La longue descente aux enfers de Marko Pjaca

Par Boris Abbate publié le 30 Déc 2018

De retour en Italie après une courte expérience à Schalke, Marko Pjaca rebondissait cet été vers la Fiorentina pour relancer une carrière qui s’était malheureusement trop vite enrayée. L’objectif était alors très simple pour le croate : oublier pour de bon cette vilaine blessure contractée en 2017 et re-devenir ce joueur frisson qui avait fait de lui le transfert le plus cher de toute l’histoire du Dinamo Zagreb. Et à Florence, tout était réunis pour que Pjaca s’émerveille à nouveau. Pourtant, arrivé à la mi-saison, rien ne s’est passé comme prévu pour l’ancien de la Juventus, et le constat est très dur à avaler. En 5 mois Marko Pjaca n’a jamais réellement su s’imposer au sein de l’effectif Viola, a déçu une bonne partie des supporters et pourrait même quitter le club dans les jours qui viennent. Un cauchemar qui n’en finit plus de durer.

1 but, en 670 minutes

Oui, à Florence, tout semblait pourtant être fait pour que le Croate renaisse de ses cendres. L’effectif était beau, jeune, revanchard. Le joli mercato réalisé par les dirigeants avait lui aiguiser les papilles de beaucoup de suiveurs en Italie. Quant au potentiel trio d’attaque avec Chiesa et Simeone, les gradins de l’Artemio Franchi en salivaient déjà. Et quand le garçon s’était présenté à la presse avec un numéro 10 surplombant ce sublime ensemble mauve et noir, tout laissait penser que Pjaca incarnerait le renouveau de la Fiorentina. Mais dans le football, le rectangle vert a toujours le dernier mot, et c’est sur celui-ci que le joueur s’est un peu plus enfoncé dans la crise. Car aujourd’hui Marko Pjaca n’est qu’une simple alternative à Chiesa et Mirallas. Son poste de titulaire, il l’a tout simplement perdu tout seul, la faute à des prestations bien trop ternes.

Il y a bien ce match face à la SPAL, ponctué d’un but et d’une passe décisive au mois de Septembre, et puis c’est tout. Lorsqu’il part titulaire (ce qui est arrivé 8 fois cette saison), l’attaquant déçoit, encore, toujours. Le reste du temps, l’ancien du Dinamo se contente de bouts de matchs, et se montre trop imprécis, trop brouillons et en total manque de confiance. Si bien qu’à la mi-saison, le Croate flirte avec les 670 minutes de jeu jouées, avec donc un seul petit but à la clé. Et les dernières sorties n’arrangent rien. Début Décembre, sur la pelouse de Sassuolo, il est carrément dégager à la mi-temps par Stefano Pioli, tandis que Mercredi dernier face à Parme, le joueur à encore livré une prestation incolore, alors qu’il palliait l’absence de Mirallas. Trop peu, pas assez pour un joueur sur qui la Juventus avait auparavant misé gros.

Au mauvais endroit, au mauvais moment ?

Mais il est peut être trop facile de pointer du doigt Marko Pjaca, surtout quand les autres joueurs sont également en difficulté. Après un bon début de saison, la Fiorentina s’est peu à peu encrée dans le ventre mou de la Serie A. L’effectif, l’un des plus jeune de la Botte, ne supporte clairement pas la pression et n’arrive toujours pas à se stabiliser dans le haut du classement. Pire encore, la Viola a connu une énorme période de crise, avec 77 jours sans victoires. Quant aux statistiques offensives de l’équipe, elles sont tout bonnement catastrophiques. En enlevant les 12 buts inscrits face au Chievo (6-1), Sassuolo (3-3) et Empoli (3-1), le club aurait la plus mauvaise attaque de Serie A, et flirterai avec une moyenne de 0,8 buts inscrits par matchs. Délirant quand on connait l’armada offensive du club.

Signe que quelque chose d’autre cloche en Toscane, le meilleur buteur du club se nomme Marco Benassi, milieu de terrain. Et Chiesa ? Il n’a pas dépassé la barre des 3 buts, quand Simeone en est lui bloqué à 4. Ce qui est sur en revanche, c’est que Marko Pjaca est pétris de talent, et que le talent, ça ne s’envole pas comme ça. Au lendemain de la victoire à San Siro, la presse Croate évoquait d’ailleurs le cas du garçon : « Marko n’a pas oublier de jouer au football, ne vous laissez pas berner, il n’a besoin que d’un club dans le lequel il rebondira à nouveau ». Un club qui se nomme encore Fiorentina ? Réponse en 2019.

Boris Abbate

Rédacteur



Lire aussi