Ciro Immobile, de la bête blessée à l’aigle impérial : la confirmation (2/3)

Par Killian Picaud publié le 05 Déc 2021
Lazio-Immobile-2

Le 5 novembre 2021, lors d’un match d’Europa League contre l’OM, Ciro Immobile a inscrit son 160ème but sous les couleurs de la Lazio, toutes compétitions confondues. Cela fait de lui le meilleur buteur de l’Histoire du club romain. Il détrône ainsi Silvio Piola, qui était confortablement installé sur son trône depuis 1943 avec ses 159 buts sous les couleurs biancoceleste. Un exploit qui nous permet de revenir sur le parcours du natif de Torre Annunziata avec les Aigles. Pour ce deuxième numéro, nous allons entrer au cœur du sujet, au moment où le buteur laziale acquiert pour de bon sa réputation de serial buteur en Italie.

Ciro Immobile, il capocannoniere que l’on attendait tous

Lors de sa première saison avec la Lazio, Ciro Immobile est enfin parvenu à retrouver le niveau qu’on lui connaissait. Mais comme pour tout artiste, le plus dur n’est pas de sortir un chef d’œuvre mais de savoir en produire un autre juste après. C’est pourtant ce qu’il va réussir. Avant même que le championnat ne reprenne, il envoie déjà un premier avertissement en Supercoppa. Un doublé contre la Juventus permettra à son équipe de remporter le trophée, son premier depuis la Coppa Italia 2013. Il faudra attendre seulement la deuxième journée de championnat pour revoir un coup d’éclat de l’ancien buteur de Pescara. Contre le Milan AC, il ne fait pas dans le détail et inscrit un triplé, le troisième de sa carrière en Serie A. De quoi décontenancer les Rossoneri et leur équipe à 200 millions d’euros.

Intégré parfaitement au système d’Inzaghi

En parallèle de l’évolution d’Immobile, c’est aussi un jeune entraîneur qui commence à faire ses preuves dans l’élite. A la tête de l’équipe première depuis un an alors, Simone Inzaghi s’affirme petit à petit comme le coach qui va emmener la Lazio vers une autre dimension. D’abord parti vers un 4-3-3, il travaille depuis un certain temps un 3-5-2 qui va devenir sa marque de fabrique. Dans ce système, il parvient à trouver le moyen parfait pour mettre en valeur le plus possible son buteur. Ce dernier est entouré des latéraux et des milieux centraux portés vers l’avant, précis à la passe, ainsi que d’un second attaquant très technique au profil complémentaire avec le buteur. Un système fait en sorte pour ne jamais voir son attaquant de pointe esseulé. C’est en grande partie ce qui permettra à Immobile d’avoir toujours le soutien qu’il faut à l’entrée de la surface. Dès lors, il est dans de bonnes dispositions pour obtenir les meilleurs ballons possibles et n’avoir plus qu’à foncer vers le but avec le ballon. Le fait d’être associé au moins avec un autre attaquant lui facilite beaucoup la tâche, et peut expliquer son rendement bien meilleur en club qu’avec la Nazionale, avec laquelle il a toujours évolué seule en pointe avec seulement deux ailiers en soutien.

Des premiers records qui tombent

Tout au long de cette saison, il continue de marquer régulièrement et flirte avec le ratio d’un but par match. Le point d’exclamation survient en janvier 2018 lorsqu’il claque un quadruplé, le premier de sa carrière, contre la SPAL. Une performance rare qui le fait entrer dans des cercle plus restreints de grands buteurs. Tout d’abord, ce quadruplé lui permet d’être le premier joueur à atteindre la barre des 20 buts parmi les cinq grands championnats européens cette saison-là. C’est alors la première fois qu’Immobile obtient une certaine distinction à l’échelle continentale. Mais c’est aussi à ce moment-là qu’il commence à s’inscrire dans l’Histoire de la Lazio, et que le lien entre le joueur et le club commence à prendre une certaine dimension. Il est en effet le premier joueur de la Lazio à atteindre les 20 buts sur deux saisons de championnat consécutives depuis Beppe Signori en 1992/93 et 1993/94 (26 puis 23 buts marqués).

Malgré quelques moments creux, Immobile arrive tout de même à remporter le titre de meilleur buteur avec 29 pions, ex aequo avec Mauro Icardi. Ce dernier avait joué un match de plus seulement pour atteindre ce nombre de buts. Quoiqu’il en soit, cette saison aura permis à Immobile de réaffirmer ses qualités de buteur et montre que ses échecs à l’étranger étaient juste une mauvaise période, et que le talent est toujours là.

A lire aussi dans ce dossier :

Ciro Immobile à la Lazio, de la bête blessée à l’aigle impérial : Le retour en terre natale salvateur (1/3)

– Ciro Immobile, de la bête blessée à l’aigle impérial : la confirmation (2/3)

Killian Picaud



Lire aussi