DOSSIER : Cinq histoires de flop du mercato. Épisode 2 : Paulo Futre, le fantôme de la Reggiana

Par Yacine Ouali publié le 10 Août 2019

Chaque année, le mercato constitue cette période d’espoir où les effectifs se chamboulent et se réinventent. C’est là, en plein cœur de l’été, que se jouent les futurs succès comme les plus amères débâcles. Chaque samedi jusqu’à la fin du mercato, fixé au 2 septembre, Calciomio vous raconte des histoires de flops retentissants… Deuxième épisode aujourd’hui, avec le passage de Paulo Futre à la Reggiana.

Un galactique chez un promu

À la fin 1992, Paulo Futre est sans conteste l’un des plus grands joueurs du monde. Légende du FC Porto, à qui il a offert la C1 en 1987 en terrorisant les défenses aux côtés de Rabah Madjer, et idole de l’Atlético Madrid, le portugais traverse ensuite une période difficile, entre Benfica et l’OM, miné qu’il est par les blessures. L’ailier gauche ne perd pas pour autant son crédit, et à l’été 93, un Milan AC. au sommet de sa gloire vient aux nouvelles. Refroidi par l’état physique du joueur, Berlusconi change toutefois d’avis et c’est finalement le promu de l’AC Reggiana 1919, club basé à Reggio-Emilia en Émilie-Romagne, qui rafle la mise.

Pour sa première saison dans l’élite italienne, la Reggiana ne pouvait rêver mieux. Attirer un ailier du calibre de Futre, qui à peine un an auparavant était élu homme du match lors de la finale de coupe du Roi gagnée par l’Atlético contre le Réal au Bernabeu… C’est ce qui s’appelle envoyer un message.

Paradis, purgatoire, enfer

Recruté à la toute fin du mercato, Paulo Futre fait ses débuts avec la Reggiana le 21 novembre 1993, contre l’US Cremonese. Et quels débuts…

Le portugais, qui avait déclaré dans la presse avoir retrouvé des couleurs, marque ainsi dès son premier match en première mi-temps, d’un tir dans le petit filet après un petit numéro dans la surface qui laissa trois défenseurs de Cremonese stupéfaits. Ajoutons à cela que ce but scella la toute première victoire de la Reggiana en Serie A, et la joie des tifosi peut se comprendre.

Malheureusement pour Futre, un tacle assassin de son adversaire Alessandro Pedroni le met sur la touche pour le reste de la saison, que la Reggiana finira à la 14ème place. C’était, après ce petit moment de paradis contre Cremonese, le début du purgatoire.

La saison suivante, alors que le Milan AC se remet de sa victoire en Champions League et que l’Italie essaie d’oublier le pénalty raté de Baggio, Paulo Futre revient à la compétition avec de meilleures intentions et un corps enfin délesté de ses blessures. Ou du moins était-ce ce qu’il croyait.

Au cours d’une longue traversée du désert qui mènera la Reggiana à la relégation en mai 1995, Futre ne réussit qu’à apparaître que douze fois sous le maillot du club, pour un total de quatre misérables buts (contre le Genoa, Parme, Cagliari et l’US Cremonese). Lui qui avait été un jour au sommet de l’Europe puis de l’Espagne n’arrivait plus à supporter l’enchaînement des matches.

Aujourd’hui encore, les plus anciens tifosi de la Reggiana maintiennent que sans les blessures de Futre, la Reggiana aurait pu se stabiliser en Serie A. Il faut dire que dans un effectif composé du gardien et champion du monde brésilien Claudio Taffarel (jusque 1994) et de Michele Padovano, la Reggiana avait de quoi proposer du jeu et de quoi gagner plus de matches qu’elle ne l’a fait. Malheureusement, le destin du club fut tout autre, et après un bref retour en A en 1996-1997, les tifosi ne revirent plus jamais la Serie A.

Restent de cette courte belle époque les exploits de Taffarel, les buts de Padovano et l’éternel regret Paulo Futre, qui, rétrospectivement, au vu de son niveau et des attentes mises sur lui et malgré son transfert au Milan à l’été 1995, s’est bel et bien révélé être l’un des plus grands flops de l’histoire du mercato en Italie.

A lire aussi

1. Oscar Ruggeri, le bidone d’Ancona

Yacine Ouali



Lire aussi