Les notes de l’Inter face au Milan AC

Par Cesco publié le 01 Fév 2016

inter

Handanovic 5 : Sur le premier but il doit sortir et ne le fait pas. Dommage, fin des miracles malgré deux beaux arrêts. Samir redeviendrait t-il humain ?

Santon 5 : Il se fait dévorer par le physique d’Alex sur l’ouverture du score du défenseur rossonero. Ses débordements sur la droite étaient intéressants mais il ne peut pas faire des centres et être à la réception.

Murillo 5 : Irréprochable jusqu’au troisième but où Bonaventura lui dévisse les crampons d’un passement de jambes fatal. Le Colombien ne reviendra pas en forme sur ce match.

Miranda 5,5 : Prestation sereine si on omet le fait que sa défense en a pris trois. Malheureusement on ne peut pas les oublier. Pas franchement facile sur les accélérations milanaises, il est à l’image de son équipe, en souffrance.

Juan Jesus 4 : Mais pourquoi a t-il joué ? Il n’est pas arrière de profession et le montre encore. Dans l’incapacité de faire autre chose qu’un dégagement ou un tout droit sur la ligne de touche, le jeune JJ se noie dans l’océan d’amertume qu’a du ressentir Telles à l’annonce des compos.

Brozovic 4 : La question se pose légitimement. Qu’est devenu Brozovic après cette frappe cadrée en première période ? Rien. Mangé au milieu, perdu dans ses passes, le Croate a rendu une prestation indigeste. Pas sur qu’on le revoit titulaire pendant quelques temps.

Medel 4,5 : Il devait protéger sa défense, il a ouvert les portes en grands. Passif, souvent en retard et lent dans la relance, Medel n’a toujours pas digéré Noël (on va dire ça jusqu’en Avril ?).

Perisic 3,5 : Il y a un sérieux problème avec son pied gauche. Il casse toutes les attaques de l’Inter avec des choix incompréhensibles, même pour lui. Sa prouesse technique est d’avoir su résister 77 minutes au changement. La Bundesliga c’était mieux. Remplacé par Melo.

Eder 5,5 : Il propose, il bouge, il court, mais c’est sans compter sur son équipe sous morphine. Jamais servi dans les bonnes conditions, il montre qu’il peut dynamiter l’attaque de l’Inter, qui va se faire surement encore, dynamiter par son coach.

Ljajic 4 : Citez-nous une bonne action du Serbe. Vous ne trouvez pas ? Nous non plus. À sa décharge, il a joué quasiment tous les postes. Imaginez un peu le tableau noir dans le vestiaire quand Mancini prépare sa tactique. Remplacé par Telles.

Jovetic 5,5 : Toujours intéressant dans son jeu et son apport offensif. C’est d’ailleurs surement pour ça que Sylvinho le fait sortir en seconde mi-temps. « Mais c’est pas logique » dites-vous ? Oui, on sait. Remplacé par Icardi.

—————————

Icardi 5 : Dangereux d’entrée de jeu, il met à contribution Donnarumma avant de provoqué un penalty sur une figure artistique très dangereuse (à ne pas refaire à la maison). Forcément, y a une justice blablabla et il le met sur le poteau. Mérité au final. Il ne pensera plus qu’à ça, chassant même Wanda de ses pensées, une première cette saison !

Melo 5 : « Bon y a 3-0, tu rentres et … tu rentres ! » On imagine difficilement les mots pour motiver le bon Felipe à retrouver un milieu de terrain perdu sur un jardin trop grand. Il se dégourdit les jambes et échappera au lynchage collectif malgré tout. Bien joué !

Telles non noté : Rentré à la place de Ljajic, sans doute pour tenir le score, il doit encore se demander pourquoi il ne joue pas titulaire pendant que Juan Jesus fait du mal au foot.

Mancini 3,5 : Il a beau s’en prendre à ses joueurs, les choix, c’est lui qui les fait. Titulariser d’entrée Eder dans un derby ? Mauvaise idée. Juan Jesus à gauche ? Mauvaise idée. Retirer Kondogbia et aligner 5 joueurs offensifs (Brozovic inclu) ? Mauvaise idée. Pas content qu’on lui refuse un penalty il trouve même le moyen de se faire exclure. Cette défaite, c’est la sienne. À un moment faut arrêter les compositions différentes. Les joueurs ne trouvent pas les automatismes. L’Inter est seule 4ème. Il n’est pas trop tard pour se reprendre.

* Le barème est italien

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi

Auguri Diego !

Cher Diego, Joyeux 60e anniversaire ! 1984. Qu’il semble loin le temps où, banni d’Espagne, […]