La Nazionale et la Juventus dans l’embarras avec la blessure de Marchisio

Par Matthias Bertoncelli publié le 20 Avr 2016
Crédits

Marchisio-blessure-Juventus

Seizième minute de jeu, Juventus Stadium, dimanche 17 Avril. Un contact entre Marchisio et Vazquez a lieu. Les bianconeri mènent déjà 1-0 et se baladent face à un prétendant à la descente en Serie B. Il principino se tord de douleur en se touchant le genou gauche. Il le sait déjà ; l’Euro vient tout juste de s’envoler pour lui. Une malédiction semble poursuivre l’équipe nationale. Après Buffon en 2000 ou dernièrement Montolivo en 2014, la Squadra Azzurra va devoir -encore- se passer d’un élément clé.

La Juventus va devoir se pencher sur la case milieu de terrain

L’absence de Marchisio au milieu est une surprise de mauvais goût pour Allegri. Même si le cinquième scudetto consécutif semble à portée de mains, la préparation de la saison prochaine se voit déjà malencontreusement tronquée. Après des débuts quelques peu timides, le numéro 8 avait trouvé la bonne carburation dans un rôle non inné, au point de faire de Pirlo un lointain souvenir. Métronome du milieu, c’est bien Marchisio qui dicte le jeu de la Juve. Un positionnement de premier relanceur qui colle en fait parfaitement avec ses qualités de vision du jeu et d’apanage du travail de sape. Habitué aux rôles de l’ombre, l’inlassable travailleur du collectif, connaît plus que personne les us et coutumes du « travailler plus pour gagner plus ». D’un point de vue purement tactique, son jeu direct et ses passes en profondeur vont terriblement manquer au jeu bianconero. Un problème qu’il va falloir régler au plus vite et dont ce seraient bien passés les dirigeants.

En plus de cet aspect tactique, Marchisio devrait revenir courant du mois d’Octobre et ne participera donc pas à l’intégralité de la préparation estivale. Ainsi, il ne serait pas surprenant d’un retournement de situation dans l’affaire Lemina. Le Marseillais, prêté avec option d’achat, devait, à priori, retourner sur les bords de la canebière à la fin du mois, deadline de son aventure italienne. Son entrée en jeu contre Palermo a laissé entrevoir de réelles capacités à ce poste. Pour autant, il faudra tout de même trouver un digne héritier à Claudio pour les joutes européennes. La Juve souhaite absolument remporter la coupe aux grandes oreilles dans un futur proche. Elle a montré cette année être au niveau des plus grandes équipes. Le salut passera aussi par une arrivée de classe au milieu, avec un joueur capable de recouvrir les terribles exigences du poste de regista

Marchisio dans ses œuvres : ou comment faire du beau en toute simplicité

L’Italie aussi…

Comme une onde de choc se propageant à grande vitesse, cette mésaventure va aussi toucher l’équipe nationale. L’Euro arrive à grands pas et Marchisio devait être l’un des fers de lance du milieu transalpin. Son expérience des grands rendez-vous va être difficile à remplacer pour celui qui devait suppléer un Verratti, encore incertain et affaibli, dans les tâches défensives. Avec 11,443 km parcourus, Marchisio est le joueur de la Juventus qui court le plus. Une statistique qui prouve à elle seule l’importance du joueur dans un effectif. Alors qui pour le remplacer ?

Montolivo pourrait le faire, il en a du moins les capacités. Le problème est que le milanais n’a plus le même allant qu’avant sa blessure. Thiago Motta n’a, lui, pas la même capacité de casser les lignes en portant le ballon depuis ses bases arrières…sans parler du fait qu’il n’est pas au mieux de son football. De Rossi est clairement sur la pente descendante même s’il n’est pas le même lorsqu’il porte la tunique bleue. Enfin, l’inusable Pirlo pourrait faire parler son expérience et son savoir faire…mais à 37 ans il ne faudra pas pour autant lui demander de défendre comme un mort de faim. Reste donc les Parolo, Soriano, Jorginho…ou la surprise du chef comme l’avait pu être un certain Paolo Rossi en 1982 ?

Conte va s’en tirer les cheveux : lequel ramener à Chelsea ? lequel faire jouer à l’Euro ?

Est-ce que cette blessure est celle de trop ?

La saison de Marchisio se termine donc bien tristement même si cela n’est presque pas surprenant. En effet, dès la reprise, le petit prince n’a pas disputé les matchs contre l’Udinese et la Roma pour un traumatisme musculaire. S’en est suivi une absence de la 4ème à la 7ème journée pour un problème à l’adducteur. Parallèle curieux qu’on on se penche alors sur l’indigne début de saison effectué par la Juve…il aura ensuite fallu attendre la 27ème journée et une fatigue musculaire ainsi que la 30ème avec une blessure au mollet pour ne pas le voir jouer titulaire. L’apothéose finale a donc eu lieu ce dimanche. Une énième blessure dans les rangs de la Juventus cette année (la 58ème !) qui pourrait être de trop. Se rompre les ligaments croisés n’est pas une blessure comme les autres et peut très bien vous anéantir une carrière ; à l’inverse, elle peut aussi vous modeler un homme nouveau, sûr de sa force et confiant en ses capacités de récupération (CF Del Piero). Il va donc falloir attendre pour voir comment Marchisio va digérer la sienne, mais à 30 ans, on ne récupère hélas pas aussi bien que quand on en a 20…

Quand un oriundo attaque Marchisio : ou comment tenter de s’assurer numériquement une place à l’Euro

https://www.youtube.com/watch?v=9as6m7H6v2Q




🔥 Les sujets chauds du jour :

Pioli s’explique sur le tournant du match entre la Lazio et le Milan

« La Juventus ne devrait pas participer à la Coupe du Monde des Clubs », Aurelio De Laurentiis

« Nous sommes prêts pour tout », Daniele De Rossi

Stefano Pioli donne des nouvelles de Fikayo Tomori

Courtisé en Angleterre, Simone Inzaghi répond

Avatar

Matthias Bertoncelli

Rédacteur



Derniers articles