Perotti, le chainon manquant ?

Par Gilbert Simonutti publié le 07 Fév 2016

perotti roma

« Je remercie le Genoa pour avoir cru en moi mais mon passage à la Roma est la plus grande chance de ma vie. » C’est par ces mots que Diego Perotti a fait la transition entre son passé récent et son avenir lors de sa conférence de presse de présentation. A peine le temps de se présenter que les tifosi giallorossi ont déjà pu le voir à l’œuvre avec son nouveau maillot mardi dernier contre Sassuolo. Titularisé d’emblée par Luciano Spalletti, l’Argentin a disputé 90 minutes pleines. Un match abouti avec un taux de réussite en passe digne du meilleur Iniesta ou plutôt du Totti de la première ère Spalletti. Avec Perotti, le coach romain a pu de nouveau mettre en place le « Faux neuf » avec un joueur de qualité qui se déplace librement sur le terrain et qui est en capacité de faire jouer ses coéquipiers. Un joli coup donc signé Walter Sabatini qui travaillait sur cette piste depuis un petit moment et qui a été menée à son terme qu’en fin de mercato. L’ancien joueur de Seville arrive dans la Capitale en prêt payant avec obligation d’achat obligatoire pour une somme totale d’un peu plus de 10 M€.

Avec El-Shaarawy et Perotti, la Roma révolutionne donc son attaque et retrouve une dynamique qui manquait depuis un bon moment. Sur le long terme, l’arrivée de l’Argentin pourrait même être plus importante que celle du Pharaon vu qu’il apporte des qualités introuvables dans l’effectif giallorosso. Perotti a démontré par le passé qu’il pouvait jouer à tous les postes de l’attaque et qu’il était même en capacité d’évoluer en position de meneur de jeu. Sans chercher à faire des comparaisons hâtives, son profil peut faire un peu penser à celui de Francesco Totti et c’est d’ailleurs comme cela que Spalletti semble l’entendre vu les premières indications du match de mardi dernier. Un rôle que Perotti a interprété avec aisance alors qu’il n’avait que quelques heures d’entrainement en commun avec ses coéquipiers. De bonne augure pour la suite mais, dans l’hypothèse où Spalletti confirme sur le long terme une attaque avec un faux avant-centre, la question de l’avenir de Dzeko pourrait se poser très rapidement. Avec son nouvel argentin, celui de la Roma version Spalletti 2.0 semble lui beaucoup plus radieux.

 

 

Gilbert Simonutti

Rédacteur



Lire aussi