Valter Birsa, l’âme du Chievo

Par Cesco publié le 21 Sep 2016
Crédits

birsa

Pas de doute, le Chievo est l’endroit préféré de Valter Birsa pour taper du ballon. Loin d’avoir eu une carrière flamboyante, le milieu slovène s’épanouit à merveille, à 30 ans, dans le collectif de Rolando Maran. Passé par Auxerre, Sochaux, le Genoa ou encore le Milan AC, c’est au Chievo qu’il réalise ses meilleures saisons, pour notre plus grand plaisir.

L’apprentissage fut rude

Arrivé en Serie A à 25 ans, Birsa s’est heurté aux difficultés du championnat italien. Il garde d’ailleurs un mauvais souvenir de son passage au Torino de Ventura où il devait faire l’ailier dans le 4-2-4 du désormais sélectionneur de l’Italie. Il confie aussi à la Gazzetta que son bref passage au Milan AC l’a aidé à prendre confiance, grâce à Allegri notamment, qui lui, « laissait plus de place au « talent » naturel des joueurs« . Face au championnat italien physique, tactique et peu enclin à se laisser dompter par un inconnu étranger aussi, c’est bien son talent que le Chievo va remarquer. Si ses qualités ont mis du temps à se faire remarquer, il atteint à 28 ans la maturité nécessaire pour accomplir définitivement sa carrière de footballeur. Désormais, il fête ses 30 ans, et en trois saisons du côté des Mussi Volanti, il n’a cessé de progresser. La saison passée, ses stats de 6 buts et 7 passes décisives pour son équipe parlent pour lui, en plus de la création qu’il effectue au milieu, chose qui manquait cruellement au Chievo dans la fin des années 2000.

Trequartista, sa position préférée

Au Milan AC, il évolue en trequartista derrière deux pointes. C’est dans ce registre qu’il tape dans l’oeil du Chievo. Avec Rolando Maran il va progresser et s’affirmer dans l’équipe et le 4-3-1-2 choisi. Cette saison le Chievo a engrangé 7 points sur 12 possibles en 4 journées. Des statistiques plus que correctes et le milieu slovène n’y est pas pour rien, loin de là. Face à l’Inter, il inscrit un doublé magnifique à son compatriote, Samir Handanovic en ouverture de championnat. Il récidive face à la Lazio avec une offrande pour Gamberini. Enfin, il réalise une nouvelle fois une prestation remarquée et remarquable lors de la semaine précédente face à l’Udinese, confirmant ses bonnes dispositions.

Pas d’objectifs mais un besoin de sécurité constant

Birsa fait partie de ces joueurs qui ont besoin d’affect pour exploiter au mieux ses capacités. Au Chievo il a trouvé ce qu’il lui fallait. Un club sans pression et convivial. Si l’entente avec ses coéquipiers est excellente, Valter puise avant tout sa sérénité grâce à l’environnement familial et une hygiène de vie irréprochable. Au Chievo, il ne se fixe pas d’objectifs particulier et prend les matchs les uns après les autres. Faire une passe décisive ? Marquer un but ? Cela suffit à son bonheur. S’il y en a plus, tant mieux. En attendant le foot pour lui c’est du plaisir et il n’oublie pas d’en profiter pleinement maintenant qu’il a enfin trouvé chaussure son pied.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Un cador italien sur la piste de Karim Adeyemi

Denzel Dumfries sur le point de renouveler à l’Inter Milan

Niclas Füllkrug dans le viseur du Milan AC

Ciro Immobile et la Lazio, c’est fini

C’est officiel, Mehdi Taremi rejoint l’Inter Milan

Avatar

Cesco

Rédacteur en Chef



Derniers articles