Stramaccioni file en Grèce

Par Gilbert Simonutti publié le 17 Nov 2015
Crédits

stramaccioni

Andrea Stramaccioni aurait déjà pu rejoindre le championnat hellénique il y a quelques mois. A la fin de son aventure avec l’Udinese, le coach romain était courtisé par l’Olympiakos champion de Grèce en titre mais c’est finalement au Panathinaikos, le grand rival du club portuaire, que Stramaccioni vivra sa première expérience à l’étranger. L’ancien entraineur de l’Inter y a signé un contrat d’un an et sept mois et tentera de relancer sa carrière après deux expériences très mitigées chez les nerazzurri et les frioulans de l’Udinese. Ironie du sort, son premier match sur le banc des verts de Grèce sera exactement contre l’Olympiakos, actuel leader du championnat et formation où évolue son ancien joueur Esteban Cambiasso. Si le « Pana » est certes une équipe de haut standing, le choix de Stramaccioni interpelle. La carrière de celui que Moratti avait défini comme un futur fuoriclasse du banc de touche lorsqu’il l’a nommé en lieu et place de Ranieri à seulement 36 ans, ne suit pas le parcours cinq étoiles qu’on lui avait prédit.

Après une première période réussie, sa deuxième saison à l’Inter ne fut pas à la hauteur des attentes. Avec 16 défaites, son sort est scellé avant même que le championnat ne se termine. Une année en stand-by qui lui a permis d’obtenir la licence d’entraineur à Coverciano avec la meilleure note possible le lance vers sa deuxième expérience en Serie A, cette fois-ci du coté de l’Udinese où il prend la difficile succession d’une icône comme Guidolin. Un contexte avec moins de pression, un club familial avec beaucoup de jeunes joueurs, tout semblait être en place pour l’éclosion définitive de « Strama ». Mais, à la fin de la saison, Pozzo ne lève pas l’option pour une seconde année de contrat. Il faut dire que malgré la volonté d’innovation et de beau jeu prôné par le coach, les résultats n’ont pas suivi. 17 défaites et une décevante 16ème place auront raison de son aventure frioulane. Le potentiel de Stramaccioni n’est pas remis en cause par ces désillusions. La preuve, il a reçu des propositions pour prendre la U21 italienne après l’Euro, et le Verona a également pensé à lui dernièrement dans le cas d’une mise à l’écart de Mandorlini. Ce sera donc finalement à Athènes que Stramaccioni devra montrer qu’il a enfin la carrure pour devenir un grand entraineur.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Un international danois dans le viseur de la Juventus

La Juventus pousse pour Jean-Clair Todibo

Alvaro Morata au Milan AC, ça se précise

Un cador italien sur la piste de Karim Adeyemi

Denzel Dumfries sur le point de renouveler à l’Inter Milan

Avatar

Gilbert Simonutti

Rédacteur



Derniers articles