Top 5 : internationaux italiens au chomage

Par Valentin Pauluzzi publié le 24 Juil 2015

mauri

5ème : Giandomenico Mesto

Vice Maggio pendant plusieurs saisons et stoppé par une grave blessure au genou l’automne 2013, il quitte ainsi le Napoli où il aura fait preuve de professionnalisme jusqu’au bout. Son profil polyvalent, ses 33 ans et ses prétentions salariales correctes font de lui un joueur à mettre sous contrat rapidement. L’Atalanta, Bologna et Cagliari y ont pensé.

4ème : Daniele Bonera

Après neuf saisons, le défenseur polyvalent quitte le Milan où il était un des derniers anciens. Son point fort, sa polyvalence et son expérience. Son point faible, son inconstance et son physique fragile. Les deux clubs de Vérone y penseraient…ainsi que l’OM !

3ème : Marco Borriello

Son troisième passage au Genoa était une dernière opportunité pour démontrer qu’il en avait encore sous la pédale. Pépins physiques et explosion de Niang ont chamboulé ses plans. L’attaquant napolitain reste sur 21 matches disputés et un but marqué ces trois dernières saisons et surtout, il vient de fêter ses 33 ans. Les promus que sont Bologna et Carpi seraient sur le coup.

2ème : Stefano Mauri

Capitaine « sul campo » de la Lazio depuis quelques temps suite à la sortie du 11 titulaire de Ledesma (lui aussi au chômage), son contrat n’a donc pas été renouvelé malgré la meilleure saison de sa carrière. L’age (35 ans) mais aussi les ennuis judiciaires dans le cadre du Calcioscommesse ont eu raison de lui. Il est peu probable qu’on le revoit en Italie, une expérience en MLS l’intéresserait, mais avant, il y aura très probablement un procès à affronter.

1er : Alberto Aquilani

Le plus dur pour lui est de se défaire de son étiquette de joueur fragile, car des matches, le Romain en a disputé avec la Fiorentina, précisément 105 pour 15 buts marqués. Une aventure qui n’a pas été prolongée, la faute notamment à des performances trop anonymes, ni bon, ni mauvais. A 31 ans, il a encore de belles années devant lui. L’OM et Besiktas à l’étranger et le Hellas en Italie sondent le terrain.

Valentin Pauluzzi

Papa



Lire aussi