zemanienne.



Lire aussi