TOP 5: de Cagliari à la Squadra Azzurra

Par Sébastien Madau publié le 16 Oct 2018

Face à l’Ukraine (1-1), Robert Mancini a fait confiance au milieu de terrain Nicolò Barella. Cette première sélection du jeune espoir du football italien avait une saveur particulière du côté de son club formateur de Cagliari. En effet, cela faisait 5 ans (Davide Astori le 15 octobre 2013 pour un match nul 2-2 contre contre l’Arménie) qu’un Rossoblù ne débutait pas une partie de la Nazionale comme titulaire.
Parmi les 21 joueurs de Cagliari ayant porté le maillot de la Nazionale, on y note de réels talents, notamment issus de la génération du Scudetto 1970 qui sera l’ossature de la Squadra Azzurra au Mondial 1970. Sans oublier, qu’un de ses joueurs à même été sacré… champion du Monde ! Notre TOP 5 des joueurs de Cagliari ayant marqué l’histoire avec la Squadra Azzurra.

5e : FRANCO SELVAGGI
(1953 – 3 sélections)

Alors certes, il n’a pas joué la moindre minute en Espagne, mais Franco Selvaggi (à Cagliari de 1979 à 1982: 85 matchs, 28 buts) faisait bel et bien partie de la sélection italienne vainqueur du Mondial espagnol en 1982. Il demeure donc à ce jour le seul joueur de Cagliari sacré (Simone Barone avait rejoint la Sardaigne mais après le titre de 2006). Et nul doute que ce sont ses performances avec les Sardes qui ont valu à l’attaquant sa convocation par Enzo Bearzot. Malheureusement, il ne connut plus jamais la sélection ensuite, ayant donc obtenu ses 3 sélections en 1981. La faute certainement à une suite de carrière plus discrète (Torino, Udinese, Inter) où il ne réussit plus à renouveler ses prestations réalisées dans l’île.

4e: PIERLUIGI CERA
(1941 – 18 sélections)

Capitaine de Cagliari lors de l’historique Scudetto de 1970, Pierluigi Cera (à Cagliari de 1964 à 1973 : 240 matchs, 4 buts) a disputé tous les matchs du Mondial au Mexique en 1970 avec ses coéquipiers de club (Riva, Niccolai, Domenghini, Gori et Albertosi). A cette époque, en effet, l’équipe sarde n’avait pas à rougir en terme de joueurs qu’elle fournissait à la Nazionale de Fulvio Valcareggi. Aussi, Pierluigi Cera joua celui que l’on a baptisa « Le Match du Siècle » face à la RFA (4-3 a.p.) en demi-finale de Coupe du Monde à l’été 70. Alors, il évoluait dans la rugueuse défense transalpine aux côtés de Burgnich, Facchetti et Rosato. Avant de s’incliner en finale (1-4) face au Brésil de Pelé.

3e: ANGELO DOMENGHINI
(1941 – 33 sélections, 7 buts)

L’élégance à l’état pur. Angelo Domenghini (à Cagliari de 1969 à 1973 : 99 matchs, 18 buts) forma avec Gigi Riva un duo de choc à Cagliari et en équipe nationale. Il a fait certes partie de l’épopée mexicaine de 1970, mais il est surtout auréolé du titre de Champion d’Europe des Nations, après la victoire italienne à l’Euro 1968. Vainqueur de nombreux titres avec l’Inter du genio Helenio Herrara (2 Scudetti en 1965 et 1966, 1 Coupe des Champions en 1965 et 2 Coupes intercontinentales en 1964), il vécut donc ensuite les plus belles années du club sarde avec qui il remporta le titre en 1970. Une sorte d’apothéose pour celui qui avait enclenché son palmarès dès 1963 en remportant une Coupe d’Italie avec l’Atalanta.

2e: ENRICO ALBERTOSI
(1939 – 34 sélections)

Enrico Albertosi (à Cagliari de 1968 à 1974 : 187 matchs) fait partie de la même génération de gardiens que Dino Zoff. Aussi, les portiers ont été concurrents. La passation se fera en 1971 quand Albertosi deviendra doublure de Zoff après avoir été n.1. Jusque-là, Ricky avait été le meilleur gardien d’Italie. Avec la Nazionale, il a connu le pire au Mondial 1966 (défaite contre la Corée du Nord) et le meilleur avec l’Euro 1968 et la finale du Mondial 1970. L’homme aux 4 Mondiaux (convoqué de 1962 à 1974) réalisera un dernier challenge à Milan. Après les Coupes d’Italie 1961 et 1966, la Coupe des Coupes 1961 (Fiorentina) et le Scudetto 1970 (Cagliari), il remportera en Lombardie la Coupe en 1977 et le championnat en 1979. Dommage que sa fin de carrière soit entachée en 1980 d’une sanction de deux ans dans le scandale des paris truqués du Totonero.

1er: GIGI RIVA
(1944 – 42 sélections, 35 buts)

Gigi Riva (à Cagliari de 1963 à 1976 : 374 matchs, 207 buts) eut durant sa carrière de footballeur deux amours: Cagliari et la Nazionale. Avec les deux équipes, il devint une légende. Artilleur de l’équipe sarde qu’il mena à coup de buts jusqu’au titre historique de 1970, celui que l’on surnomme « Rombo di Tuono »  (« Grondement de tonnerre« ) est à ce jour le meilleur buteur de la Squadra Azzurra. Sa vie est un roman à l’italienne, faite de joies (Euro 1968, buteur lors du « Match du siècle » face à la RFA en 1970, Scudetto 1970) et de douleurs (finale perdue au Mondial 1970, fin de carrière sur blessures). Il reste avec des Gianni Rivera ou Sandro Mazzolla, un des joueurs de cette génération les plus populaires. De ceux que l’Italie du boom économique a adoptés en les voyant arriver très jeune sur les terrains. Sa volonté farouche de ne jamais quitter l’île et de refuser les millions de la Juventus ont certainement contribué à faire de Gigi Riva un homme respecté dans le milieu du football, et plus largement. Team manager de la Nazionale jusque dans les années 2000, il a servi de soutien moral et de conseiller privilégié à plusieurs générations de joueurs italiens sélectionnés sous le maillot azzurro.

Sébastien Madau



Lire aussi