Les notes de la Fiorentina contre l’Inter

Par Jérémie Panizzoli publié le 29 Nov 2016

Fiorentina

Tatarusanu 5 : Une demi-catastrophe. Fébrile dans ses prises de balle, il est clairement responsable sur le second but interiste. Il a participé au naufrage collectif des 45 premières minutes. Mieux en seconde, il sauve devant Banega, Perisic et Icardi après la pause. Non coupable sur le dernier but d’Icardi.

Salcedo 4,5 : Fautif sur l’ouverture du score, ou il laisse trop de temps a Ansaldi pour centrer en direction de Brozovic, il n’a pas su endiguer les vagues incessantes de la première mi-temps. Offensivement, il n’a rien apporté. Averti pour jeu dangereux à la 41eme. Insuffisant

Gonzalo Rodriguez 4 : Un seul fait positif: un sauvetage capital face à Candreva à 1-0, la suite à ressemblé à un calvaire. Absent sur les trois buts de l’Inter, mangé par Icardi sur le 3eme but, il se fait expulser logiquement pour une faute comme dernier défenseur sur ce même Icardi dans le temps additionnel. Une déroute.

Astori 5,5 : Le moins mauvais du quatuor défensif, il n’a pas pour autant été bon. Constamment en difficulté sur la relance, en retard sur le but de Candreva, ses 45 premières minutes ont été médiocres. Mieux après la pause, il aurait pu avoir un penalty sur un contact avec Ansaldi et il a colmaté de nombreux trous par son placement.

Milic 4 : Invisible défensivement, le Serbe à traversé la rencontre comme un fantôme. Candreva lui a fait vivre une soirée cauchemar. Si offensivement, il a semblé davantage à l’aise, à l’image de ce face a face perdu il n’a pas survécu à la mi temps. Remplacé par Tomovic

Badelj 5: La tour de contrôle de la Viola a semblé en dedans. S’il ne commet pas d’erreurs flagrantes, il a eu du mal à assurer la première relance de la Fiorentina. A l’image de son équipe, il a sorti la tête de l’eau en seconde période en combinant avec Borja Valero. Cependant, on attend davantage de lui. Averti à la 82ème.

Valero 5: Bien gêné par le pressing interiste, le maestro florentin n à pas pu s’exprimer comme il sait le faire à l’accoutumée. Mieux en seconde période, il a davantage eu la possibilité d’orienter le jeu de la Viola, sans toutefois avoir de bonnes opportunités de frappe. Averti pour contestation à la 83eme.

Tello 4: Un flop total. Si Salcedo à eu autant de difficulté à bloquer son côté, l’Espagnol à sa part de responsabilité. Sa vitesse et ses déplacements ont été invisibles et totalement improductifs. Pas mieux après le repos. Remplacé par Perez

Ilicic 6,5: Indispensable. Le Slovène à été le plus dangereux de sa formation, mais il a manqué de précision et de justesse dans ses prises de risque. Un très bon coup franc flottant bien sorti par Handanovic accompagné de frappes manquées. Bien plus disponible en seconde mi-temps, il marque le but du 3-2 d’une belle frappe et il a régalé le public de douceurs techniques.

Bernardeschi 6: Remuant. Le jeune international italien s’est démené pour créer des décalages et apporter un surplus en attaque. Certes, son jeu connait du déchet mais l’ensemble est positif malgré le match compliqué de la Viola offensivement.

Kalinic 6: Le Croate est un danger constant pour une défense. Sa façon d’occuper l’espace, de jouer en remise est véritablement problématique pour ses vis à vis. Froid devant le but avec son but en fin de première période, il a été très utile à sa formation en effectuant sans cesse des appels et en jouant quasiment toujours vers l’avant.


Tomovic 5,5 : Arrivé après la déroute initiale, le Serbe à fait ce que il sait faire : défendre sans fioritures. Résultat, il a peiné mais n a jamais rompu, hormis sur la dernière action de la partie…

Chiesa non noté : Pas un bon ballon à négocier pour le fils du mythique Enrico. Difficile à juger.

Perez non noté : A l’image de Chiesa, il n’a pas eu d’opportunité pour se mettre en évidence.

Sousa 6 : Difficile de ramener un résultat positif après trois buts encaissés en vingt minutes. Toutefois, le mister portugais a toujours voulu que son équipe joue vers l’avant sans reculer. Si le score a failli basculer en faveur de la Viola en fin de match, il faut y voir la patte de Sousa. Pas récompensé de son audace malgré l’expulsion de Rodriguez, il mérite plus que la moyenne.

Jérémie Panizzoli

Rédacteur référent pôle events & live



Lire aussi