Le malaise Bryan Cristante, du Milan AC à Palermo

Par Antoine Martin publié le 27 Mar 2016

cristante-genoa-palermo-partenza

Il devait être le plus d’un club en perdition. En arrivant à la trêve hivernale en Sicile, prêté avec option d’achat par le Benfica Lisbonne, on se dit que Bryan Cristante va enfin avoir du temps de jeu et pourquoi pas exploser face au grand public. Mais voilà, 4 apparitions plus tard sans aucune titularisation, Cristante est en train de disparaître des radars. La dernière fois, on l’a vu entrer 30 secondes à Sassuolo dans un coaching tactique fait pour préserver un match nul qui a contribué à ce que Palermo ne prenne que 3 points sur les 9 derniers matchs… Depuis c’est le néant et la venue de Novellino aux commandes de l’effectif n’a pas l’air de changer la donne. Meilleur joueur du réputé Tournoi de Viarregio en 2013, l’espoir italien est le plus jeune joueur à avoir joué en Champions League pour le Milan AC, à 16 ans. Mais le contexte difficile dans lequel plonge Milan à l’époque impose un record de précocité. La suite est un cauchemar, trois apparitions en Serie A en 2013 et puis s’en va.

Une année pour rien

En début de saison, Cristante doit se contenter d’un temps de jeu famélique au Benfica, un quart d’heure en Champions League contre Astana, des miettes en Coupe contre le Nacional, et 4 maudites minutes en championnat. Comble de la farce, le jeune italien n’est que rarement retenu dans le groupe pro en Liga Sagrés, un championnat que les italiens ne connaissent guère. C’est donc logiquement qu’il débarque à Palermo avec l’ambition de se relancer. Un club qui aurait bien besoin de ses qualités de milieu de terrain technique et audacieux, puisqu’il se trimbale en position de relégable en ayant marqué 2 fois seulement sur les 7 derniers matchs. Un retour au pays présenté comme une rédemption et un président qui répand dans la presse la venue d’un crac pour quitter le ventre mou et retrouver le Top 10.

Dernier dans la hiérarchie

Bien que Palermo soit en eaux troubles, Vazquez parait indéboulonnable, tout comme Hiljemaark, le Suédois traverse les changements de coachs tel Moïse sur la Mer Rouge sans être étincelant. Chochev, lui aussi, garde une mystérieuse place de titulaire tout comme Mato Jajalo devant la défense. Pire encore, Gaston Brugman le jeune urugayen parait aussi devant dans la hiérarchie des milieux de terrain. Comble de l’aventure, Novellino lui préfère aussi le vieux de la vieille, Enzo Maresca qui soigne son retour en grâce dans un effectif en grossière manque de cadres pour stabiliser l’équipe. L’avenir de Bryan Cristante s’assombrit donc tout comme celui d’un club qui ne croit plus au potentiel d’un joueur qui n’a pourtant que 21ans. À un moment, il faut se poser les bonnes questions.

Antoine Martin

Rédacteur



Lire aussi