TOP 5: les transferts qui ont rapporté le plus à Cagliari

Par Sébastien Madau publié le 20 Juil 2019

Le transfert de Nicolò Barella à l’Inter s’élève pour l’heure à 37 millions d’euros (12 cette saison et 25 la saison prochaine). Les bonus lui feront atteindre les 45, voire 50. Il marquera certainement un précédent dans l’histoire des mercato de Serie A, notamment pour un milieu de terrain italien. Du côté de Cagliari, qui fêtera ses 100 ans en 2020, c’est le transfert qui rapporte le plus dans les caisses du club. TOP 5 des plus grosses ventes réalisées par Cagliari* jusqu’alors.

1er : Jonathan Zebina (18,4 millions) :

Arrivé en 1998 en Sardaigne en provenance de Cannes, le jeune de 20 ans en repartira à l’été 2000 comme un des défenseurs centraux de Serie A les plus prisés. La Roma fait tout pour l’attirer. Elle met plus de 18 millions sur la table alors que Cagliari l’avait recruté gratuitement. Un record. Après son expérience romaine (2000-2004), Jonathan Zebina sera transféré à la Juventus (2004-2010) puis Brescia (2010-2011); avant un retour en France (Brest, Toulouse, Arles-Avignon). International (1 sélection), sa fin de carrière a été plutôt poussive.

2ème: Alessandro Matri (15,5 millions) :

Belle surprise du mercato de Cagliari en 2007 que ce jeune recruté sous forme de prêt payant (2,3 millions d’euros) au Milan. Quatre saisons plus tard, (125 matchs et 36 buts), Alessandro Matri sera transféré à la Juventus pour plus de 15 millions d’euros. Son expérience turinoise ne sera pas florissante (à part une saison et demie) et Alessandro Matri commencera alors un interminable Tour d’Italie des clubs (Milan, Fiorentina, Genoa, Juventus, Lazio, Sassuolo), des prêts et des relances, sans jamais atteindre son niveau des années sardes. Ni celui de son duo tonitruant avec Robert Acquafresca.

3e: Radja Nainggolan (15 millions d’euros) :

Quand le président de Cagliari Massimo Cellino le recrute à Piacenza en 2010 pour 1,3 million, on sait peu sur ce milieu de terrain belge formé au club émilien. Arrivé au mercato d’hiver, sa première demi-saison est mauvaise mais Cagliari décide de le conserver. Le pari est gagné. Le « Ninja » explose en Sardaigne, devient un élément clé de l’équipe durant quatre saisons (2010-2014) et attire les convoitises. C’est la Roma qui remportera la mise contre un chèque de 15 millions. Dans la capitale, Nainngolan progressera encore, jusqu’à devenir alors un des meilleurs milieux de terrain d’Europe. Après 4 saisons dans la capitale (2014-2019), l’Inter casse la tirelire (38 millions) pour en faire le pilier de son milieu. Deux saisons plus tard, le bilan est moyen. Mais nul doute que le Belge a les facultés pour rebondir. En Lombardie ou ailleurs.

4e: David Suazo (13 millions d’euros) :

Quand, à l’été 2007, le Hondurien David Suazo quitte Cagliari pour l’Inter, c’est ni plus ni moins que le deuxième buteur de l’histoire du club sarde qui quitte l’île. En effet, avec 102 buts au compteur (derrière les 208 de Giri Riva), David Suazo a été de toutes les batailles, de l’anonymat en provenance de son club de l’Olimpia au brassard de capitaine. Après huit saisons (4 en Serie A, dont 22 buts en 2005-2006, et autant en B), le premier Hondurien du calcio fait ses valises. Son transfert à Milan est rocambolesque. Promis à l’Inter où il réalise la visite médicale, le Milan et le président Cellino annoncent qu’ils se sont finalement entendus. C’est finalement le joueur qui aura le dernier mot en affirmant son désir d’avenir interiste. Malheureusement, il ne s’imposera jamais et sera prêté au Benfica et au Genoa avant une fin de carrière à Catane. David Suazo est aujourd’hui entraîneur (jeunes de Cagliari, Brescia, etc).

5e: Roberto Muzzi (10 millions) :

Son nom est Muzzi, Roberto Muzzi. Mais chez les tifosi sardes, il restera à jamais « Boom Boom ». Il arrive en Sardaigne sur la pointe des pieds. Son club formateur, la Roma, veut lui faire obtenir du temps de jeu. Il y demeurera 5 saisons (58 buts en 144 matchs) et deviendra capitaine. A l’été 1999, alors qu’il était resté en Serie B pour faire remonter le club et que les supporters le voyaient rester éternellement en Sardaigne, Muzzi s’envole vers l’Udinese. Pour 20 milliards de lires, environ 10 millions d’euros. Une somme astronomique pour l’époque. Le public lui en voudra longtemps avant de lui pardonner. Il fera le bonheur des Friulans (39 buts en 103 matchs) avant de rater son expérience à la Lazio (4 buts en deux saisons et demies). Il contribuera quand même à la remontée du Torino en Serie A en 2006 avant de conclure sa carrière à Padoue en Serie C en 2009. Roberto Muzzi tient aujourd’hui une salle de sport à Rome et a passé ses diplômes d’entraîneur.

_

* Ce classement est une comparaison entre des transferts réalisés à des périodes différentes -parfois même avant l’arrivée de l’Euro- et donc à remettre dans le contexte du marché du moment.

Sources chiffrées : www.transfermarkt.it

Sébastien Madau



Lire aussi