L’Inter en huitièmes de Champions League, dix ans après : la réussite de Simone Inzaghi (1/3)

Par Ben Soffietti publié le 07 Déc 2021

En s’imposant à domicile contre le Shakhtar Donetsk le 24 novembre dernier, l’Inter a assuré sa qualification pour les huitièmes de finale de la Champions League. C’est une première depuis dix ans pour la Beneamata, dernier club italien à avoir soulevé la Coupe aux grandes oreilles. Après trois échecs consécutifs en phase de groupes, les Nerazzurri peuvent même rêver d’une première place en cas de victoire sur le terrain du Real Madrid ce mardi. Mais quelque soit l’issue de cette partie, Simone Inzaghi a réussi sa mission : ramener l’Inter en huitièmes de finale de Champions League.

Trois échecs qui font tâche

Après sa dernière participation à la plus prestigieuse des compétitions européennes lors de la saison 2011-2012, au cours de laquelle elle avait été éliminée par Marseille (0-1/2-1), l’Inter a passé six ans sans participer à cette compétition. Un moment interminable pour les tifosi nerazzurri qui ont vécu la joie du Triplete en 2010 et se sont retrouvés privés dans la foulée des bouillantes soirées européennes. De retour en Champions League en 2018, l’Inter termine troisième de son groupe, derrière le FC Barcelone et à égalité de points avec Tottenham, futur finaliste de la compétition. On pourrait dire que c’est une bonne performance pour un retour au plus haut niveau mais le scénario est contraire à cette idée. Lors de la dernière journée, l’Inter de Spalletti est incapable de venir à bout d’un PSV déjà éliminé (1-1), ce qui profite aux Anglais qui prennent un point en Catalogne.

De nouveau qualifiés l’année suivante, les Nerazzurri semblent mieux armés. Antonio Conte a pris les rênes de l’équipe et son effectif est renforcé par les arrivées de Sensi, Barella et Lukaku. Mais une nouvelle fois, l’Inter devient la risée de l’Italie en étant incapable de battre lors de l’ultime journée un FC Barcelone très remanié (1-2) et finit à nouveau troisième au profit de Dortmund. Une immense déception à laquelle s’ajoute celle de l’année 2020-2021. Surement focalisé par la course au titre, l’Inter est incapable de sortir d’un groupe avec le Real Madrid, Monchengladbach et le Shakhtar Donetsk et finit à une douloureuse dernière place…

Le renouveau de l’ère Inzaghi

Après le titre remporté en mai dernier, l’Inter vit une petite révolution. Exit Conte, Hakimi et Lukaku, meilleur joueur de la saison 2020-2021, et bienvenue Inzaghi – qui s’est hissé en huitièmes avec la Lazio l’an passé – accompagné de recrues qui pour le moment semblent judicieuse, de Dzeko à Çalhanoglu, en passant par Dumfries et Correa. Et même si cette Beneamata nouvelle version met plusieurs semaines à se mettre en route, elle démontre aujourd’hui une certaine maîtrise face à ses différents adversaires. Le jeu développé par l’ancien mister de la Lazio offre plus de variété, plus de déséquilibre, si bien que les Nerazzurri viennent d’enchaîner onze matchs sans défaite et d’obtenir leur qualification pour les huitièmes de finale de la Champions League.

Les premières sorties ont fait resurgir les démons des trois éditions précédentes. À une défaite frustrante contre le Real Madrid s’ajoute un nouveau match nul contre le Shakhtar. Un troisième score nul et vierge entre l’Inter et les Ukrainiens qui s’étaient déjà affrontés la saison passée sans que ni l’une, ni l’autre ne parvienne à s’imposer. La double confrontation contre les surprenants Moldaves de Tiraspol a permis à la bande à Brozović d’enfin lancer leur campagne. Et lorsque les Miniers de Donetsk se sont à nouveau présentés à Milan, l’Inter semblait sûre de sa force et grâce à deux buts de Dzeko, elle a validé son billet pour les huitièmes !

En une saison, Inzaghi a réussi là où Conte a échoué à deux reprises. Surtout, en cinq matchs, le technicien de 45 ans a connu avec son équipe autant de victoires en Champions League avec l’Inter que Conte en deux éditions (trois chacun). En tout cas, ce sont des raisons d’espérer voir l’Inter briller à nouveau lors de la phase finale en 2022. Mais avant ça, il reste un match, ce mardi contre le Real Madrid pour conquérir la première place du groupe et pourquoi pas, entrer définitivement dans une nouvelle ère !

À lire dans ce dossier :
Épisode 1 – La réussite de Simone Inzaghi
Épisode 2 – L’Inter en huitièmes, analyse des précédents
Épisode 3 – Quelle ambition pour la phase finale ?

Ben Soffietti

Rédacteur



Lire aussi