Micmac à la direction du Milan AC

Par Killian Picaud publié le 15 Mar 2020

Le Milan AC venait à peine de sortir la tête de l’eau que les ennuis sont aussitôt revenus. En effet, un conflit persistant entre Gazidis et le duo Maldini-Boban a totalement secoué le club en interne, et a valu notamment le licenciement de Boban. Retour sur neuf mois d’une rivalité qui a fragilisé les ambitions du club.

Giampaolo, le début de la discorde

Après l’échec cuisant de la saison 2018-2019, le Milan devait, une nouvelle fois, prendre un nouveau départ. Suite à la démission de Gattuso, l’heure était à la recherche d’un nouveau coach. Boban et Maldini se focalisent sur Giampaolo. Le coach de la Samp représentait pour eux une priorité, jugé prompt à faire pratiquer un jeu offensif et efficace à l’équipe. Gazidis, lui, n’approuvant pas vraiment l’idée.
Début octobre, Giampaolo est démis de ses fonctions après avoir réalisé le pire début de saison de l’histoire du Milan. L’échec du pari Giampaolo est donc une première source de conflit entre Gazidis et le duo Maldini-Boban. La confiance du directeur général envers le duo prend déjà un coup.

Zlatan, Rangnick : les sujets qui divisent

A la fin de l’année civile 2019, deux dossiers ont permis de mettre en lumière ce conflit interne. En premier lieu, l’approche puis la signature de Zlatan Ibrahimovic. En effet, si Boban et Maldini ont travaillé d’arrache-pied pour faire venir le géant suédois, Gazidis n’était pas du même avis, préférant se concentrer sur des profils plus jeunes et plus prometteurs. Si l’arrivée de Zlatan a relancé un engouement général du club chez les tifosi et tous les amoureux du ballon rond, cela n’était pas au goût de Gazidis, qui voit d’un mauvais oeil le poids économique du salaire d’Ibra.

Autre dossier corrosif : Ralf Rangnick. Ivan Gazidis a sondé l’entraîneur allemand depuis le mois d’octobre, et les contacts se sont ensuite multipliés. L’ancien coach du RB Salzburg correspond aux attentes du directeur général milanais, à savoir un coach formateur, capable de lancer des jeunes et de trouver des bonnes pépites. Néanmoins, il ne correspond pas au profil souhaité par le duo Maldini-Boban. Maldini avait d’ailleurs publiquement condamné la piste Rangnick, auprès de Sport Mediaset : “avec tout le respect que nous lui devons, je ne pense pas que Rangnick soit le juste profil pour le Milan”. Dans le même temps, Gazidis poursuivait les contacts avec Rangnick.

L’interview de Boban, le début de la fin

Il y a donc une divergence de projet entre les deux clans. D’un côté, Boban et Maldini qui veulent des résultats sportifs positifs à court terme, en passant par un recrutement à la fois de jeunes joueurs mais aussi des joueurs expérimentés. De l’autre, Gazidis, qui souhaite avant tout d’assainir les finances du club, et souhaite privilégier uniquement des jeunes joueurs.

Cette situation a fortement déplu à Boban, qui a exprimé son mécontentement dans une interview à la Gazzetta dello Sport, où il déclare entre autres que Gazidis a “manqué de classe” et a été “irrespectueux” envers lui et Maldini pour ne pas les avoir prévenu des contacts avec Rangnick. Dans la même interview, le Croate a également interpellé Elliott afin de régler la situation. Une sortie médiatique qui a évidemment beaucoup déplu à Gazidis. Six jours plus tard, le club annonce le licenciement de Boban. Maldini et Massara, le directeur sportif, devraient également quitter le club à l’issue de la saison.

A quelques mois de la pré-saison 2020-2021, le Milan AC se dirige vers un règne total de Gazidis. Le projet sportif sera sûrement très secondaire, étant donné l’importance accordée aux économies d’argent. Exit Donnarumma, Romagnoli et autres Zlatan : cet été, il faudra prévoir un départ massif de joueurs importants. Après plusieurs saisons de paris ratés pour revenir en Champions League, l’heure est aujourd’hui à la cure financière. Le retour du Grand Milan est encore loin d’être imminent.

Killian Picaud



Lire aussi