L’Inter verrouille sa défense et passe à l’attaque

Par Cesco publié le 22 Juin 2015

kondogbia

L’Inter version 2014/2015 a finalement encore déçu. Finir devant le cousin du Milan AC n’a pas suffi à satisfaire les tifosi et le grand manitou Thohir himself. Durant toute l’année, Mazzarri puis Mancini n’ont cessé de pointer du doigts les fameuses “erreurs bêtes en défense que l’équipe ne doit plus commettre“. Signe de fébrilité, l’Inter a fait rire l’Italie du foot sur les phases défensives. La charnière Ranocchia-Vidic-Juan Jesus n’a jamais été capable de rétablir la sérénité. Au milieu, le seul Medel ne pouvant pas être au four et au moulin, l’Inter s’est donc trop découverte avec une possession notable (60% de moyenne sur la saison) mais souvent stérile (seulement 4,8 tirs cadrés par match en moyenne). Avec un bloc très haut, les replis défensifs n’ont jamais été au niveau. Face à ce déficit en défense, la direction a décidé de jouer vite, bien et fort.

PLACE À LA DÉFENSE

Ainsi, les premiers coups ont été réalisé en défense. Jeison Murillo, le jeune joueur de Grenade représente le projet d’avenir sur lequel Thohir veut s’appuyer. Loin des inconstances de Juan Jesus, avec des certitudes en Europe, ce joueur, défenseur relanceur, peut vraiment s’imposer dans une équipe ou les transitions défensives vers l’attaque ont souvent été une calamité. Auteur d’un très bon début de Copa America avec la Colombie (buteur face au Brésil), il pourrait arriver avec un capital confiance excellent. Autre recrue de taille, l’arrivée de Miranda en provenance de l’Atletico. Ici aussi, un défenseur à l’aise balle au pied, disposant d’une expérience non négligeable en Europe.

En somme, une garantie pour la défense centrale face aux éternelles questions sur la forme des actuels défenseurs interistes (Ranocchia, Vidic, Felipe, Andreolli…). Pour remédier aux soucis des replis défensifs, l’Inter a décidé d’épauler Medel avec un gros coup. Ainsi, c’est Geoffrey Kondogbia, qui arrive de Monaco pour 35 millions d’euros + bonus. Du haut de ses 21 ans, le jeune international français dispose de toutes les caractéristiques requises pour satisfaire Roberto Mancini en plus d’un potentiel énorme. De quoi oublier l’échec Yaya Touré.

UNE NOUVELLE APPROCHE DU MERCATO

Fini le temps où l’Inter se montrait trop lente sur le mercato. Souvent critiquée pour faire trainer les négociations (on se souvient des cas Ince Jr, Nilton, Paulinho ou encore Lucas) la direction a cette fois sorti les griffes pour s’assurer les recrues qu’elle voulait cette année. Avec l’annonce du rachat du Milan AC et l’intérêt que portait Galliani pour Jackson Martinez et Kondogbia, l’Inter est donc sortie de sa torpeur. Preuve en est, Kondogbia est le troisième joueur le plus cher de l’histoire du club après Vieri et Crespo. Pour ce faire, il a fallu que Mancini monte au créneau. D’abord, en rajoutant une clause dans son contrat qui lui permettait de partir fin juin si le mercato ne le satisfaisait pas, ensuite en déclarant officiellement qu’il désirait 9 joueurs pour l’année suivante. Et pour en avoir 5, mieux vaut en demander 9.

Ensuite, Mancio a joué un beau rôle de médiation en s’immiscant dans les négociations avec les trois joueurs cités plus haut. Discours convaincant, aura imposante, projet intéressant ? On ne saura jamais ce qu’il s’est réellement dit lors des entretiens entre Mancini, la direction et les joueurs, mais le fait et que l’alchimie est bien là. Avec une cohésion retrouvée, un Thohir qui continue d’investir et un projet qui enfin semble aller dans le bon sens, l’Inter peut se permettre d’être optimiste.

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi