L’Inter à San Siro, le Milan AC à Portello dès 2020 ? Faut pas rêver

Par Cesco publié le 10 Juil 2015

MilanPortello

Avec 48 000 places, des bénéfices qui peuvent exploser avec des chiffres autour de 70 millions à l’année (contre moins de 20 avec le San Siro actuel), le Milan AC tient peut être le pilier d’un futur plein de promesses. Avec la validation de son projet de stade dans le quartier de Portello, les rossoneri vont désormais laisser leur enceinte historique dès 2020 à l’éternel rival : l’Inter. En gardant l’enceinte du Giuseppe Meazza, l’Inter peut de son côté, se targuer de conserver l’aura historique qui est la sienne. Forte d’un passé glorieux, l’arène milanaise est néanmoins un véritable poids quand il s’agit de revenus. Appartenant à la commune de Milan, les deux locataires versent un loyer à la ville pour l’occupation annuelle du stade (un bail de 30 ans a été signé par les deux entités en 2000) s’élevant à 4,1 millions d’euros par an.

En gardant seule le stade, l’Inter va devoir négocier avec le Milan AC la cession de surface afin que les nerazzurri puissent avoir l’exclusivité totale d’exploitation. Par la suite, la direction interiste devra entamer les négociations avec la ville de Milan pour envisager d’obtenir le stade à 100% et ainsi, cesser de payer un loyer contraignant et surtout, passé de mode compte tenu de l’importance d’un stade de propriété dans le football actuel. Dans le même temps, Thohir et son équipe va devoir songer à rénover le stade, en baissant sa capacité de 20000 places tout d’abord (pour porter le total à 61 000) afin de construire dans le 3ème anneau une zone commerciale et un restaurant. Puis en y augmentant le confort, pour le moment peu présent, afin que le stade ressemble un peu plus à un modèle type Premier League. Dans les mots, tout cela représente un beau projet et une petite révolution, mais dans les faits ça risque de prendre plus de temps que prévu.

2020 vraiment ?

2020, la date butoir est plantée comme un couteau dans le cœur des déjà nostalgiques avant l’heure, du derby disputé à « domicile » ou à « l’extérieur ». Dans un peu moins de 4 ans et demi, tout doit être fini. Et pourtant, outre le projet de stade déposé, personne ne sait quand les travaux commenceront à Portello ni par qui le stade va être construit et pendant combien de temps. D’autre part, avant de poser les premières pierres, il faut d’abord qu’une étude soit réalisée pour étudier l’impact d’une telle construction sur les alentours et les citoyens, sans compter les éventuelles vérifications techniques et la tenue d’un planning. Cette validation du projet n’est donc pas encore un oui définitif à la construction du nouveau stade même si tous les feux semblent être au vert pour le Milan AC.

Du côté de l’Inter, même son de cloche. Si le projet est bel et bien présent, rien n’est encore planifié du fait des quelques incertitudes citées plus haut tout en ajoutant que les négociations avec la ville de Milan ne sont pas encore entamées. Quand on voit les lenteurs de certaines négociations pour un banal transfert de joueur, que penser de la vente d’un stade de l’ampleur de San Siro ? De gros enjeux sont sur la table et ces négociations ne vont pas se faire en un claquement de doigts. Bref en 2020 vous l’aurez compris, il y a quand même de fortes chances que le derby de la Madonnina soit joué dans un seul et même stade … de 80 000 places et assez vétuste : San Siro. Désormais, il faut donc s’armer de patience.

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi