Les notes de l’AS Roma face au Napoli

Par Julien Braidotti publié le 14 Déc 2015

as-roma

Szczesny 8 : L’homme du match côté giallorossi. Tout comme en milieu de semaine, le gardien polonais a sauvé les siens à de nombreuses reprises. Toujours bien placé, propre dans ses sorties et ses relances, il s’offre un deuxième clean sheet en deux matchs.

Florenzi 5,5 : Il avait la charge de surveiller Insigne à la culotte et sur ce point, il s’en est plutôt bien tiré. Mais dès qu’il fallait faire le jeu, les jambes ne répondaient plus. Le latéral italien semble complétement lessivé des matchs à répétitions sans résultats de ces dernières semaines. Remplacé par Vainqueur.

Manolas 7 : Contrairement à ses coéquipiers, l’enchainement des matchs n’a pas l’air d’avoir d’emprise sur lui. Des interventions toujours aussi propres et une qualité de relance qui s’affine de match en match. Indispensable.

Rudiger 6,5 : Il savait que la moindre erreur serait pratiquement fatale face à Higuain et si l’on a si peu vu l’attaquant argentin, c’est en grande partie grâce à lui. Une fois n’est pas coutume, le défenseur allemand a répondu présent dans les duels et l’anticipation des actions adverses, sans fautes de concentrations. Reste encore à peaufiner les relances.

Digne 5,5 : Comme depuis quelques matchs, il propose beaucoup sur son côté en début de rencontre mais s’éteint au fil des minutes. Quelques fautes de concentrations sur certaines touches adverses auraient pu coûter cher. Heureusement que Callejon n’était pas non plus dans un bon jour. Une petite pause cette semaine lui ferait le plus grand bien.

De Rossi 5,5 : La capitaine giallorosso s’est contenté du strict minimum alors qu’il est censé apporter bien plus sur ce genre de rencontres. Il redonne le ballon trop facilement sur certaines relances et rate quelques passes faciles tout au long du match. Il peut et doit faire mieux.

Pjanic 6 : On le sent bien plus à l’aise dans ce rôle de numéro 10 qui lui évite de redescendre trop bas. Cependant, trop peu de relances sont passées par lui pour réellement influencer sur le jeu. Ses coéquipiers se sont contentés de balancer de longs ballons devant sans se servir de leur meneur de jeu. Dommage.

Nainggolan 6 : Pas un mauvais match pour le ninja mais à l’image de De Rossi, on ne l’a pas senti très à l’aise dans ce schéma à deux milieux défensifs. Bien moins percutant et entreprenant qu’à son habitude, il s’est contenté de défendre la plupart du temps.

Falqué 5,5 : Ce n’est pas encore la panacée mais il y a du mieux dans les performances de l’Espagnol. Il propose, il tente et se dépense sans compter jusqu’à sa sortie mais c’est toujours bien trop faible offensivement pour inquiéter qui que ce soit. Remplacé par Gyömber.

Salah 5 : Incertain mais finalement titulaire au coup d’envoi, l’Egyptien n’aura pas réussi à apporter sa vitesse et sa profondeur habituelle. La faute à un Hysaj monstrueux face à lui et à des jambes pas encore totalement retrouvées depuis sa blessure. Remplacé par Iturbe.

Dzeko 4 : Isolé aux avants-postes et parfaitement muselé par une paire Albiol-Koulibaly impériale, l’attaquant Bosnien n’aura jamais existé. Contrôles, déviations, protection de balles en passant par la moindre passe, Dzeko a pratiquement tout raté hier soir. Encore un match à oublier pour lui, ce qui commence à faire beaucoup…

—————————————————

Iturbe 6,5 : Ce rôle de remplaçant de la dernière chance lui va bien mieux que la chasuble de titulaire. Une bonne entrée pour le petit argentin qui a su apporter sa vitesse et sa grinta au jeu de la Roma. Il aurait pu être le héros (voleur) du soir si De Rossi ne lui avait pas enlevé la balle du 0-1 au point de penalty.

Gyömber 6 : Il prend la place de latéral droit pour les dix dernières minutes et se contente de défendre pour tenir le résultat.

Vainqueur (non noté) : Remplace Florenzi pour les cinq dernières minutes.

Garcia 6,5 : Le coach français a redéployé son 4-5-1 qui l’avait vu faire match nul face au Barça en Champions League. Un petit aveu d’impuissance mais à raison car son équipe va mal et une nouvelle défaite aurait été malvenue. Avec ce milieu très compact et oppressant, une charnière centrale solide et un dernier rempart efficace, les napolitains ont eu toutes les peines du monde à créer le danger et Garcia peut s’en féliciter. Un match nul plutôt inespéré qui va probablement faire du bien aux giallorossi et qui vient conclure une semaine particulièrement difficile.

*Le barème est italien

Julien Braidotti

Rédacteur Roma



Lire aussi