Le flop 11 de l’Inter depuis sa dernière apparition en Champions League

Par Giuliano Depasquale publié le 22 Mai 2018

Bardi

Dodo’ Silvestre Vidic Pereira

Kondogbia Taider M’Vila

Belfodil Osvaldo Gabigol

 

Bardi (2013-2014) : Annoncé comme un vrai crack dans les cages, le jeune italien n’a finalement eu jamais sa chance avec l’équipe première des Nerazzurri. Il paie aussi le fait que personne ne rentrait vraiment dans ce poste pour ce flop 11…

Dodo’ (2014-2015) : Utilisé parfois comme trequartista, parfois comme défenseur latéral, il a brillé d’incompétence par son manque de technique pour un Brésilien et ses centres de piètre qualité.

Silvestre (2012-2013) : Titulaire les deux premiers matchs de championnat, il a vite trouvé le chemin du banc pour finir par jouer de temps en temps. Il a surtout été utilisé en Europa League et en Coupe, mais il n’a jamais vraiment montré de belles choses. Avec une taille d’1,85m, il n’arrivait même pas à gagner ses duels aériens…

Vidic (2014-2015) : Une pige à l’Inter pour conclure sa très belle carrière à Manchester United. Les premiers matchs sont encourageants, son expérience lui est bien utile, mais la qualité de ses performances se dégrade au fil des matchs. Lui, se souviendra surtout de son carton rouge contre le Torino à la première journée pour avoir sincèrement applaudi l’arbitre après une décision. L’homme en noir avait mal compris son geste.

Alvaro Pereira (2012-2014) : La nullité incarnée. Ne vous fiez pas à ses statistiques d’un but et de quatre passes décisives, l’Uruguayen ne faisait rien de bon sur son côté gauche. Le pire, c’est qu’il n’y avait personne pour le remplacer, la première année. Il savait plus ou moins attaquer, mais il était catastrophique en tant que défenseur. Chaque match était pour lui une rude bataille pour ne pas se faire manger par l’homme dans son couloir.

Taider (2013-2014) : C’est vrai, il a un pied droit capable d’envoyer le ballon où il veut. Mais c’est bien là sa seule qualité. Il commettait une faute à chaque fois qu’il voulait récupérer le ballon, il était lent dans ses décisions et il finissait par faire une passe en retrait.

Kondogbia (2015-2017) : Acheté pour 40M à Monaco, il rame lors de sa première saison et c’est encore pire celle d’après… Il a bien joué deux mois sur l’ensemble de son parcours à l’Inter. Le reste n’était qu’un ensemble de mauvaises passes, de ballons perdus et de décisions qui prenaient trois plombes. Sans parler de sa motivation parfois proche du néant. Il ne courait simplement pas !

M’Vila (2014-2015) : Après un premier match comme titulaire, Mazzarri a bien compris que ce joueur ne valait pas grand-chose. Il courait à peine, commettait des fautes à chaque récupération de balle et il loupait toutes ses passes. Il a été baladé du terrain au banc en passant par l’infirmerie et il a plié bagage dès le mois de janvier.

Belfodil (2013-2014) : Les Nerazzurri l’attendaient comme un bon jeune, technique, capable d’assister en attaque. Pour la technique, ce n’est pas faux. Il sait dribbler et il a déjà créé des occasions comme ça, mais il en faisait souvent trop et il perdait la balle. Puis, il n’avait pas la vitesse qui allait avec et il manquait cruellement de précision sur ses tirs. Dès janvier, il faisait ses valises pour Livourne. On notera son but face à Trapani en Coupe.

Gabriel Barbosa (2016-2017) : AKA Gabigol. Il a été présenté à l’Inter dans un spot rappelant l’ère du Ronaldo brésilien. 30M pour ne pas jouer et devenir le running gag de la saison, quand les supporters l’appelaient. Au moins, il a donné beaucoup d’émotions sur son seul but, celui pour la victoire à Bologne.

Osvaldo (2014-2015) : Un grand gâchis, tellement il était efficace avec l’Inter. Il était un peu technique, toujours attentif, bien démarqué, précis dans ses frappes. C’était donc un bon joueur, jusqu’à ce match contre la Juventus. Alors que le score était 1-1, Icardi récupère un ballon à cinq minutes de la fin, Osvaldo part dans la profondeur mais l’actuel capitaine de l’Inter la joue personnel et décide d’aller seul au but pour totalement foirer l’action. Osvaldo a complètement pété un câble sur son équipier et Guarin a dû intervenir pour le raisonner. Finalement, l’Inter l’a suspendu et envoyé dans un autre club au mercato hivernal.

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Lire aussi