Le Milan AC dit adieu à la troisième place ?

Par Guedid Mohamed publié le 14 Mar 2016
Crédits

Milan AC

Invaincu depuis le retour de la trêve hivernale le 6 janvier dernier et une défaite contre Bologna, le Milan avait enchaîné une série de 9 résultats utiles consécutifs. Une équipe soudée qui a notamment battu ses concurrents directs que sont la Fiorentina et l’Inter et qui a su faire le dos rond comme contre le Napoli. Et là, stupeur ! Deux déplacements, un point pris en deux rencontres pour aucun but inscrit. Le Milan est redevenu celui qu’il était en début de saison, c’est-à-dire une équipe incapable de réagir quand ça se corse. Une équipe sans mental, tout simplement. Pour preuve, ce Milan qui déjoue et qui s’éloigne de son objectif, on ne l’a vu que pendant trois mi-temps, c’est à dire après le but de Duncan qui est survenu contre le cours du match. Quelque chose s’est brisé depuis.

Des explications à cela ?

Les blessures de titulaires très importants dans le 4-4-2 de Mihajlović est assurément l’une des principales causes de ces deux contre-performances. On ne le dit pas assez, mais le jeune français M’Baye Niang, malgré sa finition très moyenne est celui qui initie le pressing très haut voulu par le coach serbe. Quant à lui, le capitaine Montolivo représente la rampe de lancement des contre-attaques rossonere. Sans ces deux-là, c’est tout simplement le pressing, la récupération et la relance du Milan qui sont directement affectés. Vous l’aurez compris, le jeu de Mihajlović était dès lors tronqué sur les deux derniers matchs mais lui non plus n’est pas exempt de tout reproche et notamment dans le choix des hommes. Tantôt un Balotelli en cruel manque de confiance tantôt un Ménez hors de forme pour remplacer Niang, mais surtout un Zapata catastrophique contre Sassuolo en lieu et place de Romagnoli. Sans raison valable. Après le match contre les neroverdi, une rencontre a eu lieu entre Berlusconi et Mihajlović, résultant sur le maintien du serbe jusqu’à…on verra bien avec le temps.

Bref, le Milan était tellement à côté de son sujet qu’il devient également légitime de se questionner sur l’implication et l’envie des joueurs. Le sentiment qui revient est que l’équipe se contente de la sixième place. Pourtant et notamment dans les déclarations des principaux concernés, impossible de déceler une perte d’envie ou quoi que ce soit du genre. D’aucuns diront que c’est plus de la communication qu’autre chose, mais difficile de ne pas voir dans ces défaites amères le réel niveau de l’effectif milanais. Un manque de profondeur de banc qui oblige l’équipe à être dépendante de Montolivo, et de ses ailiers. D’ailleurs, Honda et Bonaventura, comme l’a si bien dit l’entraîneur, sont épuisés à cause du manque d’alternatives. Alternatives qui s’appelaient Cerci et Suso il y a encore quelques mois. Bref.

Alors, adieu la troisième place ?

Du coup qu’en est-il de cette fameuse troisième place ? Et bien, difficile d’y croire surtout avec des adversaires directs qui ne cessent de s’éloigner du diable, et surtout une Roma actuelle 3ème qui reste sur 8 victoires de suite et qui a relégué le Milan à 11 points. C’est trop, d’autant plus que l’impression est qu’il y a un décalage entre la bonne volonté du groupe et ce qu’il est vraiment capable de faire. Il existe cependant une ultime chance le week-end prochain, puisque la Roma accueille l’Inter, une confrontation qui, en cas de victoire du cousin cumulée à un succès du Milan, va permettre à ce dernier de rester au contact du podium. En tout cas, pour le club rossonero, il s’agit de ne pas faire vivre à ses tifosi une fin de saison sans autre enjeu que la finale de la Coppa Italia.



Avatar

Guedid Mohamed

Rédacteur Milan



Derniers articles

Revue de presse quotidienne du calcio

Recevez chaque jour à midi un email avec nos meilleures actualités. (Service gratuit)

Inscription effectuée ! Vous aller recevoir un email et vous devez impérativement confirmer votre inscription.