Serie B : L’Hellas fait cavalier seul, Cesena et Trapani dans le brouillard

Par Joachim Houbib publié le 02 Nov 2016
Crédits

Serie B

La course à la montée

On les savait bien armés pour la remontée immédiate, déterminés à effacer de leurs esprits les déboires et tourments de la saison passée. Affublés du statut de favoris, les joueurs de l’Hellas le justifient pour l’heure de fort belle manière. Calés dans l’aspiration du promu Cittadella parti en trombe, les Véronais ont profité d’un léger fléchissement de leurs compères vénètes pour prendre seuls la tête des opérations. Logique, si l’on jette un coup d’œil rapide aux chiffres : meilleure attaque (27), troisième meilleure défense (9), titulaire du capocannoniere en la personne de Giampaolo Pazzini (11 buts inscrits), une seule petite défaite pour 27 points pris sur 36 possibles. Bref, l’escouade de Fabio Pecchia a fait montre d’une admirable capacité de résilience et pose ainsi clairement sa griffe sur un championnat qu’elle ne compte pas lâcher de sitôt.

Désormais seuls leaders, les Butei sont par ailleurs les seuls à avoir creusé un tant soit peu l’écart étant donné que les 21 autres équipes ne comptent pas plus d’un point entre elles. Curiosité statistique révélant une énième fois l’homogénéité de la categoria ? Le fait est que cette joyeuse bande est aujourd’hui menée par la surprenante Virtus Entella. Non contents d’avoir manqué de très peu une historique qualification en play-off l’an passé, les Liguri menés par un Ciccio Caputo incandescent comptent bien réitérer leurs exploits. Une ambition fort légitime, partagée également par deux revenants, le Carpi de Castori et surtout le Frosinone de Pasquale Marino qui profite d’une excellente série pour se repositionner dans le haut, aux côtés de Perugia et Cittadella.

La lutte pour le maintien

Encore assez anecdotique pour l’heure, la lutte pour la salvezza concerne néanmoins toujours des équipes que l’on pouvait attendre plus haut. Si le cas de Trapani ne s’est guère amélioré malgré une première victoire glanée aux dépend de Benevento, c’est à Cesena que la crise couve. Habitués aux premiers rôles avec plusieurs montées à leur actif ces dernières années, les Cavalucci marini peinent à décoller cette saison malgré un effectif peu modifié et taillé pour la montée.

Et sinon :

Une première valse pour les mister : C’est bien connu, deux mois de résultats décevants ont de quoi titiller certains présidents et mettre en péril leur patience. Et bien le premier temps de la valse a été fatal à Franco Lerda, éjecté du banc de Vicenza et remplacé par le très vocal Pier Paolo Bisoli. S’il avait attendu quelques jours, le technicien originaire d’Emilie aurait d’ailleurs pu prétendre à un énième come-back à Cesena puisque Massimo Drago a lui aussi été remercié. Place donc à Andrea Camplone qui aura la lourde tâche de remettre en selle les cavalluci marini. Pas une mince affaire.

Le classement après 12 journées

Hellas 27, Virtus Entella 22, Cittadella 22, Frosinone 21, Perugia 19, Carpi 19, Benevento 18*, SPAL 18, Spezia 17, Bari 16, Pisa 15, Brescia 15, Ascoli 14, Novara 14, Salernitana 13, Pro Vercelli 13, Avellino 12, Ternana 12, Vicenza, Cesena 10, Latina 10, Trapani 9

* Benevento compte un point de pénalité




🔥 Les sujets chauds du jour :

« Celui qui joue contre l’Italie a peur », Fabio Cannavaro

« L’Italie sait comment gagner », Bryan Cristante

Di Lorenzo révèle le joueur italien qui l’a le plus surpris avant l’Euro

« L’equipe nationale d’Italie est sous-estimée », Gianluigi Buffon s’indigne avant l’Euro 2024

« Nous allons imposer notre façon de jouer », Jorginho

Avatar

Joachim Houbib

Pigiste



Derniers articles