Où en est Bonazzoli, la petite pépite italienne ?

Par Cesco publié le 16 Fév 2016

bonazzoli

Federico Bonazzoli, c’est l’espoir type du football italien des années 2010. Un football en quête d’un vrai buteur et qui désormais regarde vers ses jeunes pousses. Formé à l’Inter depuis 2008, l’attaquant né en 1997 a fait ses classes dans toutes les équipes de jeunes interistes. Souvent surclassé en raison de son talent, il atteint même les joies de la sélection U-15 puis U-17, s’offrant une finale d’Euro (défaite en finale face aux Russes) et étant le deuxième plus jeune joueur de l’équipe (le premier étant Di Marco, un autre jeune de l’Inter).

Des promesses et de la confiance

Fort de ses prestations luxueuses du côté de l’antichambre des professionnels aux côtés de son compère Puscas, Bonazzoli montre des dispositions physiques plus adéquates à une promotion chez les pros. Mancini, à son arrivée à Milan, voit en lui un grand espoir et l’intègre progressivement chez les pros et le fait même jouer quelques bouts de match la saison passée. Un exemple criant de la confiance dont le coach de Jesi témoigne envers la jeune pousse, lors d’un match contre la Lazio la saison passée, l’Inter est alors menée 2-1. Un bon coup franc est a joué, Kuzmanovic s’approche du ballon, mais Mancini interpelle le Serbe et lui glisse sans douceur « Laisse le ballon, c’est Bonazzoli qui tire !« . Le jeune Federico lui rendra bien, le coup franc est tiré avec sa patte gauche, Palacio finira le travail et égalisera. 2-2 score final.

Acquérir de l’expérience

Dans l’ombre d’un Icardi intouchable à l’Inter et désormais capitaine, Bonazzoli n’a pas d’autre choix que de bouger pour progresser. L’Inter envisage donc de le vendre avec un droit de rachat à la Sampdoria. Malheureusement du côté de Gênes, il ne jouera quasiment pas (7 bouts de matchs). Transféré cet hiver au Virtus Lanciano pour gagner du temps de jeu, il ne s’impose pas encore en tant que titulaire mais marque des points. Ses entrées laissent des traces et le week-end dernier, Bonazzoli s’est offert un beau cadeau, son premier but chez les professionnels. Une réalisation importante qui offre les 3 points face au Modena de Crespo et qui relance les espoirs de maintien des Rossoneri (drôle de coïncidence pour un interiste pur et dur). Alors que la Beneamata garde toujours un œil sur lui, prête à activer sa clause de rachat à tout moment, d’autres grands sont à la fenêtre comme le Milan AC et la Juventus. Rien que ça. De bon augure pour le futur.

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi