Les notes de la Juventus face au Milan AC

Par Leo Carta publié le 22 Mai 2016
Crédits

Juventus

Neto 6 : Soirée paradoxalement calme pour le gardien brésilien qui n’a eu, finalement, que très peu de ballons à négocier. Pourtant, on ne peut pas dire qu’il respire la sérénité. Son aura dans la surface de réparation, comme dans notre télévision, est trop faible pour nous faire oublier Gigi. La hiérarchie se vérifie aisément.

Lichtsteiner 6 : Offensivement, il est l’un des seuls à faire bouger les choses en première période. Défensivement, il s’affaire à la besogneuse ritournelle : contenir et presser. Comme toujours très volontaire, il bute ce soir contre un De Sciglio en tenue de soirée avant de laisser sa place, sans soucillier. L’Euro approche, faudrait pas trop forcer. Remplacé par Cuadrado

Rugani 5,5 : Lent, son 100 mètres perdu face à De Sciglio fait mal au cœur. Encore trop tendre, on le voit souvent souffrir au marquage de Bonaventura. Les vacances d’été commencent pour lui. L’occasion de lui offrir son Passeport, celui que l’on a tous eu. Au programme : « réussir sa relance et gagner ses duels« .

Barzagli 6,5 : Adapté au centre de la défense à trois après la suspension de Bonucci, Barza ne fait pas un pli. Impeccable, il se pose et s’oppose aux vagues ennemies tel Gandalf le Gris. Personne ne passe par ses terres du centre. Personne.

Chiellini 6 : Giorgio cherche encore une condition physique avant l’Euro mais revient petit à petit, à coups d’épaules. Pourtant, l’équipe souffre énormément sur « son » côté gauche. Un secteur qu’il partage normalement avec Evra, dans le dur ce soir, et qui ne l’a pas vraiment aidé.

Evra 5,5 : En effet, oncle Pat’ galère et ça se voit. Constamment à la ramasse face au duo Honda-Calabria, il gère sa fin de saison et ne s’en cache pas. Il passe son match à planifier l’Euro qui arrive et en oublie le match qui se joue autour de lui. Remplacé par Alex Sandro

Lemina 6 : Mezz’ala pour la première fois de la saison, l’ancien marseillais nous livre une prestation mi-figue mi-raisin. Je-m’en-foutiste dans l’attitude, il a quelques coups de rein déconcertants. Les rares occasions dangereuses bianconere viennent de ses accélérations. Et notamment le but.

Hernanes 5 : Les relances ne passent jamais par ses pieds. Il ne crée pas le jeu. Regista du soir, il ne gère pas son placement et n’offre aucune solution aux défenseurs. Aucune. Beaucoup de ballons perdus, peu de récupérés. Son remplacement restera sa plus belle action de la rencontre. Remplacé par Morata

Pogba 5,5 : Il n’a pas réussi à prendre le jeu à son compte. Trop précieux dans ses prises de balles, il ne joue jamais simple et cherche constamment le dribble ou la solution la plus compliquée. Déjà en vacances, Paul a dû penser qu’il s’agissait ce soir d’un match de gala. Type trophée Berlusconi ou trophée TIM. Aucune autre explication.

Dybala 5,5 : Les joueurs milanais ne lui laissent que peu d’espace pour s’exprimer. Il décroche beaucoup et perd de vue son copain d’attaque. L’oublie même, trop souvent. Un match à oublier, vraiment.

Mandzukic 6 : Une rencontre comme les autres. A courir après des ballons et des chevilles. A se prendre des coups et à en rendre. A presser sans relâche et à tout donner. Mis à part ça, trop peu de ballons jouables pour lui et aucun dans la surface. Compliqué pour marquer.


Alex Sandro 6,5 : Ses montées sont, comme toujours, très intéressantes et font mal. Avec un peu plus de rigueur défensive, le rapport de force sur ce côté gauche devrait s’inverser l’année prochaine.

Cuadrado 5,5 : Jusqu’au but, il n’a que peu d’espace pour s’exprimer et se voit confiné en défense.

Morata 7 : Il entre. Il court. Il tire. Il marque. Peut-être son dernier but sous les couleurs de la Juve. Tristesse. Alvaro est bien plus qu’un vulgaire placement financier.  Si le football n’est gouverné que par des amoureux de la liasse, bomber, nous ici on t’aime d’amour. Cœur.

 

Allegri 6,5 : Sans quelques gros noms (Marchisio, Khedira, Bonucci) et, surtout, sans joueurs motivés, Max met en place une équipe en roue libre. Une décontraction générale qui aurait pu coûter cher à l’équipe. Heureusement, les remplacements ont dynamité la rencontre. Cuadrado à la passe. Morata à la réalisation. Le coaching, un zeste de chance et un double-double. L’Histoire, encore.

 

*Le barème est italien




🔥 Les sujets chauds du jour :

Simone Inzaghi dans le viseur de deux cadors anglais

L’agent de Kvaratskhelia confirme plusieurs offres pour son joueur

La presse italienne encense Daniele De Rossi

Theo Hernandez courtisé, le Milan AC fixe son prix de vente

Mauvaise nouvelle, l’Inter perd un cadre sur blessure

Avatar

Leo Carta

Rédacteur Juventus



Derniers articles