Saponara, jeune italien cherche stabilité

Par Cesco publié le 08 Fév 2016

SaponaraL’Empoli de Giampaolo surfe sur la hype en compagnie de Sassuolo. Une équipe qui produit du beau jeu, qui ne marche sur les plates bandes d’aucune équipe de haut de tableau et qui possède quelques beaux diamants dans une bijouterie surprenante. Riccardo Saponara fait partie intégrante de ces joueurs qui font les beaux jours de l’équipe du sud-ouest de Florence. Avec l’étiquette de promesse du football italien (ils sont de plus en plus rare) et du haut de ses 24 ans, il a la pluie et le beau temps au bout de ses deux pieds.

Quand ça va …

Insaisissable, Saponara l’est sans aucun doute possible. Capable de fulgurances comme sa passe décisive face au Milan AC, il montre qu’il est vraiment ce joueur qui a fait un début de saison de feu (contrairement à son équipe) avec 4 buts et 5 passes décisives (2 fois homme du match) jusqu’en novembre. Si l’on prend en compte le fait qu’il est aussi le baromètre de cette équipe d’Empoli depuis quelques temps, on observe qu’il brille lors des 3 derniers bons matchs de l’équipe toscane. Face au Milan AC, Bologna ou encore Carpi par exemple, Saponara est irrésistible cumulant 1 but et 2 passes décisives sur ces 3 matchs. Quand il est comme ça, l’Empoli vole et ravit les observateurs.

Mais quand ça ne va pas …

Depuis décembre, l’Empoli marque un peu le pas et aurait bien besoin des prestations de son milieu offensif. Peu être trop, ce qui fait que lorsqu’il passe au travers, son équipe craque et n’est plus capable de faire la différence. Sur les 3 derniers matchs, Riccardo n’a ouvert des brèches que trois fois dans la défense adverse. Face à l’Inter (défaite 1-0) il est transparent, idem face à la Lazio (victoire d’Empoli 1-0). Lors des deux dernières confrontations (Udinese et Atalanta), il patauge encore dans son jeu et offre des prestations quelconques, à la limite du décevant. On touche le fond du problème. En sachant ce dont il est capable, les tifosi attendent plus de Saponara. Cette régularité, qui lui fait pour le moment défaut, est la clé pour franchir un pallier et qui lui ouvrirait d’autres portes, des portes de plus en plus grandes.

 

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi