Matteo Politano, sauveur convoité et espéré

Par Cesco publié le 10 Mai 2018
Crédits

Le Mapei Stadium commence à prendre l’habitude des saisons compliquées dans l’élite du football italien. Malgré un premier exercice remarquable, les Neroverdi souffrent désormais, pour la deuxième saison consécutive à assurer leur maintien. Si par le passé, les Sansone, Berardi ou encore Zaza avaient sauvé les protégés d’Emilie Romagne, cette fois, l’homme providentiel se nomme autrement : Matteo Politano.

Trop grand en son pays …

Politano c’est d’abord l’histoire classique du jeune italien à qui l’on n’accorde pas la confiance nécessaire. Formé à l’AS Roma, il est rapidement prêté dans les échelons inférieurs avant d’attérir à Pescara dans le cadre d’un échange. S’il joue avec régularité, Politano veut vite voir ailleurs mais malheureusement la Louve ne voit pas en lui un potentiel joueur clef de l’effectif. Direction Sassuolo en prêt avec option où Di Francesco, alors coach des neroverdi va le faire jouer régulièrement avec en clôture, une magistrale prestation contre Frosinone puis l’Inter et trois buts à la clef qui vont permettre au club pour la première fois de son histoire d’aller disputer une coupe d’Europe et de coiffer sur le poteau le Milan AC.

La saison suivante le verra s’affirmer au sein d’un effectif nettement diminué et plus en difficulté. Une blessure par ci par là, l’ailier italien prend petit à petit pleinement la mesure du haut niveau. Et là ou beaucoup auraient considéré sa saison comme terne avant de le renvoyer en prêt dans les obscures abysses des méandres du football professionnel italien pour y disparaître à vie, Di Francesco l’a maintenu avant de partir à l’AS Roma, suivi par ses successeurs : Bucchi et Iachini. Si sous le premier le niveau de jeu inquiète, c’est aussi du côté des joueurs qu’il faut regarder. Personne n’arrive à tirer son épingle du jeu. Même le joueur clef, Berardi n’est plus qu’un fantôme et n’arrive pas à tirer vers le haut une formation en panne d’inventivité (seulement 4 buts cette saison TCC). Iachini tente alors le pari de repositionner Politano en buteur pour enrayer la série noire de 9 matchs sans victoires qui ont propulsé le club dans une position intenable. Payant, ce choix l’a été. Mais qui s’attendait à un aussi bon retour sur investissement ? Face à l’Udinese, Matteo Politano est aligné en buteur, un poste qu’il ne quittera plus pendant 9 matchs. 9 rencontres ou l’Italien de 24 ans va inscrire 6 buts (soit le double de ce qu’il a inscrit sur toute la saison) et délivrer 2 passes décisives. Une consécration pour un joueur qui au final se découvre sur le tard, en même temps qu’il sauve son équipe d’une relégation qui paraissait plus que probable il y a encore quelques mois.

… alors courtisé par les grands

Politano à Sassuolo, c’est une histoire qui est sûrement sur le point de prendre fin. A 24 ans, le jeune joueur qui a honoré sa première sélection avec un but face à Saint-Marin sous Ventura sait que s’il veut passer un cap, c’est maintenant. A son âge, un autre ne l’a pas fait : Berardi pour ne pas le citer et le résultat est désolant dans l’immédiat. A force d’être l’homme décisif d’un peuple, Matteo Politano attire l’oeil des grands. Cet hiver, c’est le Napoli qui s’était approché avec bien plus que de l’insistance. Une offre de 28 millions, un transfert quasi acté mais avorté au dernier moment. Un mal pour un bien quand on connaît la suite de l’histoire. Chez les Partenopei, il y a fort à parier que Politano n’aurait pas eu le temps de jeu souhaité et aurait été cantonné la plupart du temps au banc par un Sarri rigide à souhait. Dorénavant, le mercato va pouvoir prendre les devants et il faut suivre avec attention les prétendants. On parle de la Juventus mais aussi de l’Inter. Il ne faut pas oublier le Napoli, prêt à passer à l’acte même si les déclarations de De Laurentiis sur le joueur ne laissent pas trop place à l’enthousiasme concernant un prochain transfert.

Pour Politano, parmi les trois clubs cités, l’Inter pourrait être le meilleur choix. Avec un possible départ de Perisic cet été et un Candreva dont le physique ne tient pas sur toute une saison, Politano pourrait avoir bien plus qu’une chance avec les nerazzurri, notamment quand on voit la progression d’un Karamoh. Il faudra voir ce que réserve la session estivale d’un mercato que l’on connaît toujours capricieux et plein de surprises. En attendant il reste encore deux matchs pour briller et ajouter quelques pions, à commencer par un match face à … l’Inter.



Avatar

Cesco

Rédacteur en Chef



Derniers articles

Revue de presse quotidienne du calcio (gratuit par email)

Revue de presse quotidienne du calcio (gratuit par email)

Calciomio est le seul média 100% foot italien. Renseignez votre email pour recevoir un email quotidien avec les meilleures actualités.

Inscription effectuée :)