Pordenone, pour l’amour du Calcio

Par Cesco publié le 12 Déc 2017

Quand on arrive au 4ème tour de Coppa Italia, toutes les petites équipes des méandres du Calcio ont déjà abdiqué… toutes ? Non, car dans une ville de 55 000 habitants du Frioul, le Pordenone Calcio a résisté au Venezia, à Lecce et même à Cagliari en Sardaigne. De quoi gonfler le torse fièrement à l’aube d’affronter l’actuel leader interiste de la Serie A dans son antre de San Siro.

Un club à part

Le Pordenone Calcio, c’est avant tout une histoire. Club historique de divisions inférieures, il a connu des heures plutôt tranquilles, oscillant entre la D et la C sans faire de bruit. Et pourtant, au début des années 2000, l’équipe hôte du Ottavio Bottecchia a bien failli mettre la clef sous la porte. En 2003, Pordenone est renvoyé en Excellence régionale pour cause de soucis financiers. Une forte rétrogradation qui aurait pu couler le club, mais malgré les tensions et les désaccords en interne, le petit poucet de ce choc insolite en Italie refait surface et retourne dans sa zone de confort, avant de frôler la promotion en Serie B la saison dernière. Un parcours somme toute rocailleux qui pourtant n’a de cesse de fasciner au niveau local et qui prend petit à petit de l’ampleur, ne serait ce que sur les réseaux sociaux… En effet, le Pordenone Calcio est un club à part. Fort d’une petite communauté grandissante, leur Community Manager fait le buzz en Italie. Que ce soit sur Twitter ou sur Facebook, l’humour et les petites phrases bien senties sont de mises. Les échanges avec Javier Zanetti également. Ces derniers jours, une infographie comparant Berrettoni et Icardi a fait fureur ! Parmi les critères ? Les présences en Champions (Icardi n’en a pas, Berrettoni en a une avec la Lazio en remplacement de Marcelo Salas), les buts en Serie C ou encore les buts en Coupe Intertoto. Le genre de choses qui fonctionnent sur les réseaux et qui font le buzz. Autre petite subtilité, jouer sur les rivalités en haut. Avec une autre infographie pour teaser le match face à l’Inter, le club se targue d’une rencontre entre deux équipes qui n’ont « jamais connu la Serie B ». Tordant !

A noter le « Jamais en Serie B » qui caractérise les deux clubs et surtout le palmarès avec le Scudetto de Serie D pour couronner le tout. Auto dérision et punchline, le secret de Pordenone sur les réseaux.

Enfin, on apprend sur Sky que le CM du club s’appelle Marco Michelin. Son palmarès s’élèvera au final à une hausse de 100% des abonnés des plateformes sociales du club et aussi pour avoir écrit à EA Sport et Konami pour avoir Pordenone dans les simulations de foot vidéo ludiques. Amusée par la demande, l’équipe de PES IT s’est alors exécutée pour créer le kit du Pordenone et ainsi permettre aux fans de faire le match sur console avant l’heure. Unique.

La PES TEAM Italia qui a recréé les kits de Pordenone sur PES 2018. Avec le but de … Berrettoni bien entendu ! 

Une passion folle et un hôte accueillant

Pour en revenir au terrain, ce match a pris une ampleur considérable pour les tifosi du club à commencer par ses dirigeants. Après Davide Nicola et son parcours à vélo vers sa ville natale lors du maintien de Crotone, on aura peut être toute l’équipe de Pordenone et son président Lovisa, qui l’a annoncé aux médias aujourd’hui : « Si on gagne à San Siro ? On rentre à pied ». Le turnover effectué et garantit par Spalletti a également de quoi préserver un petit espoir (Karamoh, Dalbert et Cancelo annoncés d’entrée). Quoi qu’il en soit, face à l’Inter c’est bien en bus que feront le trajet les 4 500 supporters qui viendront soutenir les leurs. Ils seront plus de 30 en direction de Milan (une autre blague sur les réseaux sociaux d’ailleurs à ce sujet) et rêveront tous de l’exploit. Petit clin d’oeil À l’Inter d’ailleurs qui a volontairement baissé la vente des billets pour faciliter l’accès au stade aux tifosi. 5 euros la place ! Il ne reste plus qu’à profiter d’une belle soirée de football qui apportera un peu de légerté à un stade qui a connu un mois plus tôt un désastre national. Alors jouez messieurs !

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi