Juan Cuadrado, un prêt et des questions

Par Matteo Pogliani publié le 28 Août 2015
Crédits

Cuadrado Juve

Un aller-retour aussi rapide que lui

Mardi dernier, la Juventus a officialisé la signature de Juan Cuadrado pour un an, jusqu’en juin 2016. Arrivé à Chelsea en janvier dernier pour un montant avoisinant les 35 millions, le voilà déjà reparti en Italie, là où il a fait les beaux jours de la Fiorentina. Joueur agile, très rapide et polyvalent, il peut évoluer sur le côté droit, comme latéral ou ailier, mais aussi comme deuxième attaquant (poste qu’il a occupé sous les ordres de Montella à la Viola). Ce départ prématuré n’inquiète pas plus que ça. En effet, l’adaptation au jeu anglais est difficile, surtout lorsqu’on débarque durant la session hivernale du mercato. Et le Mou n’est pas connu pour faire preuve d’une très grande patience envers ces joueurs prometteurs qui débarquent à Londres. Demandez à De Bruyne, Schürrle ou encore Salah s’ils ont eu davantage d’occasions de se montrer sous les couleurs des Blues. Il n’en est rien, et l’arrivée de Pedro a tout bonnement poussé Cuadrado vers la sortie.

Un an, et c’est tout

Celle de Cuadrado du côté de Vinovo a été perçue, dans un premier temps, comme une très belle occasion de relancer un joueur qui a déjà brillé en Série A. Mais l’effervescence est vite retombée pour faire place à de nombreuses questions. Un prêt ? C’est normal. La Vieille Dame ne peut débourser durant ce mercato une somme importante sur le Colombien alors qu’elle souhaite encore se renforcer aux postes de milieu de terrain et de trequartista. Un prêt sans option ou obligation d’achat ? C’est plus inquiétant. En effet, le message envoyé par les dirigeants est difficile à déchiffrer. Cuadrado est un joueur intéressant, son profil n’est pas commun, mais son positionnement sur le terrain préoccupe déjà. Une place comme ailier droit est difficilement envisageable tant le 4-3-3 ne semble pas être le schéma tactique préféré d’Allegri. Comme second attaquant, les Morata, Dybala ou encore Coman semblent avoir les faveurs de l’entraineur toscan. Dans le 4-3-1-2 de fin de saison, le colombien aura forcément besoin de s’adapter à un nouveau poste. Donc au final, Cuadrado serait une doublure de Lichsteiner (voir plus ?) parfaite dans un 3-5-2. Une situation comparable à celle d’Alex Sandro sur le côté gauche. La différence, c’est que le Brésilien a été acheté alors que le Colombien a seulement été prêté par Chelsea. Un retour du côté de Londres est difficilement envisageable tant que le Mou y sera coach. Ce prêt « sec » peut donc traduire une certaine crainte de la part des dirigeants bianconeri sur le rendement dde l’ancien florentin ou du moins sur son adaptation au jeu d’Allegri. Le message est clair : on mise sur lui, mais sur le court terme seulement. Mais que faut-il souhaiter alors ? Une mauvaise saison pour louer cette formule du prêt sec ? Une bonne saison, avec le Cuadrado d’antan, et l’impossibilité (ou en tout cas de grandes difficultés financières), pour le faire revenir à titre définitif l’été prochain ? Joli dilemme, mais toujours est-il que ces questions restent pour l’instant sans réponses.




🔥 Les sujets chauds du jour :

« C’est un tirage au sort difficile pour l’Italie », Jamie Carragher

« Celui qui joue contre l’Italie a peur », Fabio Cannavaro

« L’Italie sait comment gagner », Bryan Cristante

Di Lorenzo révèle le joueur italien qui l’a le plus surpris avant l’Euro

« L’equipe nationale d’Italie est sous-estimée », Gianluigi Buffon s’indigne avant l’Euro 2024

Avatar

Matteo Pogliani

Rédacteur



Derniers articles