Ultras de la Fiorentina : « Nous ne sommes les marionnettes de personne »

Les tifosi de la Curva Fiesole avaient exprimé leur mécontentement en annulant les animations initialement prévues pour l'accueil de la Juve vendredi à l'Artemio Franchi (0-2). Sur le banc des accusés, la famille Della Valle, propriétaire de la Fiorentina, qui n'a plus remis les pieds au stade depuis la saison dernière.

Par Kévin Gasser publié le 12 Fév 2018

C’était un rendez-vous annuel depuis des décennies. Vendredi dernier, les Ultras de la Fiesole n’ont pas réalisé de tifo géant avant le début de la rencontre face à la Vieille Dame. Une décision annoncée sur la page Facebook Fuori dal Coro par les ultras Unonoveduesei pour qui la coupe est pleine depuis l’annonce de la mise en vente du club en juin et la fuite de ses meilleurs éléments. Les mauvais résultats et une présidence de plus en plus discrète ont poussé les ultras dans leurs derniers retranchements.

Des frères qui ont « fait leur temps »

Andrea et Diego Della Valle ne sont plus des habitués de l’Artemio Franchi. Peut-être attendent-ils la construction du nouveau stade ? Dans tous les cas, la Fiorentina a été reléguée à l’arrière-plan pour les propriétaires du groupe de mode italien Tod’s qui constitue leur activité principale. Dans leur communiqué publié sur le réseau social, les Unonoveduesei ont vivement critiqué la famille en dénonçant leurs motivations : « spéculation, profit, et abus d’image ». Dénonçant également les conditions d’accès au stade restreintes par la préfecture, ils martèlent : « Avec ce geste nous voulons répéter que les tifosi et les ultras de la Curva Fiesole ne sont les marionnettes de personne. » Ils poursuivent en appelant les tifosi au « chaos ». « Contre une direction qui ne nous mérite pas et qui a fait son temps à Florence. » Un réquisitoire qui aurait pu être crédible s’il n’appelait pas à la violence avec des insultes envers les Turinois. « Le match contre les merdes blanches et noires sera toutefois important ». Pour autant, Andrea Della Valle, président honoraire de la Fiorentina, s’est rendu au centre d’entraînement la veille de la rencontre pour encourager ses joueurs, et, certainement, pour apaiser les tensions. Une réapparition qui laisse présager un retour au premier plan du cadet de la famille.

La réconciliation passera par le terrain

Le dernier appel au départ des frères Della Valle par les Unonoveduesei date de juillet dernier, soit après la mise en vente et l’exode des cadres. Pourquoi, alors que la situation n’a pas changé depuis, se manifester seulement quand la Fiorentina se trouve à la 11e place du classement ? En effet, les protestations s’estomperaient aussitôt si les recrues estivales du directeur sportif Pantaleo Corvino se montraient efficaces et permettaient à la Viola d’accrocher une 7e place probablement qualificative en barrages Europa League. Plus que le président honoraire et son frère – qui a déjà pris ses distances avec la société – c’est donc au staff et aux joueurs de répondre sur le terrain. D’ailleurs, malgré une nouvelle défaite à domicile infligée par une Vieille Dame toujours plus séduisante, les gigliati ont rendu une bonne copie. Samedi prochain la Viola se déplace à Bergame pour chercher la victoire face à une équipe de l’Atalanta qui aura disputé un match difficile à Dortmund ce jeudi pour le compte des seizièmes de finale aller de l’Europa League.

Kévin Gasser

Rédacteur



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.