Top 5 : Les enseignements de la 19ème journée

Par Joachim Houbib publié le 11 Jan 2016

serie-a

5ème : Ça coince à domicile

En cette ultime journée de la phase aller, mieux valait ne pas être padrone di casa. Sur les dix affiches du week-end, pas moins de huit d’entre elles se sont conclues par une victoire à l’extérieur, et seulement six buts ont été inscrits par les hôtes. Une curiosité statistique qui fait les affaires de la Juve et du Napoli en haut du classement, du Genoa qui se donne un peu d’air, mais aussi et surtout à Carpi, seule exception à la règle. À Modène, les biancorossi ont disposé de l’Udinese et se replacent dans la course au maintien, à cinq point du premier non-relégable.

4ème : Palermo toujours sous tension

Précieuse, la victoire palermitaine à Vérone face à l’Hellas a redonné un peu d’oxygène au classement, mais elle n’a pas pour autant fait retomber les tensions internes autour du groupe rosanero. Isolé, malmené par les cadres et son capitaine Stefano Sorrentino auteur d’une sortie médiatique pour le moins véhémente, Davide Ballardini pourrait assez rapidement se faire limoger malgré ce court succès. Une nouvelle péripétie de la gestion désastreuse de Zamparini qui n’augure pas vraiment les meilleures auspices…

3ème : La Lazio remet du braquet

Prendre aux riches pour donner aux pauvres, un adage qui correspond bien à la dynamique actuelle de la Lazio. Après avoir battu l’Inter sur ses terres avant la trêve puis concédé le nul à domicile face à Carpi, les Laziali ont de nouveau joué les Robin des Bois en sanctionnant la Fiorentina. Un succès prometteur pour les biancocelesti qui continuent par ailleurs à rentabiliser au mieux leurs déplacements à Florence, avec une cinquième victoire sur les six dernières rencontres disputées au Franchi.

2ème : Braquage all’emiliana

Les tifosi interisti commençaient à s’y habituer. Les (rares) venues de Sassuolo dans l’antre lombarde étaient au pire synonyme d’une victoire étriquée, au mieux d’une belle déculottée. Mais toutes les bonnes choses ont une fin. Las d’un scénario pas franchement à leur avantage, les ouailles de Di Francesco ont cette fois ci résisté aux assauts nerazurri. Mieux, Domenico Berardi et ses congénères ont rejoué avec succès un grand classique, toujours aussi efficace : le pénalty victorieux à la dernière seconde. Ça fait trois points dans la besace pour les emiliani, et des regrets pour l’Inter, qui laisse du même coup filer sa place de leader.

1er : Le Napoli, champion d’hiver

Et quel beau champion. Avec 41 points au compteur, la meilleure attaque de la botte et un Gonzalo Higuain capocannoniere à 18 buts, les Napolitains concluent la phase aller en leader devant le trio Inter-Juve-Fiorentina. Cet après-midi, les Partenopei ont profité de leur petite escapade en Ciociara pour en coller cinq à Frosinone et parachever ainsi cette belle première partie de saison. Clin d’oeil du destin, ce titre honorifique n’avait plus été remporté par les azzurri depuis 1990, l’année de leur second scudetto

Joachim Houbib

Pigiste



Lire aussi

Auguri Diego !

Cher Diego, Joyeux 60e anniversaire ! 1984. Qu’il semble loin le temps où, banni d’Espagne, […]