Les notes de l’Inter face au Napoli

Par Giuliano Depasquale publié le 01 Déc 2015
Crédits

inter

Handanovic 6 : Il n’a pas eu énormément d’arrêts à sortir, mais il a tout de même su rester concentré et s’imposer à chaque tentative napolitaine. Au final, il ne peut pas faire grand-chose sur les buts et sa déviation du bout des doigts en fin de deuxième période empêche Higuain de tuer le match.

D’Ambrosio 5,5 : Tenir Insigne n’est pas tâche aisée et Danilo l’a bien compris. Malgré ça, il s’est battu toute la partie et son homme n’a pas eu autant d’occasions que d’habitude.

Miranda 6 : Comme chaque semaine, le Brésilien est resté solide et a usé de son expérience pour bloquer les attaques adverses. Seule l’action du 2-0, sur laquelle il se fait manger tout cru par Higuain, entache sa prestation. Il se souviendra longtemps de son poteau dans les dernières secondes.

Murillo 6,5 : Il défend, il bloque, il dribble, il relance. Jeison s’est de nouveau illustré au sein de la défense interiste. Sans lui, le Napoli aurait certainement plié le match rapidement. À l’instar de son compagnon, il est resté impuissant lors du deuxième but. Dommage…

Nagatomo 4 : Sa méforme s’est ressentie dès les premières minutes de jeu. D’ailleurs, il a une grande part de responsabilité sur le premier but. Ensuite, ça n’a été que décadence, jusqu’à l’expulsion.

Guarin 5 : Un seul mot suffirait à décrire la prestation du Colombien : nervosité. Il a gâché beaucoup de ballons et s’est jeté trop vite pour tenter de les récupérer. Loin du vrai Giaguaro, même ses tentatives face à la cage de Pepe Reina se faisaient rares. Fredy est aussi le seul pour qui la deuxième mi-temps n’a pas été bénéfique. Remplacé par Biabiany.

Medel 6 : Il lui a fallu du temps pour rentrer dans le match, mais, une fois dedans, il est redevenu le Pitbull si cher aux yeux du public nerazzurro. D’abord avec un positionnement trop haut pour sa place de milieu défensif, il s’est repris par la suite en jouant continuellement devant la défense.

Brozovic 6,5 : Encore une fois, Marcelo a montré qu’on pouvait compter sur lui. Guarin et Medel en manque de rythme, il a géré à lui tout seul le milieu de terrain pendant une bonne partie de la rencontre. Certes, ses frappes au but étaient imprécises, mais son apport offensif et ses récupérations ont fait un grand bien à son équipe.

Ljajic 7 : C’est simple : Adem était partout. Lorsqu’il fallait revenir récupérer le ballon, il n’hésitait pas à descendre dans le secteur défensif pour ensuite repartir prêter main forte à l’attaque. Son rôle dans le 4-4-1 établi par Mancini en deuxième période a été capital. On cherche cependant encore comment il a pu rater son centre au ras du sol pour recoller au score.

Perisic 5,5 : Ça ne va décidément toujours pas pour le Croate qui peine réellement à s’imposer dans le jeu interiste. Heureusement pour lui, la mi-temps lui a fait du bien et ses ballons ont dès lors en qualité. Seul en pointe jusqu’à sa sortie pour Jovetic, il a quelques fois créé de l’espace afin de permettre à ses équipiers de s’introduire dans le rectangle napolitain. Remplacé par Jovetic.

Icardi 5 : On ne peut pas vraiment lui en vouloir pour sa prestation très moyenne. Mauro s’est quand même bougé, descendant parfois jusqu’au niveau de Murillo et compagnie pour ensuite se replacer en pointe. Il faut aussi dire que Raul Albiol et Koulibaly ne lui ont pas beaucoup donné l’occasion de viser le cadre. Sa sortie à la mi-temps ne lui a pas offert la possibilité de se rattraper, ce n’est que partie remise. Remplacé par Alex Telles.

—————————————————

Telles 6 : Dans un rôle plus défensif que d’habitude, il est parvenu à s’imposer là où Nagatomo avait échoué. Privilégiant les passes courtes et la sûreté, il a fortement limité les opportunités de Callejon. Son association avec Brozovic sur quelques phases a été importante, permettant de relancer l’une ou l’autre offensive.

Biabiany 6 : Que son entrée a fait du bien ! Positionné sur la droite, il a multiplié les débordements et autres centres dangereux. Jonathan a encore démontré qu’il représente un atout non négligeable dans les situations les plus délicates.

Jovetic 6 : Jojo a donné plus de rythme et de percussion à l’attaque, ce que Perisic ne parvenait pas à faire. Il s’est battu sur chaque ballon et est même allé jusqu’à faire trembler le San Paolo sur sa tête surpuissante au point de penalty qui envoyait le cuir rebondir sur le poteau.

Mancini 6 : Il est indéniable que la réaction de ses joueurs a été exemplaire en deuxième mi-temps, mais, avant ça, le coach semblait dépassé par les événements. Le but après une minute a manifestement chamboulé ses plans et il aurait dû sentir l’expulsion de Nagatomo arriver, tellement le Japonais enchaînait les erreurs. Il a été ensuite plus réactif concernant Guarin en le faisant sortir au profit de Biabiany. La réorganisation tactique a été efficace et, paradoxalement, il a démontré que l’Inter est bien une équipe à prendre au sérieux.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Daniele De Rossi rassure concernant son avenir à la Roma

La Juventus prêt à poursuivre Allegri en justice ?

Khvicha Kvaratskhelia vers une prolongation avec Naples?

Rebondissement dans le dossier Gleison Bremer à la Juventus

Paolo Montero, nouvel entraîneur de la Juventus

Avatar

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Derniers articles