Pourquoi la saison de la Lazio est déjà une réussite

Par Jérémie Panizzoli publié le 21 Avr 2017
Crédits

Un début de saison remarquable

L’intersaison a été rude avec le départ des cadres, la vraie fausse arrivée de Bielsa et le bras de fer avec Baldé Keita. Cependant, à la cloture du mercato, tous les connaisseurs du ballon rond s’accordaient à dire que l’effectif laziale était cohérent avec de fortes individualités comme De Vrij, Felipe Anderson, Immobile, Parolo, Biglia et Lulic. Il fallait juste que la mayonnaise prenne. Grace à des résultats positifs à l’issue des premiers matchs, les hommes de Simone Inzaghi ont emmagasiné de la confiance tout en se familiarisant avec le système de jeu exigé par le coach. Si les premiers gros chocs n’ont pas donné de résultats probants, force est de constater que face aux plus modestes, la Lazio est rarement passé au travers. Malgré une forte concurrence pour les places européennes, les Biancocelesti ont toujours navigué entre la 3ème et 7ème place. Toujours placés, ils ont su boucler l’année 2016 bien calé dans le wagon Europe en dépit de la nette défaite dans le derby 0-2.

Une année 2017 meilleure

En effectuant aucun mouvement important pour le mercato hivernal, la Lazio s’est donnée le maximum de chances pour surfer sur la dynamique ambiante. Certes, la défaite sur le terrain de la Juventus au mois de janvier a montré les limites de cet effectif face à un top club européen. Mais en reprenant sa marche victorieuse face aux petits, les joueurs d’Inzaghino n’ont pas semblé douter tout en ajoutant une dose de folie aux moments adéquats. Qualifiés pour les demi-finales de Coppa après une belle victoire sur le terrain de l’Inter, les Laziali retrouvaient l’AS Roma pour un derby aller-retour explosif. Outsider sur le papier, ils ont réussi à sortir le rival honni au terme d’un match retour dantesque. Grace à cette performance, les Biancocelesti ont une chance supplémentaire de pouvoir décrocher l’Europe en fin de saison, ce qui était l’objectif non avoué du début de saison…

Un entraîneur à la hauteur

Dans la nouvelle vague de coachs italiens, le cas de Simone Inzaghi interpelle. Joueur moyen, il a rapidement suivi la voie de son frère en se dirigeant vers les jeunes de la Primavera. Après un apprentissage de plusieurs années, il est lancé dans le grand bain après le limogeage de Pioli il y a tout juste un an. Depuis, le bilan est particulièrement positif avec une moyenne de points proche de 2 points par match (1,82 exactement). Exigeant tactiquement, il demande énormément à ses joueurs et sort régulièrement des schémas de jeu originaux pour contrer certains adversaires. Plutôt adepte de la défense à 4, il n’hésite pas à changer vers une base à 3 si les conditions l’imposent. Une maturité tactique intéressante et révélatrice du potentiel déjà conséquent pour un jeune coach. S’il sera encore là pour la saison prochaine, il ne serait pas étonnant de voir que certains clubs plus huppés se penchent plus sérieusement sur son profil.

Si factuellement, à l’heure d’écrire ces lignes, la Lazio n’est toujours pas européenne et qu’elle n’a rien remporter comme trophée, son bilan avec cet effectif est forcément positif au regard du contexte de l’été dernier. Des joueurs se sont révélés comme Immobile ou Milinkovic-Savic, d’autres confirment à l’image de Parolo, le coach est de qualité et le rival a été sorti en Coppa. Suffisant pour estimer que cette saison de la Lazio est bel et bien déjà une réussite…

 




🔥 Les sujets chauds du jour :

Luciano Spalletti révèle la hiérarchie pour les tireurs de pénalty avec l’Italie

« J’ai hâte d’affronter l’Italie », Alvaro Morata

« Nous devons être au même niveau que l’Espagne », Giacomo Raspadori

« Scamacca peut être l’avant-centre dont l’Italie a besoin », Cesare Prandelli

Frattesi nomme deux légendes italiennes comme étant des modèles

Avatar

Jérémie Panizzoli

Rédacteur référent pôle events & live



Derniers articles