Les couteaux suisses du football italien

Par Bruno Ianigro publié le 18 Fév 2019

Pour bien des entraineurs, les blessures, suspensions et autres évènements extra sportifs privant certains joueurs d’être à disposition du groupe, entrainent un véritable casse-tête au moment de préparer une rencontre. Pour d’autres, cela est facilité par la présence dans l’effectif de joueurs polyvalents capables de s’adapter à de nombreux postes. C’est également pour eux l’opportunité de se montrer et de se mettre en valeur. Du fait de leurs caractéristiques, ils sont peu médiatisés, souvent dans l’ombre des prestations de leurs coéquipiers. Ce profil atypique, le championnat italien en comprend peu. Aujourd’hui, trois d’entre eux foulent les terrains de Serie A chaque week-end et continuent d’apporter leurs contributions. Ces joueurs sont également appeler à représenter la Squadra Azzurra avec un succès plus ou moins certain.

Borini, de buteur à défenseur

En regardant le Curriculum Vitae de Fabio Borini, on peut constater que celui-ci à côtoyer de grand club, tel que Chelsea, Liverpool, l’AS Roma et actuellement le Milan AC. Dans les trois premiers, il n’y laissera pas de souvenirs indélébiles. Utilisé pour occuper des postes à vocations offensives, il va connaitre un véritable changement en rejoignant les Rossoneri. A l’arrivé de Gattuso, suite aux piètres résultats de Montella, Borini va découvrir un nouveau poste, celui d’arrière latéral. Cantonné jusqu’ici à végéter entre l’attaque et le milieu de terrain sans vraiment convaincre, le nouveau Mister va voir en lui le substitut parfait aux habituels titulaires et seconds choix, tous blessés. Le joueur va alors remplir cette tâche avec plus ou moins de réussite. Fabio va faire preuve d’un tempérament offensif, agressif avec beaucoup de bonne volonté. Malheureusement, un manque de technique et d’expérience au poste ne vas pas lui permettre de bouleverser la hiérarchie une fois ses compères revenus. Peu à peu il regagne le banc de touche. Malgré des contacts avec la Chine lors du dernier mercato, le joueur reste au club avant peut être de quitter le Milan lors de la prochaine session de transfert. L’infirmerie de Milan se dégonfle désormais et il est peu probable que le joueur bénéficie de temps de jeu supplémentaire. Quant à sa situation en équipe nationale, elle n’a jamais réellement évolué. Une seule prestation sous les couleurs de la Nazionale jusqu’ici, il est d’ailleurs peu probable que celui-ci soit appelé à représenter l’Italie dans les années à venir.

Giaccherini, Polyvalence au format de poche.

Emanuele Giaccherini, 1,67m est également un joueur polyvalent. Utilisé à tous les postes du milieu de terrain et habitué à évoluer sur les ailes de l’attaque, Emanuele est capable de rendre bien des services. Auteur en 2011 de performances remarquées à Cesena, il va taper dans l’œil de la Juventus qui va alors le recruter pour 7,25 M. L’entraineur de l’époque s’appelle Antonio Conte. Comme dans chacun des clubs rejoints par Giaccherini, celui-ci n’obtiendra jamais le poste de titulaire indiscutable. Emanuele est un bon joueur avec une envie irréprochable, tel un soldat il va suivre les consignes et remplir ses tâches. Cependant un manque de technique évident ne lui permettra pas de s’imposer en club. Le joueur est régulièrement appelé en sélection et va y totaliser 29 apparitions pour 4 buts. Le point d’orgue de sa carrière sera probablement son but inscrit contre la Belgique lors de l’Euro 2016. Poussé par la fougue et la rigueur tactique du sélectionneur, un certain Antonio Conte, il va réussir une compétition de haute facture. Désormais au Chievo Vérone, il bénéficie d’un temps de jeu considérable. Son profil est toujours apprécié. Avec son expérience, il sera un joueur précieux pour aider son club à éviter la relégation. Agé aujourd’hui de 33 ans, Giaccherini fait donc partie du passé de la Nazionale.

Florenzi, Couteau suisse made in Roma.

Couteau suisse certes, mais une valeur ajoutée pour son équipe. Que ce soit avec l’AS Roma ou la Nazionale, Alessandro Florenzi apporte un vrai plus. Il va faire preuve d’une envie remarquable qui est en phase avec son état d’esprit combatif. Ale est un joueur unique, capable d’évoluer au milieu de terrain, à la récupération tout comme à la création, mais également au poste de latéral en défense. Ses qualités vont faire de lui un premier choix pour ses entraineurs à bien des postes. Avec les Azzurri, il est incontestablement le titulaire à droite de la défense. Sa facilité à se projeter vers l’attaque est un atout. Habile techniquement et rigoureux tactiquement, Ale s’acclimate aisément aux exigences de ses différents postes. Le romain est l’exemple même du joueur qu’aimerait avoir à sa disposition chaque entraineur. L’année passée, il a contribué de bien belle manière à l’épopée européenne de la Louve. En 203 rencontres de Serie A, il est l’auteur de 24 réalisations et 28 passes décisives. Nul doute que Mancini ferra appel à lui pour les échéances importantes qu’attend la Nazionale. A 27 ans et 31 sélections à son actif, il sera une pièce importante dans le projet azzurro .

Florenzi, Giaccherini et Borini ont le même rôle mais leur statut en club, tout comme en Nazionale, diffère considérablement. Seul l’un d’entre eux a un avenir avec le maillot azzurro, signe que le football italien dispose d’un vivier de joueur conséquent et de qualité à chaque poste. Malgré tout, disposer d’un tel atout dans son effectif n’est pas négligeable et il ne fait aucun doute que les couteaux suisses auront encore bien des services à rendre.

Bruno Ianigro



Lire aussi