No Pirlo, No Euro ?

Par Leo Carta publié le 20 Nov 2015
Crédits

pirlo italia

Tu vuò fa l’americano

Pirlo semble bien parti pour rentrer. Temporairement du moins. En effet, le retour en Europe des expatriés est une ritournelle hivernale à laquelle on s’est habitué (l’inter-saison arrivant en MLS, finale prévue pour le 6 décembre prochain). Nombre de joueurs ont d’ailleurs déjà connu un retour sur le Vieux Continent par le passé comme Thierry Henry, romantique, rentré à Arsenal au Noël 2012. Mais l’un des exemples les plus récents est celui de David Beckham, employé par le PSG à l’hiver 2013 où il a terminé sa carrière. Adepte des capitales de la mode, le Spice Boy avait déjà pris le transatlantique direction l’Italie et le Milan AC. Et ce, deux années de suite (2008/2009 et 2009/2010). Le retour de Pirlo est donc loin d’être invraisemblable, 5 mois à peine après son départ. Car malgré la distance, Conte ne l’oublie pas et l’a sélectionné deux fois. À tel point que, début septembre, une place pour lui dans le bus de l’Euro 2016 semblait déjà réservée. Au passé, pour l’instant, car il n’a plus été appelé depuis début septembre et le match contre la Bulgarie. Loin des yeux, loin du cœur. Un retour en Italie pourrait alors lui être bénéfique, tant physiquement que médiatiquement. Il n’en faut pas plus pour titiller les médias italiens qui l’envoient du côté d’Appiano Gentille, dans la plus internationale des équipes italiennes, revêtir un maillot nerazzurro qu’il avait connu dans sa jeunesse. En effet, Mancini presserait pour l’accueillir dans ses rangs. Et la réponse bianconera ne s’est pas faite attendre. En effet, Beppe Marotta a déclaré la semaine dernière que : « Pirlo est resté attaché aux couleurs de la Juventus » et qu’il « ne fera pas ça aux tifosi« . Tout le monde se l’arrache des mains, mais qui le prendra vraiment ? Car le barbu lombard à la classe infinie espère décrocher une dernière sélection pour l’Euro. Histoire de terminer sur une bonne note azzurra après une expérience au Brésil sans mordant.

Ma si’ nato in Italy

Car l’objectif pour Andrea est de rester dans le rythme. S’entraîner régulièrement, reprendre goût aux doubles séances d’entraînement à l’italienne et, surtout, au haut niveau. Le vrai. Celui qui te garde éveillé toute une nuit avant un derby ou un huitième retour en Champions League. Et il faut dire qu’un retour en Italie ferait du bien à l’architecte en vue de ce fameux Euro. Notamment dans une équipe en plein rush au titre en Serie A ou dans un effectif enchaînant championnat national et compétition européenne. Une équipe en pleine pression, qui a besoin d’un cadre comme Pirlo. Tout le monde serait donc gagnant. Car Conte aussi pousserait pour un retour d’Andrea en Italie, sans pour autant donner de destination précise. L’important pour lui, on l’a compris, est de garder son joueur en forme pour qu’il soit légitimement sélectionnable : « j’attends mars et la reprise de la MLS pour décider » a déclaré le sélectionneur italien ces derniers jours. Le départ de Pirlo pour la France ne semble donc pas si automatique que cela, et le sélectionneur italien penserait de plus en plus à une Italie sans lui. Donnant les clés du milieu au duo Marchisio-Verratti par exemple. Une équipe sans la crinière emblématique d’un des derniers romantiques d’une Squadra révolue. Un de nos derniers champions du monde. Un des derniers génies que la planète Calcio ait connu.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Simone Inzaghi dans le viseur de deux cadors anglais

L’agent de Kvaratskhelia confirme plusieurs offres pour son joueur

La presse italienne encense Daniele De Rossi

Theo Hernandez courtisé, le Milan AC fixe son prix de vente

Mauvaise nouvelle, l’Inter perd un cadre sur blessure

Avatar

Leo Carta

Rédacteur Juventus



Derniers articles