L’Udinese présente sa nouvelle arène

Par Gilbert Simonutti publié le 17 Jan 2016

stade Udine

Ça y est. Après des mois de contraintes, de batailles et surtout de travaux, l’Udinese peut finalement recevoir ses adversaires dans un stade qui n’est plus en chantier. Que le premier adversaire à jouer dans la nouvelle enceinte soit la Juve rajoute une part symbolique à l’événement. Outre les couleurs, les deux clubs sont également les seuls propriétaires d’un stade neuf en Italie. Giampaolo Pozzo a donc réussi, là où la quasi totalité de ses confrères n’y arrivent pas. Les idées et les projets sont légions de Milan à Rome depuis des années mais rien de concret. A Udine, c’est désormais chose faite. Un stade de 25.000 places couvert dans sa totalité, sans barrières entre les tribunes et le terrain, et une modernité au niveau du confort et des services qui nous ferait croire un instant d’être ailleurs. Un petit bijou à la taille du club et de ses besoins. Comme en Angleterre et surtout en Allemagne, l’objectif est de faire en sorte que les tifosi se sentent comme chez eux et qu’ils passent du temps (et dépensent de l’argent) avant, pendant et après le match. Les dirigeants bianconeri tablent d’ailleurs sur 18-19.000 abonnés (10.000 aujourd’hui) avec des abonnements à bas coût pour fidéliser les supporters. Rien d’impossible quand on pense qu’à l’époque de Zico, 40.000 spectateurs remplissaient le stade tout les quinze jours.

L’Udinese tient donc son stade moderne, mais modernité ne rime que très rarement avec tradition. le nom Stadio Friuli sera désormais suivi de Dacia Arena en référence au sponsor maillot et premier partenaire des Zebrette. Pour la première fois, un club de football fait du naming avec une firme automobile. Un concept, celui du naming, couru dans d’autres pays mais neuf pour l’Italie. Les supporters font la grimace mais comment en vouloir à la famille Pozzo qui permet aux Bianconeri de jouer en Serie A de façon ininterrompu depuis plus de 20 ans. A moyen terme, l’objectif des dirigeants est de prendre une longueur d’avance d’un point de vue commercial et donc financier sur les autres équipes de taille moyenne et de se rapprocher, un peu, du top 7. Sportivement, la Dacia Arena ne fera pas mieux jouer les hommes de Colantuono mais l’envie de bien faire pourrait y être décuplée. De plus, lors des négociations futures avec d’éventuelles recrues, le stade sera une petite plus-value lorsqu’un joueur devra choisir sa destination. Toutefois, avant de tirer des plans sur la comète, l’Udinese devra se concentrer sur le présent et la venue de la Juventus et de ses nombreux tifosi. Le match se jouera a guichets fermés devant un public très partagé entre les deux formations. L’occasion pour les Frioulans de prendre tout de suite possession des lieux et de montrer qu’ils sont bien chez eux.

Gilbert Simonutti

Rédacteur



Lire aussi

Auguri Diego !

Cher Diego, Joyeux 60e anniversaire ! 1984. Qu’il semble loin le temps où, banni d’Espagne, […]