Le Baromètre des expatriés

Par Ken Fernandez publié le 06 Déc 2016

Baromètre des expatriés

LES TOPS :

L’Habitué du baromètre Antonio Conte a encore frappé. Et de quelle manière. Son Chelsea, leader de Premier League est allé remporter un précieux succès sur le terrain du Manchester City de Guardiola (3-1). Une victoire de prestige contre l’entraîneur catalan qui déclarait la veille du match que l’ancien coach de la Juve était à ses yeux l’un des meilleurs entraîneurs du monde. Antonio ne l’a pas fait mentir au cours d’un match Contesque. Toujours en 3-4-3, les Blues ont eu du mal à jouer en première mi-temps mais ont fait preuve d’un sang-froid et d’une capacité de réaction impressionnante. Emmenés par un Costa et un Courtois très en forme, la formation londonienne vient d’enchaîner sa 8e victoire consécutive. Sans Coupe d’Europe, ils font figure de favoris pour le titre. Le bleu va toujours aussi bien à Antonio.

Stats : 17 matchs joués, 13 victoires, 1 nul, 3 défaites, 40 buts marqués, 17 encaissés

Déjà plus qu’installé en MLS, Sebastian Giovinco a l’occasion de rentrer encore un peu plus dans la légende le la ligue de soccer américaine. Le dimanche 11 décembre, il dispute avec son club de Toronto la finale du championnat contre Seattle. Et pour en arriver là, le club canadien – qui n’avait encore jamais gagné de match de playoffs dans son histoire – a pu se reposer sur les performances XXL de la Formica Atomatica. Auteur de 4 buts et 2 passes décisives au cours des 3 premiers matchs, l’attaquant de poche a eu plus de mal en finale de conférence. Opposé à Montreal, Giovinco a été la cible principale de l’équipe de Marco Donadel, ne délivrant « qu’une » passe décisive sur les deux matchs. Bien loin des statistiques du MVP  de 2015 en saison régulière : 17 buts et 14 passes décisives en 28 matchs. A 29 ans, le Turinois a l’occasion d’étoffer un palmarès déjà riche de deux titres de champions de Serie A avec la Juve. L’Italie du football est derrière toi.

Stats : 36 matchs joués (3069 minutes), 22 buts, 16 passes décisives

Il n’y a plus de doute à avoir, Matteo Darmian est définitivement de retour à Manchester United. Un retour en force même. Indésirable fin octobre, l’arrière latéral n’a pas laissé sa chance passer lorsque celle-ci s’est présentée. Positionné en arrière gauche, l’ancien du Torino a encore effectué des prestations satisfaisantes contre Everton et West Ham en Premier League. Mis au repos en quart de finale de League Cup, toujours contre les Hammers (4-1), Matteo n’a plus connu la victoire depuis le 6 novembre. La faute à des Red Devils, toujours en rodage et qui enchaînent les matchs nuls. Annoncé partant il y a encore quelques semaines, l’international aux 27 sélections a toujours un avenir dans le Nord de l’Angleterre. Ne manque plus que les bons résultats pour l’équipe de Mourinho, Zlatan et Pogba…

Stats : 8 matchs joués (694 minutes)

LES FLOPS :

Rien ne va à West Ham cette saison. Ce ne sont pas les performances de Simone Zaza et d’Angelo Ogbonna qui feront penser l’inverse. Les deux italiens, traversent une sale période. Pour Simone, l’avenir n’est définitivement plus à West Ham. Placardé par son coach, l’attaquant n’a joué que 34 minutes au mois de novembre. Pire, il n’a toujours pas trouvé le chemin des filets avec son club en 11 matchs. D’autant que sa situation embarrassante de son prêt avec option d’achat (obligatoire selon le nombre de matchs joués) agace les supporters. Pour Ogbonna, le temps de jeu n’est pas en question. Titulaire à chaque match, le défenseur peine à sortir la tête de l’eau au cœur du marasme Londonien. En témoigne les 9 buts encaissés en deux matchs par les coéquipiers de Payet, classés à 1 point de la zone de relégation. Londres n’est pas un eldorado pour tout le monde.

Stats Ogbonna : 16 matchs joués (1440 minutes)

Cesare Prandelli est toujours au ralenti. Son équipe n’a plus gagné depuis le 16 octobre, contre Gijon, pour le premier match de l’Italien. Ce week-end pourtant, Valence y a cru. Contre Malaga, les locaux menaient 2-1 à 20 secondes de la fin du match. Mais se sont fait rejoindre, empêchant l’équipe de renouer avec une victoire qui les fuit depuis 6 matchs. De son côté, l’ancien sélectionneur de la Nazionale tâtonne. Après des débuts en 4-3-3, puis trois matchs en 4-2-3-1, l’entraîneur tente désormais le 3-5-2. Sans succès pour celui qui n’a pas un meilleur bilan que son prédécesseur, Gary Neville. Au classement, les Valencians se trouvent à la 16e place, à deux points seulement de la zone de relégation. Pour expliquer ces contre-performances, l’ancien coach de la Viola pointe des « lacunes de caractère et un effectif trop important ». Un constat réel auquel il devra trouver des solutions dans un club, toujours aussi instable.

Stats : 8 matchs joués, 2 victoires, 3 nuls, 3 défaites, 13 buts marqués, 13 encaissés

La saison de Premier League commence à devenir pénible pour Claudio Ranieri et son Leicester. Le Romain a bien été nommé aux côtés de Zidane et Santos pour obtenir le titre du coach FIFA de l’année pour son incroyable titre de champion, mais ce sacre fabuleux paraît déjà loin. Les Foxes pointent à la 15e place du championnat. Le week-end dernier, les coéquipiers de Mahrez et Vardy ont perdu chez la lanterne rouge, Sunderland (2-1. Leicester City réalise même la pire saison de l’histoire pour un champion en titre. Une fin d’année 2016 paradoxale tant les hommes de Claudio Ranieri cartonnent en Champions League : 4 victoires et un nul. Les Foxes doivent rapidement trouver  le même rythme en championnat ou ils ne sont qu’à deux points de la zone de relégation. Pour l’ancien coach de la Roma, l’objectif est avant tout de « retrouver la confiance ». Cela devient primordial.

Stats :  7 victoires, 5 nuls, 9 défaites, 27 buts marqués, 31 encaissés

Bonus : Cela arrive même aux plus grands de rater de – très – grosses occasions. Une pensée pour Carlitos…

Ken Fernandez

Rédacteur



Lire aussi