Les notes de la Fiorentina face à la Juventus

Par Kévin Gasser publié le 21 Sep 2017
Crédits

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sportiello 7: Une fois seulement il a eu les gants en peau de pêche, sinon il a été impressionnant de facilité, de sérénité, d’expérience dans ses sorties et dans ses relances. Mais a surtout bénéficié de l’absence de Buffon pour s’octroyer quelques gros plans.

Laurini 5: Cet automobiliste enragé à l’haleine clope-café qui klaxonne dans les bouchons à 7h du mat, vous le connaissez ? C’est Laurini. Remplacé par Bruno Gaspar

Pezzella 5,5 : Moins juste techniquement et tactiquement que son capitaine, il s’est cependant montré intraitable avec Pipita Higuain lui laissant très peu d’espaces.

Astori 6,5: S’il avait eu le numéro 10 dans le dos cela n’aurait choqué personne. Non seulement il anticipe mais il récupère, contrôle, relance proprement, applique le vernis, laisse sécher, ponce, et délivre. Une chaîne de production à lui tout seul.

Biraghi 5,5: Appliqué et solide défensivement, son adversaire du jour, le feu follet colombien ne lui a laissé aucun répit. Mais il a sans aucun doute confirmé qu’Olivera tiendrait le rôle de sa doublure pour le reste de la saison.

Veretout 6 : Au four et au moulin oui, mais plus aucune lucidité pour brosser les coups francs en lucarne ensuite. S’est imposé en tant que maître à jouer du milieu de terrain.

Badelj 5 : A sûrement perdu huit ans d’espérance de vie en essayant de rattraper Blaisou avant de commettre une grossière faute qui lui a valu son deuxième carton jaune.

Chiesa 5,5: Combatif mais malheureusement souvent la tête dans le guidon. Et il en faut plus pour faire le tour de Kwadwo Asamoah aka « Le Cube ».

Théréau 5,5: Conserve bien le ballon, temporise quand il faut mais ne concrétise pas ses actions. Insuffisant pour faire trembler la Vieille Dame. Remplacé par Sanchez

Benassi 5: Invisible hormis une ouverture loupée et un tir contré. Remplacé par Gil Dias

Simeone 5,5 : Se bat comme un beau diable pour récupérer les ballons mais forcément, y laisse des plumes quand il s’agit de faire la dernière passe qui va bien.

————————————————————

Bruno Gaspar 4 : Entré en jeu à la 51′, il se fait prendre dans le duel par Mandžukić qui ouvre la marque. Mais Bruno est intelligent, la seconde fois, le Croate est libre de tout marquage devant et frappe du pied gauche dans le but vide. Mais qui est là pour intercepter sur la ligne ? Habile.

Gil Dias 5,5: Pas toujours évident d’entrer en jeu quand son équipe, en infériorité numérique, est menée face au vice champion d’Europe en titre. Il s’est quand même procuré une occasion en or dans les dernières secondes qui s’est conclue par une frappe trop écrasée.

Sanchez 6: Il a permis a l’équipe de respirer un peu au milieu de terrain en hâchant le jeu par des fautes et en imposant son physique. C’est pas très gratifiant mais c’est ce qu’il avait de mieux à faire pour limiter la casse.

Pioli 5,5: « Plus j’entraîne la Viola et plus elle me plaît » déclarait-il en conférence de presse mardi. Attention à l’excès de confiance Stefano ! L’entrée de Bruno Gaspar est une erreur qu’il n’aurait pas dû commettre, même à l’entraînement.




🔥 Les sujets chauds du jour :

« C’est un tirage au sort difficile pour l’Italie », Jamie Carragher

« Celui qui joue contre l’Italie a peur », Fabio Cannavaro

« L’Italie sait comment gagner », Bryan Cristante

Di Lorenzo révèle le joueur italien qui l’a le plus surpris avant l’Euro

« L’equipe nationale d’Italie est sous-estimée », Gianluigi Buffon s’indigne avant l’Euro 2024

Avatar

Kévin Gasser

Rédacteur



Derniers articles