Les notes de la Roma face à Barcelone

Par Julien Braidotti publié le 17 Sep 2015
Crédits

as-roma

Szczesny 6,5 : Rassurant et performant comme à son habitude depuis son arrivée dans la capitale, il ne peut rien faire sur la passe contrée qui offre le but aux Espagnols. Sorti sur blessure en début de seconde période suite à un vilain geste de Suarez. Remplacé par De Sanctis.

Florenzi 8 : Un Marziano a Roma. La samba de Neymar est presque passée inaperçue tant Florenzi a survolé ce match. Tout comme sa frappe, qui a arrêté le temps l’espace d’un instant, laissant place au silence puis au tonnerre de l’Olimpico tel un éclair, un éclair de génie. Remplacé par Torosidis.

Rudiger 6,5 : Messi se souvenait d’une altercation avec un grand black il y a quelques semaines en match amical et c’était bien plus marrant… « je déconnais Mapou, revient ». Hormis ce contre malheureux sur la passe qui amène le but des blaugrana, Rudiger a été très propre et est déjà prêt physiquement.

Manolas 7 : Son épaule d’acier n’a pas craqué et Suarez peut s’en mordre les doigts car en « mano à mano », il avait un client qui ne lui a laissé que des miettes. Impressionnant physiquement et auteur de plusieurs interventions déterminantes devant ses buts, le Grec a été l’auteur d’une nouvelle belle prestation.

Digne 6 : Plusieurs fois mis en difficulté par Messi, il a vécu une soirée compliquée défensivement. Le Français a tout de même tenté quelques montées lors des rares contres de l’équipe mais sans grande réussite, en grande partie à cause d’un Falqué dans le dur.

Nainggolan 6,5 : Le ninja n’était pas à l’aise dans ce schéma on ne peut plus défensif et attentiste. Il a tout de même tenu sa place et son côté sans broncher jusqu’à la faute sur Rafinha qui aurait pu coûter cher. A noter un penalty oublié sur lui en fin de match qui aurait pu être déterminant.

Keita 6,5 : A 35 ans, Seydou prouve une nouvelle fois qu’il en a encore sous la semelle. On l’a senti à l’aise et très déterminé face à ses anciens coéquipiers. Tactiquement irréprochable et rarement pris à défaut, il assure l’essentiel mais chose plutôt inhabituelle, il a eu beaucoup de mal à faire ressortir les ballons.

De Rossi 7 : Positionné comme prévu devant la défense, le seul connaisseur et donc le seul capable d’organiser le catenaccio prévu par son coach. Ses coéquipiers suivaient la danse répétée toute la semaine avec leur capitaine en chef de chorégraphie. « On peut m’appeler el capitano maintenant non ? Toujours pas ? Ma… »

Salah 6,5 : Une débauche d’énergie incroyable tout au long du match, un repli défensif incessant et une vitesse de pointe a faire pâlir Jordi Alba, il ne lui manque plus que la lucidité aux abords de la surface pour être complet.

Dzeko 6,5 : Comme l’a reconnu Florenzi après match « Dzeko a été notre bouée de sauvetage » et on ne peut que lui donner raison. Tous les ballons lui étaient destinés, chaque dégagement, chaque relance, chaque centre et presque à chaque fois, il était à la réception pour donner de l’air à son équipe.

Falqué 5 : Mauvaise soirée pour celui qui nous avait habitués à bien mieux depuis son arrivée. On l’a senti tétanisé par ses retrouvailles avec ses anciens coéquipiers de la masia. Un match à oublier. Remplacé par Iturbe.

________________________________________________________________________

De Sanctis 6,5 : Remplace Szczesny pour les trente dernières minutes du match et réussit à tenir le résultat grâce à quelques sorties bien senties.

Iturbe non-noté

Torosidis non-noté

Garcia 7 : Nul doute que le 1-7 infligé par le Bayern l’année dernière a servi de leçon. Avec cette tactique, Rudi a montré bien plus d’humilité que face au Bayern, en reconnaissant la supériorité du Barça et en proposant ce bon vieux catenaccio diablement efficace. Son équipe a souvent joué trop bas, en gâchant beaucoup de relance faciles mais l’objectif était surtout de bien défendre et jouer en contre pour ne pas se prendre une valise. Mission accomplie, à l’italienne.

*Le barème est italien




🔥 Les sujets chauds du jour :

Cesare Prandelli prodige un sage conseil à Gianluca Scamacca

Federico Chiesa pourrait débuter sur le banc face à la Croatie

Coup dur pour l’Italie, Federico Dimarco forfait face à la Croatie

« Après Italie – Espagne, mes certitudes sur l’équipe nationale ont vacillé », Marco Tardelli

« La Croatie le pire adversaire possible », Capello met en garde l’Italie

Avatar

Julien Braidotti

Rédacteur Roma



Derniers articles