L’Inter puissance 4

Par Giuliano Depasquale publié le 23 Sep 2015

inter

Cela fait déjà un mois et quatre journées que la Serie A a repris et le classement actuel est à des années lumières de ce que la plupart des connaisseurs prévoyaient. Pour le moment, l’Inter siège seule au sommet du tableau, alors que les champions en titre de la Juventus résident à une étonnante 13e place avec huit points de retard. Cette situation est d’autant plus surprenante que les Nerazzurri faisaient douter leur public lors de la pré-saison, enchaînant les mauvaises prestations. La presse italienne ne manquait d’ailleurs pas de titrer sur ces faits, annonçant quotidiennement qu’ils étaient loin d’être prêts pour le lancement du championnat. Avec leur victoire chez les Véronais du Chievo, ils sont donc à douze points sur douze, alors qu’il avait fallu huit journées à Mazzarri pour acquérir autant d’unités la saison précédente. Niveau historique, il faut remonter jusqu’en 2002-2003 pour retrouver un tel démarrage de l’équipe, alors dirigée par Hector Cuper. L’Argentin était parvenu à remporter quatre matchs de suite avant de se faire accrocher par la Juventus à la 6e journée. Néanmoins, ces chiffres devraient calmer les plus bouillants des Interistes, puisque leur club de cœur n’a jamais remporté le scudetto les cinq autres fois où il a entamé la saison de cette manière. Il y a treize ans, il finissait deuxième, derrière la Juventus. Beaucoup signeraient tout de même pour arriver à cette position en fin de saison…

Mais si l’Inter surprend son monde en ce début d’exercice, ce n’est certainement pas qu’avec de la chance. Bien que le calendrier d’Icardi et de ses coéquipiers ait l’air largement à leur portée, il est nécessaire de s’arrêter sur chaque formation qu’ils ont dû affronter jusqu’ici : l’Atalanta est la bête noire absolue des Interistes ; Carpi possède le statut de promu, qui est étrangement redoutable contre l’Inter ; le Milan reste le Milan malgré la mauvaise passe que le club connait ; quant aux Véronais, ils ont failli venir à bout de la Juventus il y a une semaine et ont mis une raclée historique (4-0) à la Lazio juste avant. Et même si le groupe de Mancini peine à produire un jeu séduisant et à forcer la porte de la défense adverse, il sait faire preuve d’une grande sérénité et d’une patience exemplaire. Les joueurs ne se lancent pas (plus) sans réfléchir et la défense est devenue la priorité. La preuve : avec le 1-0 contre le Chievo, les Nerazzurri ont ajouté un troisième clean sheet à leurs statistiques. Il est également intéressant de se pencher sur ces succès acquis à chaque fois avec un but d’écart. Contrairement aux années précédentes, l’équipe garde le contrôle après avoir pris l’avantage au lieu de subir les assauts adverses à rendre cardiaques ses supporters. Bien que jeune, elle fait aussi preuve d’une grande expérience en se montrant prudente lors des phases offensives, et en redoublant d’efficacité derrière. Il ne reste plus qu’à voir combien de temps l’Inter tiendra ce rythme. Ce soir, c’est face à l’autre club de Vérone, le Hellas, qu’elle tentera de poursuivre sa série. Un adversaire qui n’a encore remporté aucun match de championnat cette saison, mais qui pourrait bien donner du fil à retordre aux Milanais.

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Lire aussi