J-2 Shakhtar Donetsk-AS Roma : Bernard lance les hostilités, l’étoile Ünder prête à illuminer l’Europe, qui pour épauler De Rossi ?

Par Anthony Maiorano publié le 19 Fév 2018
Crédits

Un 4-2-3-1 remis sur la table

Suite à sa troisième affirmation d’affilée, la bande à Di Francesco s’est réunie hier dans la matinée pour un entraînement de décrassage. Un effectif qui prendra son envol pour l’Ukraine dans l’après-midi où mercredi soir elle sera appelée à livrer un combat de tous les instants face à une formation habituée des joutes européennes et régulièrement au rendez-vous des huitièmes de finale de la compétition lors de cette dernière décennie. Une rencontre qui devrait voir la confirmation de l’actuel 4-2-3-1 remis sur pied par le technicien romain depuis maintenant deux semaines. Kolarov reprendra les commandes de son flanc gauche tandis que Strootman et Pellegrini devraient se jouer une place de titulaire. Aux avant-postes, la sensation du moment Cengiz Under sera maintenue aux côtés de Dzeko et un entre Perotti et El Shaarawy.

Un collectif qui s’éclate sur des airs de samba

Chez nos amis de l’Est, le championnat a repris ses droits vendredi dernier après un break hivernal de… deux mois. Pour fêter cela, le Shakhtar Donetsk a atomisé Chornomorets Odesa sur le score sans appel de 5-0 et consolide de fait son statut de chef de file (45 points comptabilisés en 20 sorties). Depuis le 10 décembre 2017, les h0mmes de Paulo Fonseca se sont tout de même dégourdis les jambes en livrant quelques exhibitions amicales, avec des résultats plutôt mitigés. Guide spirituel d’une colonie sud-américaine abondante (Taison, Marlos, Facundo Ferreyra, Dentinho), l’international brésilien et véritable fer de lance de son escouade Bernard a été touché à l’épaule mais sera présent au rendez-vous de gala de mercredi soir. Sans doute vêtu de son habituel costume trois pièces.

Confiant, mais pas trop

Ce même Bernard qui a avoué devant les micros qu’il s’agissait « d’un des matchs les plus importants et difficiles de la saison« . Et d’ajouter : « L’AS Roma est un grand club et il faudra absolument profiter de leurs faiblesses. Nous ne sommes pas arrivés ici par hasard. En effet, nous avons battu dans notre groupe des équipes comme le Napoli et Manchester City, toutes deux leaders de leur championnat respectif. « 

Un affront à laver

Ce mercredi, il s’agira de la cinquième opposition entre les deux clubs. En phase de groupe, lors de l’exercice 2006/2007, les Giallorossi l’avaient emporté 4-0 sur leurs terres avant d’hisser drapeau blanc lors du match retour sur la plus petite des marges. Quatre ans plus tard, les deux écuries se rencontrent à nouveau, cette fois-ci en huitièmes de finale. Sous la houlette de Ranieri d’abord puis Montella, la louve s’était faite engloutir toute crue. Tout d’abord 3-2 dans sa tanière avant de subir trois autres pions lors d’un match retour durant lequel un certain Daniele De Rossi avait jugé intelligent de refiler un coup de poing à un adversaire et d’écoper par la suite de trois matchs de suspension.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Luciano Spalletti révèle la hiérarchie pour les tireurs de pénalty avec l’Italie

« J’ai hâte d’affronter l’Italie », Alvaro Morata

« Nous devons être au même niveau que l’Espagne », Giacomo Raspadori

« Scamacca peut être l’avant-centre dont l’Italie a besoin », Cesare Prandelli

Frattesi nomme deux légendes italiennes comme étant des modèles

Avatar

Anthony Maiorano

Rédacteur



Derniers articles